Stéphane Fallu nous dévoile son coup de cœur de la saison à Refuge animal | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Stéphane Fallu nous dévoile son coup de cœur de la saison à Refuge animal

Image principale de l'article Son coup de cœur de la saison à Refuge animal
Photo : Bruno Petrozza

La septième saison du docuréalité Refuge animal se termine cette semaine. Une saison marquée par la pandémie, mais qui aura malgré tout permis de trouver un nouveau foyer à plein de petite bêtes.

• À lire aussi: Stéphane Fallu ouvre la porte à une huitième saison de «Refuge animal»

Comme pour les six saisons précédentes de Refuge animal, le sympathique animateur et humoriste Stéphane Fallu a repris ses tâches comme bénévole auprès d’un organisme spécialisé où on reçoit des chiens, des chats et d’autres petits animaux qui sont traités, évalués, puis confiés à des familles. Mais cette septième saison a un petit quelque chose de spécial. «Avec toute l’équipe, on a décidé de revenir à la SPCA Roussillon, et il y a des raisons pour ça. On aimait cet endroit, on aimait les employés et on aimait leur dévouement envers les animaux», a fait savoir Stéphane Fallu dès les premières minutes du premier épisode. 

Invité à parler du dernier épisode de cette septième saison, l’animateur le résume ainsi: «C’est une finale avec toute l’équipe, et on revient sur certains cas.» Il parle entre autres d’un cas impliquant un chien et d’un autre bien spécial avec une petite bête qu’on ne s’attend pas à voir dans de tels refuges pour animaux. «On a un animal qu’on n’avait jamais eu avant. On l’a trouvé errant dans une ville. C’est assez surprenant. Je n’avais jamais vu ça.» Et pas question ici de vous en dire plus pour l’instant! 

Stéphane Fallu ajoute que, dans cette dernière émission de la saison, il est bien entendu question d’animaux, mais aussi de ceux qui les recueillent, les bichonnent et triment dur pour trouver la meilleure famille pour eux. «Je parle beaucoup de l’équipe.» 


DES SITUATIONS PARTICULIÈRES
Cette septième saison a été tournée en pleine pandémie. Comme vous devez vous en douter, ce contexte a apporté son lot de situations particulières, et il en sera question dans l’ultime épisode de la saison. «On verra le constat que je tire du fait d’avoir tourné dans ce contexte.» Stéphane Fallu raconte ensuite qu’à son arrivée au refuge, il était le seul bénévole. «Il y avait beaucoup de travail à faire.» Il confie que ce qui a été particulièrement difficile pour lui, ce sont les mesures de distanciation physique à respecter. «C’est un refuge, on parle avec des gens, il y a des adoptions ou encore des moments tristes, et il fallait que je reste à 2 mètres... Ça faisait comme un froid, comme s’il y avait un plexiglas entre nous. Mais on a fini par oublier tout ça puisqu’à un moment donné, il y a eu des scènes hyper touchantes qui se sont passées en respectant la distance. Comme quoi l’émotion, pour que ça se passe, on n’a pas besoin de parler beaucoup. Cela dit, c’est un travail qui demande beaucoup d’implication de ma part et, cette année, ça en a demandé doublement et même triplement.» 

Il révèle ensuite qu’au-delà du travail physique, il a dû composer avec des situations pas évidentes. «Des gens qui perdent leur emploi et leur maison et qui doivent abandonner leur animal...Ce sont beaucoup de situations qui n’étaient pas tout le temps drôles.» 


SES COUPS DE CŒUR
On termine en lui demandant quels ont été ses coups de cœur de la saison. «Dans la dernière émission, on parle d’Olas, un gros chien que j’ai beaucoup aimé. Il a été là tout le temps que j’ai passé au refuge. C’est un malamute, donc pas un petit chien, mais il était vraiment gentil. Il y avait aussi un chat qui s’appelle Snuggle, qu’une personne a apporté dans une boîte de couches; c’est pour ça qu’on lui a donné ce nom-là!» Et oui, rassurez-vous, Olas et Snuggle ont été adoptés par de nouvelles familles.       

Ne manquez pas la finale de la saison de Refuge animal ce lundi à 19h, à TVA.

À VOIR AUSSI: LES ANIMAUX DE COMPAGNIE DE CES VEDETTES QUÉBÉCOISES 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus