District 31: Le personnage de Gabrielle n’est pas au bout de ses peines | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

District 31: Le personnage de Gabrielle n’est pas au bout de ses peines

DU LUNDI AU JEUDI 19 H, RADIO-CANADA

Image principale de l'article Gabrielle n’est pas au bout de ses peines
Karl Jessy

Avec l’enlèvement de sa fille, la tentative d’assassinat de Dujardin à son endroit et la révélation des cachotteries de son mari, Gabrielle Simard n’a pas eu un automne reposant. À la veille de la finale, Geneviève Brouillette nous assure que son personnage n’est pas au bout de ses peines.

• À lire aussi: Caroline Néron est victime de commentaires désobligeants et la production de District 31 intervient

• À lire aussi:
Mirianne Brûlé révèle des détails sur son rôle dans «District 31»

Geneviève, quelle saison incroyable a vécue votre personnage, Gabrielle, dans District 31! Comment avez-vous réagi en apprenant tout ce par quoi elle allait passer?
C’est très particulier, travailler sur District 31. Il n’y a pas d’autres projets sur lesquels on reçoit au compte-gouttes les péripéties de son personnage. Habituellement, on connaît sa courbe dramatique avant de tourner. Là, j’ai découvert quasiment au même rythme que les gens les épreuves qu’a traversées Gabrielle. Chaque fois, je les ai reçues comme d’incroyables cadeaux! J’ai l’impression d’être gâtée pourrie comme actrice! 

Avez-vous aussi appris à la dernière minute que Gabrielle allait se faire tirer par Daniel Dujardin?
Je venais de lire le dernier épisode de la semaine, où Gabrielle rentrait chez elle et où Dujardin l’attendait armé avec sa fille, quand Luc Dionne m’a téléphoné. Tout de suite, je me suis attendue au pire. En décrochant, j’ai répondu: «Ça y est, je me fais tirer.» Luc a bien rigolé et m’a répondu: «Vous êtes tous paranoïaques, dans cette série-là! Ne capote pas; oui, tu te fais tirer, mais tu vas survivre.» 

On entend souvent parler de la vitesse de tournage de District31. Quand arrivent des scènes comme celle où Gabrielle prend une balle, avez-vous plus de temps pour la faire?
Vraiment pas! C’est dans ces moments-là que je me félicite d’avoir 30 ans de carrière. Tout ce que les téléspectateurs voient ou presque a été tourné en une seule prise. Nous reprenons seulement si un acteur se trompe de réplique. 

Karl Jessy

C’est tout un défi!
Oui, mais ça s’est très bien passé cet automne. Je ne sais pas ce que j’avais, mais dès que c’était le temps de pleurer à l’écran, l’émotion montait et les larmes coulaient instantanément. C’est certain que, lorsque je me regarde par la suite, il y a de petites choses qui m’achalent, car pleurer est une action qui peut avoir plein de nuances. Il y a les larmes retenues et les gros sanglots, mais sur District 31, nous n’avons pas le temps d’y réfléchir. Je dois me fier à mon instinct et à mon expérience pour doser. 

Cette saison vous a amené aussi deux nouveaux partenaires de jeu fantastiques: Gilles Renaud dans la peau de votre père et Frédérick De Grandpré dans celle de votre mari. Aviez-vous déjà joué avec eux?
J’ai déjà joué avec Gilles dans Rumeurs. C’est un immense bonheur de le revoir, car travailler à ses côtés est toujours facile et merveilleux. On en prend d’ailleurs très soin, de notre Gilles, parce que personne sur le plateau ne veut lui refiler quelque chose. On se tient loin, même si on l’adore. C’est notre plus vieux; il fait bien des blagues avec ça. Pour ce qui est de Frédérick, je le connaissais, mais je n’avais pas eu la joie de lui donner la réplique avant. C’est un véritable gentleman, et je suis ravie de l’avoir comme partenaire. Vraiment, ce sont deux gars qui sont bons à l’écran, en plus d’être agréables à côtoyer. Ce n’est pas un détail!

• À lire aussi: Michel Charette explique quel accueil il réserve aux nouveaux comédiens de District 31

Comment décririez-vous la relation de Gabrielle avec son père?
Ils sont extrêmement proches. J’ai l’impression que si Gabrielle est cette femme forte qui règle ses affaires, c’est parce qu’elle sait que si elle s’effondre, son père sera toujours là pour la ramasser. Je pense que c’est la seule personne devant qui elle accepte d’être vulnérable.      

Karl Jessy

Pensez-vous que sa relation avec Francis était déjà brisée avant qu’elle apprenne ses mensonges?
Je crois que oui... Je me suis déjà demandé quel temps Gabrielle avait à consacrer à son chum, elle qui travaille matin, midi, soir presque tous les jours de la semaine et qui a trois enfants. Peut-être que, justement, elle ne le voyait pas tant que ça. Parfois, des crises comme celle-là amènent à faire le ménage et permettent de se retrouver par la suite. 

Francis met quand même Gabrielle dans une drôle de position...
Gabrielle n’est pas au bout de ses peines, je vous le garantis! Elle fait bien de continuer de s’inquiéter, autant à cause de Francis que de Dujardin et du service des enquêtes indépendantes. 

Est-ce que l’avenir s’annonce sombre pour elle?
Heureusement, c’est là que la solidarité de l’équipe du 31 va opérer. Daniel Chiasson et sa gang ne laisseront pas tomber Gabrielle.

À VOIR AUSSI: 20 FOIS OÙ LES COMÉDIENS DE DISTRICT 31 NOUS ONT AMENÉ DANS LES COULISSES DE L'ÉMISSION

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus