Simon Olivier Fecteau donne des précisions sur le Bye Bye 2020 | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Simon Olivier Fecteau donne des précisions sur le Bye Bye 2020

Image principale de l'article Simon Olivier Fecteau donne des précisions
Site web ICI Télé

Si, pour la majorité d’entre nous, l’année2020 est à oublier, le Bye Bye que préparent le réalisateur Simon Olivier Fecteau et son équipe promet d’être mémorable si on en juge par l’enthousiasme qui règne sur le plateau de tournage de cet incontournable de fin d’année!

• À lire aussi: Les tournages du «Bye Bye» suspendus en raison de la COVID-19

• À lire aussi: Sarah-Jeanne Labrosse excitée de participer au Bye Bye

Simon Olivier, dans une entrevue que tu as accordée à TV Hebdo l’an dernier, tu as affirmé que plus ça brasse durant l’année, meilleur est le Bye Bye. L’année 2020 est-elle une bonne cuvée?
En ce qui concerne l’écriture, c’est une excellente cuvée, en effet! La pandémie mondiale monopolise l’actualité, mais il est possible de décliner le sujet en sketchs variés. Par ailleurs, la particularité de 2020, c’est que tout le monde a vécu la même chose; les auteurs n’ont donc pas à se creuser la tête pour trouver des thèmes rassembleurs. Cela dit, j’aimerais mille fois mieux avoir une moins bonne année sur le plan de l’écriture du Bye Bye, mais une meilleure année tout court... sans pandémie!

Les élections américaines nous ont tenus en haleine. Au moment où nous faisons cette entrevue, Donald Trump n’a pas encore concédé la victoire à Joe Biden. Que fera l’équipe du Bye Bye si le président sortant décide de faire une déclaration à la fin du mois de décembre?
Même durant le tournage, nous sommes à l’affût de ce qui se passe dans l’actualité. Évidemment, nous n’ajouterons pas un sketch le matin du 31 décembre. Habituellement, si quelque chose de gros se produit les jours précédant la diffusion, nous nous arrangeons pour le couvrir. Par exemple, l’an dernier, le 19 décembre, Jean Charest avait fait allusion à un retour possible en politique, et nous avons fait un petit clin d’œil à cette nouvelle dans le Bye Bye

Site web ICI Télé

Site web ICI Télé

Site web ICI Télé


• À lire aussi: La fille de Guylaine Tremblay vient de quitter le nid familial

La vague de dénonciations d’agressions sexuelles sur les réseaux sociaux et le mouvement Black Lives Matter ont été marquants cette année. Aborderez-vous ces sujets délicats?
Pour chaque sujet, nous nous sommes assurés d’avoir des personnes directement concernées afin de ne pas répéter certaines erreurs du passé, c’est-à-dire n’avoir qu’un seul point de vue. Il y a une belle variété d’auteurs autour de la table. 

Ça doit donner des débats animés!
Oui, en effet. Tout le monde explique son point de vue. Nous avons des discussions fort intéressantes, mais il faut établir une ligne directrice; c’est notre travail, au producteur Guillaume Lespérance et à moi.      

Côté distribution, deux petits nouveaux, Sarah-Jeanne Labrosse et François Bellefeuille, se joignent à Claude Legault, à Guylaine Tremblay et à Mehdi Bousaidan. Comment se déroule leur intégration?
Sarah-Jeanne est fantastique et super drôle; nous sommes vraiment contents de l’avoir dans l’équipe. C’est la même chose pour François, qui a non seulement du charisme, mais qui est aussi efficace et punché. Cela dit, participer au Bye Bye implique une certaine pression. Il y aura certainement beaucoup de Québécois devant leur écran le 31 décembre. Sans gros partys ni voyages à l’extérieur du pays, il n’y aura pas grand-chose à faire, à part regarder notre spécial de fin d’année! (rires)

Site web ICI Télé

Site web ICI Télé

La covid-19 a-t-elle compliqué le travail des coiffeurs et des maquilleurs?
Pour simplifier les choses, nous avons donné à l’équipe de CCM (costumes, coiffure, maquillage) la directive d’effectuer des transformations qui n’empêcheraient pas le public de reconnaître les acteurs. Nous désirons offrir des caricatures et non des métamorphoses plus vraies que nature. C’est fou comme une prothèse de nez, un dentier ou une simple perruque peut changer quelqu’un! De plus, la transformation minimaliste permet de mettre l’accent sur le jeu de nos excellents comédiens. 

Vous enregistrez habituellement le Bye Bye dans un studio situé au sous-sol de l’édifice de Radio-Canada. Puisque le réseau a récemment déménagé, où avez-vous tourné l’émission?
Au même endroit, qui était presque désert. C’est parfait, car nous sommes certains qu’il n’y aura pas de fuites concernant les secrets du Bye Bye! (rires)

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus