TV Hebdo revisite les événements marquants de l'été-automne 2010 | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

TV Hebdo revisite les événements marquants de l'été-automne 2010

Virginie range ses cartables

Chantal Fontaine dans le rôle de Virginie Boivin.
Photo : Véro Boncompagni

Chantal Fontaine dans le rôle de Virginie Boivin.

Le son des vuvuzelas remplit les stades de soccer en Afrique du Sud, et une trentaine de mineurs chiliens enfermés dans un tombeau de pierre survivent miraculeusement à leur confinement souterrain. Au Québec, le personnel et les étudiants de Sainte-Jeanne-d’Arc s’apprêtent à dire adieu à leur école, après 15 saisons à l’antenne. 

À LA UNE 

D’une école à l’autre

Une partie de l’équipe de Virginie sur le plateau au cours du tournage de la finale.

Photo : Bruno Petrozza

Une partie de l’équipe de Virginie sur le plateau au cours du tournage de la finale.

Après 1740 épisodes, nos Virginie sont prêtes à tirer leur révérence. Malgré un départ qui a laissé un goût amer à la bouche de Chantal Fontaine quelques saisons plus tôt, l’interprète de Virginie Boivin est de retour pour un (bref) dernier salut. Plus de 800 000 spectateurs sont fidèles au poste pour cet ultime rendez-vous avec les élèves et le personnel de l’école Sainte-Jeanne-D’Arc.

Photo d'archives

En trame de fond à cette tombée de rideau, le conventum organisé par le placide Hercule Belhumeur (Martin Larocque), en marge duquel se déroulent les drames habituels: complots, trahisons et, bien entendu, quelques révélations qui permettent de clore certaines intrigues. On assiste notamment aux retrouvailles de la Virginie originale et de Bernard (Jean L’Italien).

Pour sa part, Stéphanie Crête-Blais a dû chausser de bien grands escarpins après le départ de celle qui l’a précédée dans le rôle titulaire. Et n’en déplaise à certains critiques à la langue fourchue qui ont grogné à la suite de ce changement de garde inhabituel, l’interprète a su donner une seconde vie à la quotidienne dans des circonstances qui n’étaient vraiment pas idéales.

Pour l’auteure et productrice Fabienne Larouche, la fin d’une émission n’est en rien synonyme de vacances. Elle poursuit l’écriture de la série médicale Trauma tout en peaufinant les détails de sa prochaine quotidienne, 30 vies, qui nous ramènera, quelques semaines plus tard, dans le quotidien d’une autre cohorte d’élèves, à l’école du Vieux-Havre cette fois. 

Les enfants de la télé  

La machine à souvenirs

Photo d'archives

Virginie n’est plus, mais la télé d’État a également profité de la rentrée automnale pour apporter quelques nouveautés à sa grille horaire. 

Alors qu’Isabelle Langlois, l’auteure de Rumeurs, nous offre la truculente comédie Mauvais karma, qui réunit à l’écran trois interprètes amies dans la vie (Julie Le Breton, Anick Lemay et Hélène Bourgeois Leclerc), Roy Dupuis et Guylaine Tremblay, des Rescapés, nous entraînent dans le curieux voyage dans le temps de la famille Boivin.

Véronique Cloutier et Antoine Bertrand sur le plateau de l’émission spéciale de Noël.

Photo : Frédéric Auclair

Véronique Cloutier et Antoine Bertrand sur le plateau de l’émission spéciale de Noël.

Ce clan n’est pas le seul à proposer aux spectateurs de chevaucher les époques. Dans Les enfants de la télé, une réjouissante émission d’un tout autre style, Véronique Cloutier et son complice, Antoine Bertrand, nous font un peu la même proposition. Onze saisons plus tard, ce rendez-vous hebdomadaire continue de nous divertir et de nous prouver le potentiel infini des émissions d’archives qui nous permettent de replonger dans les souvenirs de nos vedettes... et dans les nôtres, par le fait même. 

V joue la carte de la testostérone 

Peter MacLeod et Anick Lemay, Bienvenue aux dames.

Photo : Céline Lalonde

Peter MacLeod et Anick Lemay, Bienvenue aux dames.

Du côté du réseau autrefois connu sous le nom de TQS, on mise sur les vedettes masculines pour stimuler les cotes d’écoute. C’est ainsi que Peter MacLeod est de retour pour la deuxième (et ultime) saison de la comédie Bienvenue aux dames, dont le Beauceron partage la vedette avec Anick Lemay, Rémi-Pierre Paquin et Brigitte Lafleur. TV Hebdo rend visite à toute la bande sur le plateau de tournage peu avant la diffusion de cette nouvelle fournée de 13 épisodes.

Photo d'archives

Parmi les nouveautés de V, deux émissions laisseront leur marque pour des raisons légèrement différentes.

Photo d'archives

Jean-François Mercier se lance dans l’aventure du talk-show Un gars le soir, qui polarise les opinions — c’est le moins qu’on puisse dire... Si certains téléspectateurs se réjouissent des montées de lait intempestives du personnage, d’autres ont un peu de difficulté avec sa grossièreté. Mais soyons honnêtes: quand votre alter ego se surnomme «le gros cave», on ne peut pas vous reprocher de faire de la fausse publicité! 

La seconde nouveauté, Dubois en réalité, s’inspire du succès des émissions telles que The Osbournes et se veut une incursion dans la vie d’une vedette qui n’a pas, elle non plus, la langue dans sa poche. Mais pour l’auteur-compositeur-interprète d’exception qu’est Claude Dubois, la transition vers la téléréalité ne se fait pas sans son lot de controverses, avant même que l’émission fasse ses débuts. On se souvient notamment que l’interprète de Comme un million de gens avait soumis une demande d’injonction afin d’interdire la diffusion de Dubois en réalité avant d’en venir à une entente avec l’équipe de production de Trio Orange. L’aventure est de courte durée: l’émission est retirée de la grille horaire au début de novembre pour laisser la place à l’incontournable Rire et délire

Flash actualité 

2300 pieds sous terre

Quelques mineurs et leurs sauveteurs.

Photo : Getty Images

Quelques mineurs et leurs sauveteurs.

On les croyait tous morts; pourtant, 33 travailleurs chiliens ont survécu à l’effondrement survenu à la mine de San José à la suite de l’accident de Copiapó, le 5 août. Après avoir trouvé refuge dans un abri de fortune, Los 33, comme on les surnomme, finissent par donner signe de vie et entrer en contact avec le monde extérieur.

Il faudra près de 10 semaines d’efforts pour sortir ces hommes courageux de leur fâcheuse situation. Le 13 octobre, la Terre entière est au rendez-vous devant le téléviseur lorsque les mineurs retrouvent leurs proches et leur liberté, après 69 jours de pénombre. Une épreuve qui nous rappelle que le confinement tel que nous le vivons depuis un an n’est pas si mal, après tout. 

Tapis rouges et galas 

Le Gala des prix Gémeaux: 25 bougies et un parfum de nostalgie

Guy Nadon recevant un de ses deux trophées.

Photo : Eric Myre

Guy Nadon recevant un de ses deux trophées.

À ce gala, dont Véronique Cloutier assume l’animation avec sa verve habituelle, certains artistes se voient avec plaisir récompensés deux fois plutôt qu’une. C’est le cas d’Élise Guilbault (Yamaska, Les hauts et les bas de Sophie Paquin) et de Guy Nadon (Aveux, Musée Eden), qui réalisent des doublés pour la qualité de leur interprétation. Normand D’Amour (Yamaska), Laurence Leboeuf (Musée Eden) et Patrick Huard (Taxi-022) ne repartent pas bredouilles non plus. Au terme de la soirée, Yamaska est couronnée Téléroman de l’année alors que, du côté des séries dramatiques, l’équipe d’Aveux s’en tire avec les honneurs. 

Photo d'archives

Toutefois, la soirée se déroule surtout sous le signe de la nostalgie. À la suite d’un grand sondage organisé pour souligner les 25 ans de l’événement, les téléspectateurs ont été invités à choisir l’émission marquante du dernier quart de siècle. Résultat ? Parmi les 36 productions en lice, c’est La petite vie qui termine au sommet du palmarès. Et même Fabienne Larouche, qui boude la cérémonie depuis cinq ans, est présente au gala à titre de créatrice de Scoop et de Fortier, deux émissions également sélectionnées. 

Ça fait jaser 

Rencontres paranormales

Chantal Lacroix

Photo : Marco Weber

Chantal Lacroix

Même les personnalités les mieux intentionnées peuvent faire un faux pas; cette émission consacrée aux phénomènes inexpliqués en est un bon exemple. On ne peut qu’admirer la dévotion de l’animatrice et productrice Chantal Lacroix, désireuse d’utiliser le petit écran pour faire du bien autour d’elle. On peut cependant remettre en question sa volonté de nous faire découvrir cet univers où des charlatans utilisent tous les trucs du métier pour en mettre plein la vue à leurs victimes et empocher quelques dollars à leurs dépens. Les spectateurs démystifient rapidement les trucages qu’utilisent les invités (on se souvient de la table gigoteuse de M. Manville...), et l’aventure se termine aussi vite qu’elle a commencé. 

La série de l’heure  

Mad Men: un monde macho

Elisabeth Moss, Jon Hamm et Christina Hendricks.

Photo : AMC

Elisabeth Moss, Jon Hamm et Christina Hendricks.

La série la plus stylée du moment nous entraîne au cœur de l’âge d’or des agences de publicité qui ont pignon sur rue à New York. Nous sommes dans les années 1960, marquées par la mort de Marilyn Monroe, l’élection de Kennedy et les premiers pas de l’homme sur la Lune. 

Au centre de l’action, deux personnages dont les destins s’entrecroisent dès les premiers moments de cette création de Matthew Weiner. Don Draper (Jon Hamm) est un concepteur brillant et alcoolique. Coureur de jupons notoire, il cache un sombre secret... De son côté, Peggy Olsen (Elisabeth Moss), une jeune femme engagée comme secrétaire, aura l’occasion de faire sa place dans un monde outrageusement dominé par la pensée masculine.

En 2010, les cinéphiles québécois retrouvent la Montréalaise Jessica Paré dans le rôle de Megan Calvet, un personnage qui prendra du galon au fil des saisons et qui sera au cœur de certains des moments les plus marquants de la série (Zou Bisou Bisou, ça vous dit quelque chose?).

À la 62e soirée des Primetime Emmy Awards, qui se déroule au mois d’août, Mad Men est couronnée meilleure série de l’année devant Breaking Bad, Lost, Dexter et True Blood. Parions que M. Draper a fêté la nouvelle avec un verre de whisky Canada Club dans une main et une cigarette Lucky Strike dans l’autre... 

Télé-zapette  

• Une émission spéciale est consacrée au tournage du film Piché: Entre ciel et terre, mettant en vedette Michel Côté dans le rôle du commandant Robert Piché.

Photo d'archives

• Du côté des chaînes spécialisées, Saskia Thuot et son équipe célèbrent la 500e émission de Décore ta vie.

Photo d'archives

• Sonia Benezra revient à ses premiers amours lorsqu’elle prend la barre de Benezra reçoit, une nouvelle émission de rencontres présentée à l’antenne de MusiMax.

• Claire Lamarche rentre elle aussi au bercail, à Télé-Québec, et anime Huis clos, une émission durant laquelle des citoyens de divers horizons doivent débattre d’un sujet social et en arriver à une position commune. Tout un défi!

Photo d'archives

• Le temps d’une présentation spéciale, les fans de Céline retrouvent la star sur scène lors de sa tournée mondiale Taking Chances.

• Pas facile, la vie amoureuse des personnages d’Hélène Florent! Brigitte Desbiens semble en effet prête à tomber dans les bras de Maxime (Émile Proulx-Cloutier) pour oublier Samuel (Patrice Robitaille) dans Toute la vérité, alors que dans La galère, Stéphanie Valois espère que Romain (Cédric Ben Abdallah) lui permettra de passer à autre chose après son flirt avec son beau premier ministre (Denis Bernard).

• Des millions d’amateurs de soccer regardent la finale de la Coupe du monde, où la Furia Roja espagnole dispose des Pays-Bas 1 à 0 devant le public bruyant d’Afrique du Sud, dont les membres sont armés de leurs tonitruantes vuvuzelas.

À lire aussi

Et encore plus