Derek Aucoin, ancien lanceur des Expos de Montréal, est décédé à 50 ans | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Derek Aucoin, ancien lanceur des Expos de Montréal, est décédé à 50 ans

s

Derek Aucoin, ancien lanceur des Expos de Montréal, est mort samedi soir des suites d’un cancer du cerveau à l’âge de 50 ans.

• À lire aussi: Le Québec pleure Derek Aucoin

Atteint d’un glioblastome multiforme, celui qui travaillait comme analyste des matchs du baseball majeur à la chaîne TVA Sports avait révélé en août 2019 être aux prises avec la maladie, la même qui a emporté l’ex-vedette des Expos Gary Carter en 2012. 

«Il y a très peu de mots pour exprimer la douleur profonde et le chagrin qui nous habite alors que notre beau Derek nous a quittés paisiblement entouré d’amour hier en début de soirée. Depuis 18 mois, il livrait avec résilience un dur combat contre un glioblastome multiforme. Malgré ce cancer sans pitié, il vivait dans la gratitude du moment présent comme seul lui pouvait le faire», a déclaré son épouse Isabelle Rochefort dimanche dans un communiqué également signé par son fils Dawson. 

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Outre le micro de TVA Sports, Aucoin a aussi pris celui de la station de radio 98,5 où il a animé des tribunes téléphoniques.    

L’homme de baseball, qui laisse dans le deuil sa femme Isabelle et son fils Dawson, est l’un des très rares Québécois ayant eu le privilège d’évoluer avec les Expos. C’est en 1996 qu’il a disputé les deux rencontres de sa carrière dans l’uniforme montréalais, le seul qu’il a enfilé au sein du baseball majeur.   

L’artilleur, qui portait le numéro 66, avait ainsi grimpé sur le monticule du Candlestick Park de San Francisco le 21 mai de cette année-là. Quatre jours plus tard, il avait lancé deux manches sans accorder de point aux Dodgers de Los Angeles devant plus de 27 000 spectateurs au Stade olympique.   

Pierre-Yvon Pelletier / Le Journal de Montreal

Après sa carrière l’ayant aussi mené dans le réseau de filiales des Mets de New York, Aucoin a notamment agi à titre de conférencier et a organisé des camps sportifs au Québec et aux États-Unis. En sol américain, il a eu les Yankees de New York et l’Association des anciens joueurs du baseball majeur comme clients.  

Un héritage pour son fils               

Malgré le cancer qui le frappait, l’homme de 6 pi et 8 po tâchait de représenter un exemple de détermination dans l’adversité. Le livre «Derek Aucoin, la tête haute», rédigé par le journaliste de l’Agence QMI Benoît Rioux et lancé le 25 mars dernier, fait d’ailleurs état de son parcours qui l’a fait passer par les circuits mineurs, le monde des communications et celui des affaires. 

s

«C’est un titre parfait. Même si j’ai joué seulement deux matchs dans les ligues majeures, j’en sors la tête haute. Toutes les décisions que j’ai prises dans ma vie, j’en sors la tête haute. C’est une histoire de baseball, mais aussi de gratitude», avait-il notamment déclaré en entrevue à l’émission «JiC» de TVA Sports en mai dernier.  

Journée inoubliable       

Dans le cadre d’une de ses dernières apparitions publiques, Aucoin a pu vivre un moment unique en compagnie de son fils Dawson, le 15 août. Au terrain portant le nom de son

père au parc Charbonneau de Boisbriand, il a vu son garçon disputer un match et frappé un circuit. Il avait aussi effectué le lancer protocolaire que Dawson a capté.  

«Le baseball ne cesse de me faire des cadeaux, avait-il souligné à l’Agence QMI ce jour-là. Juste prendre une balle et la lancer avec son garçon ou même avec son père, c’est comme si on arrêtait le temps. C’est une expérience unique. Deux personnes vivent alors quelque chose d’unique.» 

Moins de deux semaines avant son départ, le gouvernement du Québec soulignait l’implication sociale et les grandes valeurs humaines d’Aucoin en lui remettant la Médaille de l’Assemblée nationale du Québec.

Joël Lemay / Agence QMI

«Au nom de TVA Sports, nous désirons offrir nos plus sincères condoléances à la famille de notre confrère Derek Aucoin, à son épouse Isabelle et à son fils Dawson, a indiqué le réseau québécois.

Derek était un géant, non seulement au monticule, mais également par son positivisme et son attitude exceptionnelle tout au long de sa vie. Généreux et passionné, il n'hésitait jamais à donner de son temps en s'impliquant pour son sport préféré et en aidant son prochain. Notre tristesse est immense. Nous perdons un collaborateur, mais surtout un ami précieux de la grande famille de TVA Sports.»

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus