TV Hebdo revisite les événements marquants de l'année 1968 | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

TV Hebdo revisite les événements marquants de l'année 1968

Le Québec entre tradition et modernité

Image principale de l'article On revisite les événements marquants de 1968
Photo d'archives

Alors que le monde pleure l’homme qui a voulu changer l’Amérique et la rendre plus inclusive, un vent de jeunesse souffle sur notre province. Sur scène, dans la rue et à la télé, le Québec vit une période de profonde transformation.

Photo d'archives

 À LA UNE

« Vive le Québec libre ! »

Le général de Gaulle sur le balcon de l’hôtel de ville de Montréal.

Photo : Getty Images

Le général de Gaulle sur le balcon de l’hôtel de ville de Montréal.

La Révolution tranquille et l’Expo 67 ont ouvert les portes du monde aux Québécois. Quelques mois plus tard, les célèbres paroles du général de Gaulle continuent de résonner dans les ruelles de Montréal et de nourrir les ardeurs des nationalistes. Lentement, l’époque des cabarets de chansonniers, du burlesque et des feuilletons axés sur la famille traditionnelle cèdent la place à la culture d’une jeunesse remplie d’aspirations et qui a soif de changement.

Photo d'archives

C’est dans cet esprit de renouveau que Michel Tremblay se réapproprie notre langue et présente ses Belles-sœurs au Théâtre du Rideau Vert, et que Robert Charlebois, Mouffe, Louise Forestier et Yvon Deschamps marquent l’époque de leur empreinte en se produisant dans l’Osstidcho. Pauline Lapointe, Jean-Pierre Ferland et Monique Leyrac occupent l’avant-scène, tandis qu’on annonce officiellement la création de Radio-Québec, qui deviendra bientôt L’autre télévision. Pendant ce temps, un visage bien connu du petit écran, le journaliste et correspondant de guerre René Lévesque, crée le Parti québécois et s’apprête à réécrire l’histoire.

Photo d'archives

Photo d'archives

Le temps d’une chronique, TV Hebdo vous invite à revisiter cette époque effervescente à travers le prisme des émissions alors diffusées au petit écran.

Photo d'archives

 

Photo d'archives

La série de l’heure  

Cré Basile

Olivier Guimond

Photo : © TVA

Olivier Guimond

Cette comédie signée Marcel Gamache, qui met en vedette Olivier Guimond, nous propose de suivre Basile Lebrun, un plombier un peu naïf, et son épouse, Alice, incarnée par la délicieuse Béatrice Picard. Dans cette version québécoise d’une sitcom à l’américaine, Basile est souvent victime des entourloupettes de son voisin Fabien Chaput (Denis Drouin), un employé de la voirie qui sait profiter des faiblesses de son ami lorsqu’il peut en tirer un bénéfice. Tandis que les deux hommes règlent leurs différends, ce sont Alice et Colombe (Amulette Garneau), l’épouse de Fabien, qui doivent la plupart du temps payer les pots cassés.

Photo d'archives

Photo d'archives

Flash Actualité  

Martin Luther King n’est plus

Photo : Zuma Press

Les événements de Mai 68, en France, et du Printemps de Prague ébranlent l’Europe, tandis que les Beatles chantent: «You say you want a revolution...» sur l’album blanc, lancé cette année-là. Malgré les espoirs, la période est assombrie par deux assassinats qui marqueront à l’encre rouge l’histoire des États-Unis : celui du sénateur Robert (Bobby) Kennedy, le frère de JFK, et celui du pasteur Martin Luther King Jr. À 39 ans, la légende du mouvement des droits civiques est tuée par un suprémaciste blanc le 4 avril, à Memphis. Malgré son départ tragique, son message continue d’inspirer, un demi-siècle plus tard, ceux qui poursuivent sa quête et partagent ses nobles idéaux. 

Les jeux de Mexico  

John Carlos et Tommie Smith protestant sur le podium.

Photo : Zuma Press

John Carlos et Tommie Smith protestant sur le podium.

Lors des Jeux de 1968, le Canada gagne une médaille d’or en équitation par équipe ainsi que trois médailles d’argent et une de bronze, toutes remportées en natation. Toutefois, le grand moment qui marque cette XIXe olympiade (la première à se dérouler en Amérique latine) survient après la victoire du sprinter états-unien Tommie Smith au 200 m. Sur le podium, le médaillé d’or et son compatriote John Carlos, qui a terminé au troisième rang, lèvent une main gantée vers le ciel en guise de protestation contre la ségrégation dont est victime la communauté noire dans leur pays. Pour leur geste hautement politique, les deux hommes seront bannis de la compétition à vie, mais pas avant de nous avoir offert une des images les plus puissantes de l’histoire de l’olympisme et une des plus marquantes du XXe siècle.

Photo d'archives

Janette Bertrand, la rassembleuse  

Photo d'archives

En janvier, Janette et son conjoint, Jean Lajeunesse, font la une de TV Hebdo et évoquent leur envie de se lancer dans un nouveau projet. Avec le recul, on peut penser que celle qui a été immortalisée l’année suivante par la chanson Madame Bertrand, de Robert Charlebois, avait déjà quelques idées en tête. Après avoir écrit et joué dans Toi et moi, coanimé le quiz Adam ou Ève et répondu aux questions des adolescents dans Comment, pourquoi, Janette est en effet sur le point de se lancer dans l’aventure de Quelle famille!, qui verra le jour quelques mois plus tard. À une époque où le fossé qui sépare les générations semble prendre de l’expansion, l’auteure et figure marquante de l’histoire médiatique du Québec réunit les Québécois devant leur téléviseur et, une fois de plus, aborde les grands enjeux du moment par l’entremise de la fiction.

Avec Jean Lajeunesse et Macaire, dans Quelle famille!

Photo : © Radio-Canada

Avec Jean Lajeunesse et Macaire, dans Quelle famille!

Longue vie au Bye Bye!  

Photo d'archives

Né de la tradition théâtrale des revues de fin d’année, le Bye Bye est présenté pour la première fois. Le quatuor de comédiens est formé de Donald Lautrec, Françoise Lemieux, Marthe Fleurant et Claude Landré. Au programme: la Trudeaumanie, les émeutes de la Saint-Jean-Baptiste, le mariage de Jackie Kennedy et Aristote Onassis, la naissance des cégeps ainsi que le miracle de l’apparition de la Sainte Vierge à Saint-Bruno. C’est le début d’une longue — et parfois compliquée — histoire d’amour entre le Québec et son traditionnel rendez-vous de fin d’année. 

Ça fait jaser  

Un premier baiser interracial?

Nichelle Nichols, Star Trek

Photo : CBS

Nichelle Nichols, Star Trek

Le 22 novembre, le Montréalais William Shatner et Nichelle Nichols — respectivement dans la peau du capitaine Kirk et du lieutenant Uhura — partagent un bisou mémorable dans l’épisode de Star Trek intitulé Plato’s Stepchildren. Encore aujourd’hui, certains y voient le premier baiser interracial de l’histoire de la télé, mais d’autres doutent qu’il y ait réellement eu contact entre les lèvres des deux acteurs. Dans les faits, le premier baiser entre un homme noir et une femme blanche aurait été échangé en juin 1962, lors de la diffusion en Grande-Bretagne de la pièce You in Your Small Corner, de Barry Reckord.

William Shatner, Star Trek

Photo : CBS

William Shatner, Star Trek

Le prisonnier et Les Champions  

Variations énigmatiques

Charles Curtis et Patrick McGoohan, Le prisonnier.

Photo : Getty Images

Charles Curtis et Patrick McGoohan, Le prisonnier.

Si le terme « série culte » est généralement utilisé à toutes les sauces, il ne s’agit pas d’une exagération dans le cas de la production britannique Le prisonnier, diffusée à l’antenne de Radio-Canada. Mettant en vedette Patrick McGoohan, cette mystérieuse création allie des éléments du thriller, du roman d’espionnage, de l’œuvre de science-fiction et du drame ésotérique. Si vous êtes un amateur de Twin Peaks, de Perdus ou d’autres séries énigmatiques, peut-être devriez-vous y jeter un œil. 

Photo d'archives

Autre production venue du pays des scones et du fish and chips, Les champions nous entraîne également à des années-lumière de notre petit train-train quotidien. L’action repose sur trois agents secrets dont l’avion s’écrase dans les montagnes de l’Himalaya. Secourus par des moines tibétains, Craig, Richard et Sharon (Stuart Damon, William Gaunt et Sharron MacReady) se voient offrir par leurs généreux sauveurs des pouvoirs spéciaux qui leur donnent certains avantages lorsque le temps est venu de se lancer tête première dans de périlleuses missions. 

Photo d'archives

Télé-zapette  

• Télé-Métropole lance un nouveau magazine. D’abord animé par Serge Bélair, Bon dimanche deviendra, pour les années à venir, le rendez-vous dominical des passionnés de culture qui désirent connaître l’opinion des spécialistes sur les nouveautés du moment.

• On ne pourra pas reprocher aux animateurs Guy Boucher et Françoise Lemieux d’avoir manqué de style lorsqu’ils ont fait la une de TV Hebdo pour la nouvelle émission de variétés Du feu SVP. Le titre et le concept photo ne passeraient sans doute pas au comité en 2020...

Photo d'archives

• Après avoir consacré sept années au cinéma, Elvis Presley revient à la musique le 3 décembre, tout de cuir vêtu, lors de la diffusion à NBC de ce qu’on appellera le ’68 Comeback Special, un moment chéri par les fans. La star est alors à mi-chemin dans sa transformation du Elvis dynamisé par sa fougue de jeunesse en Elvis à paillettes des années Vegas. Yeah, baby!

Photo d'archives

• Lorsque Carmina Burana, l’œuvre maîtresse de Carl Orff, atterrit au petit écran, TV Hebdo propose à ses lecteurs une édition ornée d’une couverture qui a sans doute fait faire des cauchemars à quelques enfants, le tout juste à temps pour le numéro d’Halloween. Coïncidence?

Photo d'archives

• Dans le nouveau téléroman Les Martin, deux grands interprètes se donnent la réplique. Monique Miller incarne la journaliste Nicole Martin, et le regretté Jacques Godin, qui nous a quittés plus tôt cet automne, prête ses traits à son mari, Éloi, un agent de relations publiques.

Photo d'archives

• Les Québécois sont eux aussi tombés sous le charme de Ma sorcière bien-aimée et de la comédienne à l’air espiègle Elizabeth Montgomery. Après trois saisons diffusées à Télé-Métropole, l’épouse au nez magique déménage avec les membres de sa famille du côté de Radio-Canada. 

• Des célébrités nées en 1968 : Molly Ringwald (18 février), Lucy Lawless (29 mars), Patricia Arquette (8 avril), Daniel Dae Kim (4 août), Gillian Anderson (9 août), Debra Messing (15 août), Will Smith (25 septembre), Naomi Watts (28 septembre), Hugh Jackman (12 octobre), Owen Wilson (18 novembre), Lucy Liu (2 décembre) et Brendan Fraser (3 décembre).

À lire aussi

Et encore plus