Mélanie Maynard s'ouvre sur la situation difficile de sa mère en résidence | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Mélanie Maynard s'ouvre sur la situation difficile de sa mère en résidence

Image principale de l'article La situation difficile de sa mère en résidence
Photo : Dominic Gouin

Animatrice à WKND 99,5 FM, Mélanie Maynard est également ambassadrice de la campagne Nourrir l'imagination, qui met de l'avant des histoires imaginées par des enfants. Elle nous parle de cette initiative ainsi que de la radio, qui a été salvatrice pour elle.

• À lire aussi: Mélanie Maynard s'ouvre pour la première fois sur les chirurgies esthétiques qu'elle a subies

• À lire aussi:
Mélanie Maynard s'ouvre avec émotion sur le décès de son père

«Le but est de remettre l’imagination au cœur de l’éducation», explique Mélanie Maynard en parlant de la campagne Nourrir l’imagination. Cette initiative découle d’un concours organisé afin de trouver les plus belles histoires du Québec imaginées par des enfants et illustrées par des artistes québécois, le tout orchestré par la marque de craquelins Goldfish. Les quatre histoires sélectionnées sont à télécharger, jusqu’au 1er mars, via la bibliothèque numérique gratuite sur le site nourrirlimagination. ca. L’une d’entre elles, Amabelle et Kytcher vont à la plage, de Nélia Breault Clairoux, sept ans, est aussi racontée par Mélanie dans une vidéo sur le site. «Mes enfants sont grands. En tant que mère, je leur en ai lu, des histoires, quand ils étaient petits! J’étais très contente de pouvoir renouer avec ça!» explique la mère de Rosalie, 24 ans, et Thomas, 16 ans. 

Avec ce projet, Goldfish verse 10 000 $ aux Banques alimentaires du Québec et 1000 exemplaires imprimés de chacun des livres seront distribués à travers leur réseau. 

UN CADEAU DE CARRIÈRE
Depuis le mois d’août, Mélanie Maynard anime On part ça d’même! les matins en semaine à la nouvelle station de radio montréalaise WKND 99,5 FM. Elle est accompagnée d’Étienne Boulay, Alec Charbonneau et, depuis janvier, de Marc-Antoine Nunez, qui succède à Judith Lussier, qui a pris la décision de partir. «Je suis tellement chanceuse et bénie d’avoir ce travail en ce temps de pandémie! Sinon, je pense que j’aurais trouvé ça très difficile. Au début, je trouvais que ce n’était pas pertinent de faire de la radio de divertissement dans une période où ça va si mal, mais c’est finalement salutaire pour nous tous. On rit, on a du fun. Ça fait du bien. Les gens nous disent: “Une chance que vous êtes là!” Étienne et moi, c’est un coup de foudre professionnel, on a vraiment du plaisir tous les deux. C’est mon cadeau de carrière, cette émission-là. J’en suis à me dire que je peux avoir 25 ans de métier et encore tomber en amour avec un contrat. J’ai toujours eu très peur d’avoir une étiquette et d’en arriver à me dire que ce n’est pas vrai que je suis juste comédienne ou juste animatrice. À WKND, j’ai l’impression qu’on est venu me chercher parce que je suis un électron libre. Je me sens très comblée à tous les niveaux, dans tout ce que je peux offrir comme animatrice.» 

Mine de rien, elle est maintenant one of the boys de la gang matinale, tout comme sa fille, qui a joint celle de Deux hommes en or à Télé-Québec. «J’ai regardé les deux premières émissions. On dirait que je vis plus de stress pour elle que j’en vivais quand j’animais des trucs en direct à la télé. Je trouve que les gens sont intransigeants sur les réseaux sociaux, particulièrement en cette période de pandémie.»

• À lire aussi: Rosalie Bonenfant trouve le retour de Maripier Morin précipité

• À lire aussi: Rosalie Bonenfant se questionne à propos de la maternité

UNE SITUATION DIFFICILE
Récemment, Mélanie Maynard a publié sur Instagram une première photo d’elle avec son amoureux, Diego, qu’elle a volontairement flouté. «Il est zéro réseaux sociaux. Il dit toujours que le seul défaut que j’ai est que je suis connue. Quand on sort quelque part, il sent les regards sur lui. C’est un homme de peu de mots qui vit très bien avec l’anonymat.» 

Sur l’Instagram de Mélanie, on peut aussi voir des vidéos de sa mère, Denise, 89 ans, qui habite dans une résidence privée. «Au début de la pandémie, j’étais très inquiète, parce que j’ai vu son état décliner. Avec les dernières mesures sanitaires, les résidents sont retournés en confinement total: ils mangent dans leur chambre et ne se voient pas. On est une famille de huit enfants et on a droit à deux aidants naturels. Comme je travaille à Montréal et que j’ai un fils qui va à l’école, je me suis retirée des aidants naturels, alors je ne la vois plus en ce moment. Toutefois, je lui parle au téléphone. Je parle aussi beaucoup avec mes frères et sœurs, et on constate que c’est une période très difficile pour les gens qui sont isolés.»      

Mélanie Maynard coanime On part ça d’même! en semaine, dès 5 h 30, à WKND 99,5 FM, et elle est ambassadrice de la campagne Nourrir l’imagination.

À VOIR AUSSI: 30 VEDETTES QUÉBÉCOISES QUI DEMEURENT SUR LA RIVE-SUD DE MONTRÉAL

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus