Tout sur la nouvelle vie d’Olivier Barrette en Espagne | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Tout sur la nouvelle vie d’Olivier Barrette en Espagne

Image principale de l'article Tout sur sa nouvelle vie en Espagne
Photo : Patrick Seguin

Depuis plusieurs mois, Olivier Barrette s'est installé à Barcelone, où il travaille comme comédien. Il fait des allers-retours au Québec, où sa carrière se poursuit également. Il a aussi lancé, avec plusieurs amis, la plateforme salu.video, qui met en contact des personnalités avec les gens qui voudraient recevoir des messages personnalisés.

Olivier Barrette n’avait rien planifié de tout ce qui lui est arrivé dans les derniers mois. Il s’est plutôt laissé guider par la vie, les rencontres et l’instinct. Tout a commencé lors du référendum de 2017 en Catalogne. «J’ai répondu à une invitation pour m’impliquer, explique-t-il au téléphone depuis son appartement de Barcelone. On voulait forcer le Canada à appuyer une motion pour que le gouvernement espagnol respecte les manifestants catalans qui militaient pour un référendum sur l’indépendance de la Catalogne.»      

Après cette expérience, le comédien, qui parle déjà plusieurs langues, a eu envie d’apprendre le catalan en signe de soutien. «J’ai décidé de suivre des cours à l’Université de Montréal. J’ai fait une session de trois mois. Peu après, un ami, auteur de théâtre, allait à Barcelone pour un projet, et je suis parti avec lui. À Barcelone, quand on parle catalan, les portes s’ouvrent assez facilement.»

Le comédien s’est rapidement fait une petite place en passant plusieurs auditions pour la télévision catalane. Son originalité, c’est qu’il parle catalan, l’idiome régional, sans réellement parler espagnol, la langue commune à tout le pays.

Des projets locaux
Lorsqu’il jouait dans la série O’, à TVA, Olivier Barrette faisait en même temps des auditions pour trouver du travail dans son pays d’adoption. «J’ai fait pas mal de voyagement. Je prenais l’avion toutes les deux semaines pour aller d’un côté ou de l’autre. Je n’en parlais pas beaucoup parce que je pensais que personne ne le savait, à Montréal. Je ne voulais pas m’empêcher d’avoir des rôles, mais je me suis finalement rendu compte que tout le monde le savait et que ça ne faisait pas une grande différence.»

Petit à petit, le comédien s’est mis à travailler des deux côtés de l’Atlantique. «Je fais beaucoup de voix ici, à Barcelone. J’ai aussi fait une pub récemment pour un grand magasin très connu ici, dont je ne peux donner      

le nom, car ce n’est pas encore sorti. Je ne fais habituellement pas de pubs au Québec, mais ici, c’est très agréable. Je fais des affaires que je ne fais jamais à Montréal.» 

Et quand il reçoit des propositions pour jouer chez nous, il saute dans l’avion. «En septembre, un agent de casting québécois m’a appelé. Je suis retourné au Québec, mais je n’ai finalement pas eu le rôle. Après ma quarantaine, j’ai repris l’avion et je suis à Barcelone depuis ce moment. Je ne suis pas vraiment “pris” à Barcelone; j’attends juste la bonne occasion pour retourner au Québec.» 

Pandémie mondiale
Olivier Barrette a passé le premier confinement au Québec, mais il confie que cette période de latence est plus agréable à vivre au bord de la Méditerranée. «Pour le moral, c’est quand même plus facile ici, car la météo est plus clémente. Il fait beau et plus chaud qu’au Québec. Mais je dois dire que le Montréal d’avant la covid me manque. Sinon, c’est sûr qu’il y a des risques ici aussi, comme n’importe où dans le monde. Sur le plan des mesures sanitaires, ils ont été un peu plus lents ici. Ils ont fermé les théâtres et interdit les spectacles il y a seulement deux ou trois semaines. Actuellement, il ne se passe absolument rien à Barcelone.» 

Une plateforme web
Avec ses amis Olivier Gervais-Courchesne, Alexandre Giguère et Alexandre McGraw, Olivier Barrette a lancé salu.video, une plateforme Web sur laquelle des personnalités (comédiens, chanteurs, humoristes...) proposeraient de faire des messages personnalisés contre une petite rétribution. «Ça fait un petit bout de temps que c’était dans les cartons. L’idée a germé lors d’un apéro sur Zoom. Olivier avait perdu ses rôles et tous ses contrats, la Fondation des artistes avait vidé ses coffres, et on s’est demandé comment faire pour se fédérer et garder un certain lien avec le public. On est finalement très fiers de notre projet.» 

Pour découvrir les personnalités participantes, les tarifs et le fonctionnement de la nouvelle plateforme, rendez-vous à salu.video.

À VOIR AUSSI: 19 ENFANTS DE VEDETTES QUÉBÉCOISES QUI RESSEMBLENT À LEURS PARENTS

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus