Chantal Fontaine révèle des détails sur son personnage de Gisèle dans L’Échappée | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Chantal Fontaine révèle des détails sur son personnage de Gisèle dans L’Échappée

Image principale de l'article Des détails sur son personnage
Photo : Eric Myre

Chantal Fontaine a endossé avec plaisir le rôle de Gisèle Bayeur, la nouvelle directrice du poste de police de Sainte-Alice dans L'Échappée. Celle-ci est allée dans le Bas-du-Fleuve pour une raison bien précise, que nous allons découvrir. Aussi, ce sera le premier Noël de la comédienne sans son papa...

• À lire aussi:
Une page importante se tourne pour Chantal Fontaine

• À lire aussi:
Chantal Fontaine cumule les projets excitants

Tout de go, Chantal Fontaine nous parle de son nouveau personnage. «Gisèle Bayeur est une vedette dans son domaine. On comprend pourquoi elle est rendue à Sainte-Alice. Sa carrière prend toute la place dans sa vie. Elle n’est pas mariée et n’a pas d’enfant. Et elle n’en est pas à son premier BBQ quand elle arrive au village!» 

La comédienne enchaîne: «Gisèle prend Marie-Louise (Bianca Gervais) sous son aile et l’amène à être plus logique. Elle a énormément de respect pour cette policière. Lorsque cette dernière fait un bon coup, Gisèle est contente de voir qu’elle évolue dans le bon sens. Cependant, Gisèle ne met pas de gants blancs lorsqu’elle a quelque chose à dire. Elle est plutôt sujet, verbe, complément! Par ailleurs, Marie-Louise lui pose beaucoup de questions au sujet de son arrivée à Sainte-Alice. Gisèle devra ouvrir son jeu, car il y a une raison fondamentale qui l’a amenée dans le Bas-du-Fleuve. Elle soupçonne certains de ses habitants de se livrer au trafic de drogue.»      

Photo : Yan Turcotte / TVA



• À lire aussi: 10 choses à savoir sur la nouvelle saison de L'Échappée

NE PAS BAISSER LA GARDE

Concernant le tournage en temps de covid-19, l’actrice témoigne: «On s’habitue à tout. On peut s’estimer chanceux d’avoir du travail. Je suis proche aidante pour une de mes tantes qui a 87 ans et qui vit en résidence. C’est fondamental pour moi de me sentir protégée quand je vais travailler. Je suis dans une équipe où tout le monde — les acteurs, les techniciens, les gens de la production — prend ça au sérieux. On ne baisse pas la garde même si cela fait des mois qu’on travaille ainsi. C’est super important. Il y a plein de petits éléments à cocher avant d’arriver à jouer, mais je trouve ça très rassurant de le faire comme ça. Quand on arrive, on a des papiers à remplir, on se lave les mains et on nettoie nos accessoires nous-mêmes. On laisse nos textes, nos effets personnels et notre cellulaire dans une boîte à notre nom. Quand on enlève notre masque pour les retouches de maquillage, les gens ne se parlent pas. Pour Gisèle, la féminité n’est pas très importante. On m’applique donc un léger fond de teint et presque rien d’autre. Mon maquillage prend cinq minutes.»

PREMIER NOËL SANS SON PÈRE
Chantal a perdu son père en juin. Elle nous confie: «Je crois qu’il est parti au bon moment. Je sais que mon père aurait trouvé Noël très pénible. Papa était devenu sourd. Il lisait sur les lèvres et, avec les masques, ça ajoutait à son isolement. On est une très grande famille chez nous: on est sept enfants. Il y a les frères, les sœurs, nos enfants et les enfants de nos enfants. J’ai même une nièce qui est déjà rendue grand-mère. Quand tout le monde est là, on est au moins 80 chez nous. Alors, Noël aurait été triste pour papa. Il avait 93 ans, il a fait une bonne vie.»

UNE GRAND-MÈRE COMBLÉE
Concernant sa vie dans sa maison intergénérationnelle avec sa fille et son gendre, Chantal nous dit: «Avec ma fille, son chum, et ses trois enfants, dont des jumelles, on vit déjà à la même adresse. On se voit 35 fois par jour! (rires) On est chanceux de vivre ça. Je peux lui donner un coup de main sans stresser. Mon fils a aussi des jumeaux, qui vont avoir quatre ans. Avec les enfants de mon fils, on va à la campagne; on ne mélange pas les petits. On fait super attention. On espère qu’on pourra tous se voir dans le temps des fêtes. On verra...»      

L’Échappée est diffusée les lundis à 20 h, à TVA.

À VOIR AUSSI: L'ÉVOLUTION DES COMÉDIENS DE L'ÉCHAPPÉE

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus