Patrice Bélanger, Anaïs Favron et Laurent Duvernay-Tardif à la barre d’une émission pour la relâche | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Patrice Bélanger, Anaïs Favron et Laurent Duvernay-Tardif à la barre d’une émission pour la relâche

DU VENDREDI 26 FÉVRIER AU DIMANCHE 7 MARS 18 H, TQc

Image principale de l'article À la barre d’une émission pour la relâche

Exemple de dépassement de soi, Laurent Duvernay-Tardif rêve que chaque jeune se trouve une passion artistique ou sportive qui l’amène à se surpasser. C’est dans cet esprit qu’il a imaginé l’émission Sans relâche, qui accompagnera les jeunes téléspectateurs durant la relâche scolaire. Pour l’animer avec lui, il a recruté Anaïs Favron et Patrice Bélanger, qui est aussi excité qu’un enfant à l’idée d’y participer!

Éric Myre


• À lire aussi: Patrice Bélanger partage une rare photo de ses jumeaux pour leur anniversaire

Patrice, comment êtes-vous devenu un des animateurs de Sans relâche?
Quand on m’a proposé, juste avant les fêtes, de participer à cette émission imaginée par Laurent Duvernay-Tardif pour valoriser le dépassement de soi chez les jeunes par le sport et les arts, j’étais comme un gamin tellement j’étais emballé. Cette émission tombe pile dans mes valeurs. De plus, c’est Laurent lui-même qui a suggéré mon nom. C’est un super cadeau qu’on m’a offert! 

Connaissiez-vous déjà Laurent Duvernay-Tardif?
J’étais un de ses admirateurs et j’avais eu le bonheur de le croiser à Sucré salé, mais je ne le connaissais pas vraiment. Après coup, il m’a dit avoir pensé à moi parce que ça avait cliqué entre nous lors de ces brèves rencontres. Je ne connaissais pas beaucoup Anaïs Favron non plus. Étrangement, en 20 ans de carrière, nous n’avions jamais travaillé ensemble. Finalement, notre trio est vite devenu très soudé.      

Yan Turcotte


• À lire aussi: Laurent Duvernay-Tardif récupère de justesse sa bague du Super Bowl

• À lire aussi: Découvrez un autre talent insoupçonné de Laurent Duvernay-Tardif

Laurent est-il le capitaine de l’émission, puisqu’il en est l’idéateur?
Par la force des choses, oui, mais je ne pense pas que ça paraîtra vraiment. Laurent est un gars excessivement humble. Dès le départ, il nous a dit, à Anaïs et à moi: «S’il était question de football, je prendrais l’initiative et vous demanderais de me suivre, mais ici, c’est vous les animateurs de profession.» 

Vous avez donc coaché Laurent Duvernay-Tardif?
Coaché est un grand mot, mais il était très ouvert à apprendre. Comme il voulait des conseils, nous lui en avons donné, Anaïs et moi, entre autres pour le mettre plus à l’aise lorsqu’il devait réciter des textes écrits. 

Qu’est-ce que les jeunes verront dans l’émission?
Notre but est un peu de devenir leurs meilleurs amis pendant la relâche. Anaïs, Laurent et moi sommes réunis dans un grand chalet et proposons un thème par épisode, par exemple «Rêver» ou «Explorer». Autour de ces thèmes, il y aura plusieurs défis ainsi que des segments dynamiques et délurés. Nous rece- vrons des invités, notamment la danseuse Lydia Bouchard, la boxeuse Kim Clavel, la patineuse Marianne St-Gelais et la rappeuse Sarahmée. Certains de nos invités ne seront pas des personnalités, mais nous espérons que les jeunes découvriront en eux des modèles de persévérance. 

Eric Myre

Eric Myre

Yan Turcotte


• À lire aussi: Une série inspirée de la vie de Marianne St-Gelais à l'automne

Quels types de défis lancerez-vous à vos téléspectateurs?
Laurent a gagné le Super Bowl. Nous, au chalet, nous avons le Superbol, dans lequel nous pigeons des défis ludiques. Les jeunes peuvent reproduire facilement presque tous ces défis chez eux, car nous ne voulons surtout pas les exclure: notre but est de les amuser et de les inspirer. Par exemple, moi qui suis un bien piètre cuisinier, j’ai préparé un plat pour l’émission. À 42 ans, j’étais fier de l’avoir réussi; j’imagine donc que nos jeunes téléspectateurs le seront aussi!      

Était-ce difficile de tourner en pleine pandémie?
Nous avons tourné l’émission un peu avant et après les fêtes, de manière super efficace. Quand est arrivé le confinement de Noël, nous nous sommes demandé si nous pourrions continuer. Finalement, nous avons pu le faire, car les protocoles de tournage étaient bien établis. Puisque Laurent est médecin de formation et travailleur en CHSLD, je peux vous garantir que ce plateau était des plus sécuritaires. Je suis extrêmement fier que nous ayons réussi à tourner Sans relâche malgré ces conditions difficiles. 

L’émission s’adresse aux jeunes, qui ont été durement éprouvés ces derniers mois. Quel message avez-vous pour eux?
Premièrement, je veux leur dire bravo d’avoir été aussi résilients jusqu’ici. Je les trouve inspirants! Ensuite, je les exhorte à ne pas lâcher. Je pense vraiment que le meilleur est à venir et que la période la plus difficile est derrière nous.
 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus