Josiane et Jacques Comeau: La Voix les a rapprochés | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Josiane et Jacques Comeau: La Voix les a rapprochés

Image principale de l'article La Voix les a rapprochés
Photo : Dominick Gouin

Participer à La Voix était d'abord le choix de Josiane Comeau. C'est pourtant son père, Jacques, qui a participé à l'édition 2019, aucune chaise ne s'étant retournée pour elle. Mais, en 2020, Josiane a non seulement participé à la huitième saison, elle en est aussi sortie gagnante. Retour sur une histoire de famille.

• À lire aussi: Rencontre avec Jacques Comeau, le père de Josiane de La Voix

• À lire aussi: Josiane Comeau revient sur sa victoire éclatante à «La Voix»

Quelques semaines après avoir été couronnée gagnante de la dernière édition de La Voix, Josiane Comeau a encore du mal à prendre conscience de ce qu’elle vient de vivre. «C’est un rêve qui est en train de se réaliser. Quand La Voix s’est terminée, j’étais vraiment contente d’avoir gagné, mais aussi tellement triste que ce soit fini! Tout le monde me disait que ce n’était pas fini, que c’était juste le début, mais je n’y croyais pas. Quelques semaines plus tard, ça devient plus concret.» 

Si elle a encore du mal à y croire, c’est qu’elle a vécu la fin de l’émission dans des circonstances particulières. «Au début, je me disais que c’était injuste de vivre cette expérience dans ce contexte de pandémie. Mais, dans la vie, c’est toujours notre attitude qui oriente la façon dont on vit les choses. Je n’avais peut-être pas la meilleure attitude. Mon père a été chanceux de pouvoir ensuite partir en tournée avec toute sa gang. Moi, j’ai gagné et j’étais toute seule.» 

Toutefois, la jeune fille de 18 ans a rapidement changé de point de vue. «J’ai essayé de voir le côté positif en me disant qu’on avait été chanceux que l’émission ne soit pas arrêtée. Ça m’a aussi permis de poursuivre mes études en parallèle, parce que je n’aurais pas pu être à deux endroits en même temps.» 


DES CHANSONS À VENIR
Avec sa victoire vient le projet d’un premier album. En raison du confinement, Josiane en profite pour créer des chansons à la maison. «On est aussi en train de discuter de l’orientation d’un album qui serait éventuellement bilingue. Au Nouveau-Brunswick, on parle les deux langues. Je parle également chiac. Ce serait donc bien d’avoir un mélange des deux. On veut aussi une ambiance très moderne, genre new country ou new pop...» 

Quant à savoir si Cœur de pirate travaillera sur ce disque, l’intention est là. «Elle a dit à plusieurs reprises qu’elle voulait faire partie de l’aventure. Peut-être qu’elle va écrire une ou deux chansons, je ne sais pas encore. Béatrice est tellement gentille avec moi! On se parle régulièrement sur les réseaux sociaux, et on verra ce que ça donne l’année prochaine.»      

Joël Lemay / Agence QMI


• À lire aussi: Josiane Comeau et Marc Hervieux unissent leurs voix pour interpréter ce classique de Noël

• À lire aussi: Coeur de pirate fait le bilan de cette saison rocambolesque de «La Voix»


COMPLICITÉ PÈRE-FILLE
On se souvient qu’en 2019, Josiane a passé les Auditions à l’aveugle, mais aucune chaise ne s’était retournée. Dans le même temps, Charles Lafortune a proposé à son père, Jacques Comeau, de participer lui aussi aux Auditions à l’aveugle. Il a été recruté par Éric Lapointe. «Je l’enviais et je trouvais ça beau tout ce qu’il vivait, affirme Josiane. Cette année, c’est lui qui a pu me voir grandir dans cette expérience. Je pense que ça nous a rapprochés. La Voix est une belle expérience; il faut la vivre pour comprendre toutes les émotions qu’on ressent. C’est du travail, de la détermination, de la pression, plein de choses en même temps, et on a pu se comprendre à travers ça.» 

Plus d’un an plus tard, Jacques Comeau est soulagé que sa fille ait pu prendre sa revanche. «J’étais content, car elle s’est distanciée de moi. Elle a pleinement vécu son moment. J’ai réellement été soulagé qu’elle gagne, car au début je n’étais pas censé faire partie de l’équation. La vie a détourné les choses, et c’est moi qui ai participé à La Voix en 2019. Ça nous a fait vivre des montagnes russes de joie, de peines et de questionnements.» 

Il l’avoue publiquement pour la première fois, Jacques Comeau était déchiré entre la joie de faire La Voix et la tristesse de sa fille. «Je partageais ce que je vivais avec la famille, mais pas tant que ça. J’avais toujours le malaise de ne pas être celui qui aurait dû être là. Elle pouvait être fière pour moi, mais elle avait aussi le droit d’être déçue. Mais, selon moi, rien n’arrive pour rien. Sa victoire est donc un gros soulagement, car elle m’a dépassé dans son aventure. Son but était surtout de battre son père! (rires)» 


UNE FAMILLE UNIE
Si la musique rassemble souvent le père et la fille, les deux autres membres de la famille ne sont pas en reste. «Avec mon père, on se rapproche souvent grâce à la musique, mais ma mère est comme ma meilleure amie, ajoute Josiane. Elle veille à tout et est toujours présente pour moi. Mes deux parents font partie intégrante de ma vie. Mes amis sont parfois surpris qu’on aille encore faire les courses en famille ou qu’on passe des soirées à jouer à des jeux de société, mais on est une famille très soudée.» 

Le papa est aussi soucieux de consacrer autant de temps à ses deux enfants. «En tant que parent, on a parfois la crainte de privilégier un enfant et de délaisser l’autre. Mais autant je passe du temps avec Josiane, autant je vais passer du bon temps avec mon gars. Jean-Miguel, qui a maintenant 16 ans, veut quand même toujours être sûr que sa grande sœur va bien. Il veut toujours tout partager avec elle. C’est le petit clown de la famille, mais il est aussi très protecteur envers elle.»      

Très discrète, la maman reste dans l’ombre et veille au grain pour que tout le monde se sente bien et soit heureux. «On est très proches les uns des autres. On se colle encore toute la famille sur le sofa, insiste Jacques. Je suis gâté d’avoir ce privilège, d’avoir une famille aussi serrée.» 

Joël Lemay / Agence QMI

MUSIQUE ET ÉTUDES
Le report des dernières étapes de La Voix à l’automne a permis à Josiane de poursuivre, sans trop de complications, ses études avec l’objectif d’entrer en médecine à l’université. Elle a toutefois dû travailler plus fort que d’habitude pour ne rien rater. «J’ai la chance de pouvoir vraiment dissocier le côté musical de mes études, explique-t-elle. Au début, c’était plus difficile. En fait, je n’arrivais pas à vivre le moment présent. Quand j’étais à La Voix, je pensais à mes devoirs, et réciproquement.» 

Avec sa grande sagesse, elle a donc décidé de vivre le moment présent et de se consacrer totalement à ce qu’elle était en train de faire, au moment où elle le faisait. «Ça m’a permis d’être complètement dans La Voix quand j’y étais, et complètement dans mes études le reste du temps. Mais je reconnais que ça prend beaucoup d’organisation et de rigueur, parce qu’il fallait que je me lève à 6 h du matin, avant les répétitions de l’émission, pour étudier, et je recommençais à la fin de la journée. Il faut savoir diviser son temps. Je ne le conseille à personne — je l’ai fait, mais je n’aurais pas tenu le coup pendant deux ans. En fait, le plus que je peux faire, c’est faire de mon mieux. Où mon mieux va m’amener, c’est là que je vais aller.» Si jeune et déjà si mature!

À VOIR AUSSI: 27 comédiens québécois qui faisaient partie de la distribution de Chambres en ville 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus