Simon Morin se prépare pour son rôle dans la série de Josélito Michaud | 7 Jours
/magazines/7jours

Simon Morin se prépare pour son rôle dans la série de Josélito Michaud

Image principale de l'article Il se prépare pour son premier rôle comme comédien
Kevin Millet

Simon Morin roule sa bosse dans le milieu de la musique depuis plusieurs années. Il fait partie du groupe Les Brothers et, l’année dernière, il lançait Ébène, son premier album solo. Or voilà maintenant que Josélito Michaud lui offre un rôle important dans sa nouvelle télésérie, Le chaos, dans laquelle Simon jouera INVO, une rock star. Entrevue avec celui qui fera bientôt ses premiers pas en tant que comédien.

• À lire aussi:
Simon Morin lance un vidéoclip sombre et mystérieux

Simon, qu'est-ce que ça te fait te fait de savoir que tu joueras une
rock star dans une fiction télé?
Ça me flatte. Jamais je n’aurais pensé pouvoir décrocher un premier rôle aussi gros que celui-là. Je songe à devenir comédien depuis fort longtemps; ce rôle est donc un gros cadeau. Ça me fait capoter. J’ai passé une audition, et Josélito a aimé ma proposition, à tel point qu’il a rajouté des scènes à mon personnage. Ça fait du bien d’avoir une bonne nouvelle comme ça! 

Est-ce lui qui a pensé à toi?
Ça fait un bout qu’on se connaît, lui et moi. Un jour, il m’a invité chez lui parce qu’il avait quelque chose pour moi, et j’y suis allé. Peu de temps après, il est venu à mon lancement d’album et il m’a dit que j’avais le rôle. J’ai passé une audition devant Josélito et le réalisateur Stéphan Beaudoin. Ils m’ont trouvé naturel et bon.      

Comment te prépares-tu pour ce rôle?
Je me laisse complètement guider par Josélito et Stéphan. Nous travaillons chaque détail pour que je sois bien en contrôle. Je leur fais confiance, je sais que je suis entre bonnes mains. Mais le rôle n’est pas très loin de mon domaine et de qui je suis. Je vais cependant devoir apprendre à livrer un texte plutôt qu’une chanson. Je vais également avoir quelques chansons à interpréter. Ce sera une grosse charge de travail, mais j’ai hâte de commencer les tournages. 

Que peux-tu nous dire à propos de ton personnage?
Il se nomme INVO et c’est une rock star. Bon, il est beaucoup plus star que moi, puisqu’il a fait une grande tournée mondiale. Il revient au Québec pour faire un spectacle, au cours duquel un drame survient. Il y a vraiment beaucoup de choses qui me ressemblent en lui. Ce côté-là sera facile à jouer pour moi, parce qu’il fait partie de ma vie. Mais INVO est aussi un personnage complexe, et je vais avoir des scènes importantes à jouer qui sont plus loin de moi. Ça, ce sera un défi.

Daniel Bélanger va signer les chansons d’INVO. Tu vas donc te retrouver à chanter du Daniel Bélanger!
Oui. Je capote d’avoir la chance de travailler avec lui. C’est fou! J’aime tout ce que ce gars-là a fait et j’ai hâte de m’asseoir avec lui pour commencer à travailler sur les chansons. 

Kevin Millet


• À lire aussi:
Josélito Michaud nous présente sa nouvelle émission

Comment reçois-tu un si beau rôle après plusieurs déceptions au cours de ta carrière?
Je m’en rends compte. Je veux prendre le temps de savourer chaque moment, de bien vivre chaque instant. C’est certain que ce rôle est un cadeau qui fait du bien. Depuis 2012, rien n’a été facile, et je réussis enfin à décrocher quelque chose dont je suis fier. Je veux offrir une prestation à la hauteur de mes propres attentes et de celles des autres, pour éventuellement pouvoir faire d’autres projets. 

Tu as participé à des compétitions de chant comme Star Académie et La Voix, sans jamais remporter les grands honneurs. As-tu été découragé?
Oui, un peu. J’ai essayé des affaires et, chaque fois, il y avait des déceptions. Mais c’est aussi pour aller me chercher des contacts que j’ai fait tout ça, même si les coups venaient avec. J’aurais aimé être le premier et gagner, mais en même temps, j’ai pu prendre de l’expérience. 

As-tu déjà songé à faire autre chose dans la vie?
Plusieurs fois, mais il y a toujours eu une petite voix qui me disait de réessayer encore. Depuis que j’ai obtenu ce rôle, ça me rend heureux et ça me donne envie de m’accrocher encore à ce que je fais. Je suis aussi content d’avoir fait Ébène. Ç’a été difficile de faire ce disque, et j’ai eu à me battre pour y arriver. Mais je suis tellement fier de l’avoir fait. Après l’avoir lancé, honnêtement, j’ai eu une période de découragement. Sans ce rôle dans la série, j’aurais peut-être un tout autre discours aujourd’hui.

Pourquoi trouvais-tu important de faire ton album, malgré les déceptions et les changements d’équipe?
Je voulais pouvoir arriver sur scène et faire autre chose que des reprises. Je voulais arriver avec mon propre matériel et avoir au moins un album original. Pour moi, un album, ça vient avec des spectacles. Mais encore là, j’ai joué de malchance. La veille de la crise de la covid, j’étais sur le point de signer un contrat de spectacles avec une grande compagnie, mais je ne l’ai finalement jamais signé. Je devais même faire des premières parties de spectacles, mais tout a été annulé. Une fois de plus, le timing a joué contre moi. 

As-tu déjà remis ton talent en question après tout ça?
C’est certain qu’à un moment donné, tout ça m’affectait personnellement. Arriver dernier dans un concours, par exemple, ça affecte l’ego. Cela dit, ça ne devrait pas atteindre l’œuvre. Je ne pense pas qu’on peut quantifier un talent. Je pense que c’est plus une question d’étoiles alignées, et non parce qu’un tel est meilleur qu’un autre. Je n’ai donc jamais eu de doutes sur mon talent, mais plutôt sur ma façon de vouloir faire les choses.

As-tu des regrets?
Non. Je suis même fier, car je suis un des seuls à être sur un album de Star Académie et sur un album de La Voix. J’ai aussi pu chanter au Centre Bell, et ç’a été magnifique comme expérience. Mais si c’était à refaire, je prendrais plus le temps de faire les choses au lieu de me garrocher. Je profiterais aussi davantage de ma seule semaine à Star Académie. Je ne pensais pas me faire sortir aussi vite. Autrement, je trouve que je ne m’en suis pas mal sorti.      

Quel souvenir gardes-tu de ton passage à cette émission?
Je ne garde que de bons souvenirs. Notre cohorte était super belle, et il y avait beaucoup de talent dans ce groupe. Je suis encore en contact avec plusieurs d’entre eux.

Arrives-tu à gagner ta vie avec la musique?
Oui. Avant la pandémie, je roulais et ça allait bien. Je faisais 100 spectacles par année, seul ou avec mon groupe, Les Brothers. Je gagnais bien ma vie avec la musique. Je n’étais pas à plaindre.

As-tu gardé des frustrations face au milieu?
Non, mais parfois je trouve que certains choix sont ordinaires. Je trouve que notre milieu est malade par rapport à plusieurs aspects, mais je ne saurais même pas par où commencer pour régler les problèmes. Je pense que c’est surtout la façon de travailler de certaines personnes dans le milieu qui me frustre, et non le milieu en tant que tel. Certains sont méchants et contournent les règles. Il y a des agents véreux qui n’aident aucunement la cause artistique. Tout ça me rend triste, mais ça fait partie de la game.

Quels sont tes projets pour la suite?
Je me consacre présentement à préparer mon rôle dans la série. Je veux bien faire mes devoirs et arriver prêt sur le plateau. Je veux profiter de cette belle vague pour me faire connaître davantage, moi et ma musique. Je prends aussi mon mal en patience, parce que je sais que je ne vais pas faire de spectacles pour un bout avec la pandémie. Donc, j’en profite pour travailler ma voix, me perfectionner à la guitare et dans ce que je fais. Je vais aussi écrire des chansons. 

Le chaos sera disponible en 2021 sur Club illico.

L’album Ébène est disponible partout.


À VOIR AUSSI: 19 comédiens québécois qui ont incarné une personnalité connue

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus