Mirianne Brûlé envoie un message clair à ceux qui l'accusent de promouvoir les voyages | 7 Jours
/magazines/7jours

Mirianne Brûlé envoie un message clair à ceux qui l'accusent de promouvoir les voyages

Mercredi, la comédienne Mirianne Brûlé a tenu à faire passer un message clair à ceux qui l’accusent de faire la promotion des voyages à l’étranger durant la pandémie.


• À lire aussi: Mirianne Brûlé révèle des détails sur son rôle dans «District 31»

Celle qu’on a pu voir dans District 31 partage sa vie entre le Québec et le Costa Rica depuis un moment déjà.

Le conjoint de cette dernière, Leo, est un citoyen costa ricain. Ensemble, ils ont eu la petite Camila il y a un peu plus d’un an déjà. Ils sont aussi les propriétaires de deux restaurants dans le pays d’Amérique centrale.

Il semblerait que plusieurs internautes accusent Mirianne de faire la promotion des voyages en temps de pandémie, un sujet qui divise particulièrement les Québécois depuis les Fêtes. Ces mêmes internautes lui demandent également si elle est payée par Air Canada pour faire la promotion du tourisme à l'étranger.

Tannée de se faire mettre dans le même panier que les autres voyageurs, la principale intéressée a publié un message dans ses stories Instagram pour rectifier le tir à propos de son statut d’expatriée. 

• À lire aussi: Mirianne Brûlé souligne son anniversaire en confinement à l'autre bout du monde

Voici ce qu'elle avait à dire:

«Je prends un petit moment aujourd’hui parce que j’en ai vraiment marre de me faire demander si je suis en vacances ici au Costa Rica et si je suis payée par Air canada pour promouvoir les voyages à l’extérieur du Canada. La réponse est non.

Si vous me suivez depuis un petit moment, je suis ici, au Costa Rica, 6 mois par année. J’ai rencontré mon conjoint ici. Il est résident du Costa Rica et on est propriétaires de deux restaurants ici. On travaille ici, je suis au travail en ce moment...

Donc non, je n’encourage pas les Québécois et les Canadiens à faire des voyages pendant la pandémie. Simplement ma vie à moi est celle d’une expatriée. J’habite 6 mois par année ici et j’ai une vie ici. Je pense que je n’ai pas à me justifier ou à m’excuser.

Ça existe, il y a beaucoup d’expatriés qui ont une vie comme la mienne. Ceci étant dit, je trouve ça dommage que les gens fassent de la désinformation. Ça a l’air qu’on m’a incluse dans un article qui parlait de ça, comme quoi j’étais une influenceuse qui encourageait les gens à faire des voyages à l’étranger pendant la pandémie (...)

Informez-vous donc. J’ai toujours été quelqu’un de très transparent, si je fais une pub, je vais le dire que c’est une pub... Ça va être très clair. Alors voilà, ça va être tout.»

Un message on ne peut plus clair pour ceux qui se méprenaient sur son statut.

À VOIR AUSSI: 17 vedettes québécoises qui se sont exilées en campagne 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus