La table de Kim 2 | «Il y a eu des moments magiques» | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

La table de Kim 2 | «Il y a eu des moments magiques»

Vendredi 29 janvier à 20 h, ARTV (Début de la saison 2)

Kim Thúy
Photo : © ARTV

Kim Thúy

Kim Thúy reçoit de nouveaux invités à La table de Kim 2, une saison de six émissions qui s’annonce tout aussi passionnante que la première, malgré les changements qui ont dû être apportés en raison de la pandémie. Nous en avons parlé avec elle. 

Kim, cette saison a été tournée à l’été 2020, durant la pandémie. Comment la situation a-t-elle affecté le tournage ?

Nous avons dû composer avec les règles de la Santé publique et les nouvelles mesures sanitaires. Le changement principal, c’est que le tournage ne pouvait pas se faire chez moi, dans ma maison. Non seulement le fait que ma famille soit là posait problème, mais la disposition de ma cuisine et de ma salle à manger ne nous permettait pas non plus de respecter les deux mètres de distance entre les invités.

Quelle solution avez-vous trouvée ?

Finalement, la solution était toute simple. Une voisine qui habite à deux portes de chez moi loue sa maison pour des tournages, et je lui ai demandé si nous pouvions aller jeter un œil. Et comme de fait, la maison était parfaite! Je m’asseyais au comptoir avec un invité, et deux autres invités s’asseyaient à la table. Nous pouvions donc être face à face tout en gardant les deux mètres de distance. De plus, la maison est tellement belle et lumineuse que je me suis tout de suite sentie chez moi! (rires)

Avez-vous tourné davantage à l’extérieur ?

Robert Lepage

Photo : © ARTV

Robert Lepage

Oui, nous passions plus de temps au jardin familial. Avant, j’y accueillais parfois les invités, mais les rencontres se déroulaient toujours à l’intérieur. Cette fois, on s’asseyait aussi à l’extérieur pour discuter, et ça a donné de très beaux moments. Par exemple, je pense que Robert Lepage est resté à parler avec moi pendant trois heures! (rires)

Diriez-vous que les nouvelles mesures sont finalement devenues des avantages pour l’émission ?

Tout à fait. Nous avons été plus créatifs, et il y a eu plein de moments magiques qui ne se seraient pas produits autrement. Par exemple, Joséphine Bacon a récité un poème dans le jardin, et Tire le Coyote a interprété une chanson, tout comme Marie-Josée Lord. Et je vous jure, quand elle a commencé à chanter, les oiseaux se sont tus! C’était extraordinaire! 

Partagiez-vous toujours un repas avec vos invités ?

Oui, mais ce n’est plus moi qui faisais la cuisine, puisque nous n’avions plus le droit de manipuler de la nourriture. Nous avons donc fait appel à des restaurateurs, et ça aussi, c’est devenu un plus, parce que chaque émission nous permettait de découvrir un restaurateur différent. 

Dans cette saison, recevez-vous toujours quatre invités ?

Parfois trois, parfois quatre. Nous pouvions nous permettre quatre invités quand nous recevions des couples, car ceux-ci pouvaient se coller! (rires) 

Pouvez-vous nous donner quelques exemples d’invités ?

Marie-Maude Denis et Stanley Vollant.

Photo : © ARTV

Marie-Maude Denis et Stanley Vollant.

France Beaudoin

Photo : © ARTV

France Beaudoin

Parmi les couples qu’on a reçus, il y a Sophie Faucher et son mari, Michel Labrecque, qui est chef de la division Recherche et développement scientifique du Jardin botanique de Montréal. Il y a aussi le Pharmachien, Olivier Bernard, et sa conjointe, India Desjardins, ainsi que Stanley Vollant et Marie-Maude Denis. Nous avons reçu des gens de tous les milieux, comme Héloïse Thibodeau, une architecte qui est à la tête de sa propre firme et qui est mère de cinq enfants, et le Dr Daniel Borsuk, qui a réalisé la première greffe de visage au Canada. Il y a aussi France Beaudoin, Sophie Cadieux, Christine Beaulieu, Marc Labrèche... On a vraiment six belles tables!

Christine Beaulieu

Photo : © ARTV

Christine Beaulieu

Marc Labrèche

Photo : © ARTV

Marc Labrèche

À quoi peut-on s’attendre dans la première émission ? 

Karine Vanasse

Photo : © ARTV

Karine Vanasse

Le thème est : Être femme en 2020. Pour l’occasion, nous avons invité Chris Bergeron, qui est transgenre. Je crois d’ailleurs qu’elle était la personne la mieux placée pour nous parler de la réalité des femmes, puisqu’elle a amorcé sa transition très tard, à 40 ans. Ensuite, il y a la poétesse Joséphine Bacon, qui nous donne le point de vue non seulement des femmes autochtones, mais aussi des femmes d’une autre génération. En même temps, je dis ça, mais Joséphine est très jeune dans sa façon de penser. (rires) Elle est jeune et sage à la fois! Je reçois également Karine Vanasse, que je connais depuis près de 20 ans et qui se confie sur son nouveau rôle de mère. 

À lire aussi

Et encore plus