Bidou soupçonné de l'attentat contre Séraphin dans la sixième saison des Pays d’en haut | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Bidou soupçonné de l'attentat contre Séraphin dans la sixième saison des Pays d’en haut

LUNDI 4 JANVIER 21 H, RADIO-CANADA

Image principale de l'article Bidou soupçonné de l'attentat contre Séraphin
Photo : Bertrand Calmeau / RADI

L’arrivée d’un premier train à Sainte-Adèle a causé tout un émoi. Les festivités ont pris fin quand Séraphin a reçu une balle dans la poitrine. Le Dr Marignon essaie de lui sauver la vie pendant qu’on tente d’identifier le tireur. Un autre drame s’abat sur le village quand survient une grande sécheresse qui verra tous les puits se tarir.

• À lire aussi:
Voyez les premières images de l'ultime saison des «Pays d'en haut»

• À lire aussi:
Sarah-Jeanne Labrosse dévoile ce qui attend Donalda dans la dernière saison des Pays d’en haut

Bertrand Calmeau



La cinquième saison des Pays d'en haut a pris fin avec l’arrivée du chemin de fer à Sainte-Adèle et des tirs visant Séraphin. Après des mois d’attente, on retrouve donc les personnages avec plaisir. L’action reprend quelques minutes après le drame.      

La fête est finie

Les habitants de Sainte-Adèle ont longtemps attendu l’arrivée du chemin de fer au village et l’entrée en gare du premier train. «Le grand souhait du curé Labelle se réalise enfin», rappelle l’auteur, Gilles Desjardins. Chacun a revêtu ses plus beaux habits pour ce qui devait être un jour de fête, mais qui a tourné au drame quand les coups de feu ont retenti. «Séraphin a été touché à la poitrine; c’est donc une blessure très grave, voire mortelle», souligne Gilles Desjardins. Séraphin est rapidement confié aux bons soins du Dr Cyprien Marignon. Ce médecin habile, qui a déjà procédé à des opérations délicates, notamment sur Alexis, fait tout ce qu'il peut pour sauver son patient, dont l’état est critique. 

Bertrand Calmeau

La faute de Bidou?

Séraphin a de nombreux ennemis, mais la plupart des habitants de Sainte-Adèle ont envie de savoir qui lui a tiré dessus et souhaitent que ce geste soit puni. «Le juge Lacasse est responsable de l’enquête. Même si les suspects sont nombreux, il accuse rapidement Bidou Laloge d’avoir commis l’attentat contre Séraphin. Les deux hommes sont en guerre depuis longtemps, et Bidou est capable de tout», indique l’auteur. 

Un crime aussi grave mérite une sanction sévère, et Bidou, qui n’a aucunement envie d’aller en prison ou de subir pire encore, ne se laisse pas accuser sans réagir. Avec la combativité et l’imagination qu’on lui connaît, il pourrait sortir un lapin de son chapeau et prendre tout le monde par surprise. De plus, il compte une carte cachée dans son jeu: la jeune Rosa-Rose Ducresson est amoureuse de lui et a décidé de le soutenir quoi qu’il arrive. Elle misera gros pour aider Bidou à se sortir de cette fâcheuse situation. Toutefois, celui-ci sera-t-il en mesure de convaincre le juge qu’il n’a pas commis ce crime?

• À lire aussi: Reconnaissant, Rémi-Pierre Paquin dit au revoir au personnage de Bidou

• À lire aussi:
Sébastien Diaz revient sur sa première expérience comme comédien

Bertrand Calmeau

La sécheresse
À Sainte-Adèle, on sait y faire avec les caprices de dame Nature; les habitants n’ont pas été épargnés à ce chapitre au cours des saisons précédentes. Malheureusement, le pire est sur le point de se produire, car une grande sécheresse s’abat sur la région. «C’est l’un des périls les plus importants, qui engendrera misère et pauvreté, puisqu’on risque de perdre les récoltes. Par ailleurs, l’eau alimente les puits. Sans eau, les puits s’assèchent, et on ne peut plus boire ni cuisiner. C’est la survie des gens qui est en péril», explique Gilles Desjardins. La plupart des villageois sont malchanceux et voient leurs puits se vider, tandis que ceux de Séraphin sont encore pleins. Cependant, dans l’état où il se trouve, il n’est pas en mesure d’aider qui que ce soit...

Une leçon d'histoire
Le premier épisode de la saison met en lumière deux faits historiques importants. «En période de sécheresse, les gens auraient aimé se tourner vers les lacs les plus proches, mais c’étaient de véritables dépotoirs, et il était dangereux d’en boire l’eau. Par l’entremise de l’attentat contre Séraphin, on parle aussi de la souffrance, qui était flagrante à l’époque. Les gens avaient mal et étaient toujours à la recherche de remèdes. C’était si important que dans un journal de cinq pages, par exemple, trois pages étaient consacrées à la vente de remèdes de toutes sortes», raconte Gilles Desjardins. 

LUNDI 4 JANVIER 21 H, RADIO-CANADA

À lire aussi

Et encore plus