Isabelle Racicot présente son premier documentaire sur le racisme | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Isabelle Racicot présente son premier documentaire sur le racisme

LUNDI 23 novembre, 21 H, RADIO-CANADA

Image principale de l'article Isabelle Racicot présente son premier documentaire
Julie Perreault

Dans son premier documentaire, Isabelle Racicot nous invite à l’accompagner dans sa recherche sur les sources et la nature du racisme systémique. Pour mes fils, mon silence est impossible nous permet non seulement de nous informer, mais aussi de découvrir comment nous pouvons combattre le racisme.

Le milieu de la télévision, Isabelle Racicot le connaît très bien. Depuis de nombreuses années, elle y travaille en tant que chroniqueuse ou animatrice. Cet automne, elle nous présente son premier documentaire, Pour mes fils, mon silence est impossible.      

Un événement décisif
«L’idée de faire un documentaire me titille depuis un bout de temps, mais je n’avais pas trouvé de sujet percutant. Or la mort de George Floyd a provoqué plusieurs discussions à la maison, entre mon mari, mes enfants et moi. Quand mon plus jeune, qui avait 13 ans à ce moment-là, a vu les premières images, il nous a demandé si c’était arrivé juste à cause de la couleur de peau de George Floyd. Mon plus vieux, lui, va parfois dans des parcs avec des amis. Mon mari et moi, on s’est sentis obligés d’avoir avec lui la conversation que tous les parents noirs ont avec leurs enfants: comment agir avec les policiers s’ils se font arrêter. Nous avons essayé de rendre la chose la plus normale possible, mais plus tard, je me suis dit que ce n’était pas normal du tout. Mon amie Valérie Beaulieu — productrice chez Trinome & filles — et moi en avons parlé pendant trois heures, et elle m’a conseillé de choisir ce sujet pour un documentaire. Rapidement, les gens de Radio-Canada se sont joints au projet. Plutôt que de faire une émission d’affaires publiques, ils m’ont dit d’y aller comme je le sentais, et c’est devenu le documentaire Pour mes fils, mon silence est impossible», raconte Isabelle Racicot.      

Trinome & filles

En quête de réponses
Dans le documentaire, Isabelle Racicot a choisi d’aller chercher des réponses aux grandes questions que bien des gens se posent. «C’est ma quête personnelle, mais ce n’est pas mon histoire de vie. Tout le monde pourra s’y reconnaître», précise-t-elle. Elle s’est ainsi entretenue avec une mère qui vit une situation semblable à la sienne, des historiens, des politicologues, un chef de police et des gens qui travaillent dans des organismes communautaires. On rencontre aussi les membres de la famille d’Isabelle, avec qui elle a des discussions très intéressantes et tente de trouver des réponses à plusieurs questions. Comment en est-on arrivé là en 2020? Qu’est-ce qu’on n’a pas réglé? Comment expliquer le profilage racial? Que peut-on faire pour changer les choses? 

«J’aurais pu aller dans une autre direction, mais c’est celle que j’ai choisie. De tous les projets que j’ai réalisés dans ma carrière, c’est le plus personnel et celui qui a la plus grande charge émotive. C’est aussi celui dont je suis le plus fière», souligne Isabelle Racicot, qui est également productrice au contenu du documentaire. «J’étais entourée d’une belle équipe, avec beaucoup de gens issus de la diversité, et chacun m’a donné ses impressions.» 

Trinome & filles

Des pistes de solution
Le documentaire apporte des réponses aux questions qu’on se pose. On y trouve également des pistes de solution pour combattre le racisme. «Ce qui est vraiment bien, c’est que chaque personne que j’ai rencontrée m’a apporté des pistes de solution. Il y a des choses qu’on peut faire sur tous les plans», affirme Isabelle Racicot. Pour mes fils, mon silence est impossible est à voir pour comprendre, apprendre et ouvrir la discussion.

Deux capsules web en complément
Parallèlement au documentaire, les téléspectateurs pourront en apprendre plus sur le sujet grâce à deux capsules Web offertes sur le site de Radio-Canada. La première est une rencontre avec la psychologue Sophie Gilbert. Dans la deuxième, Isabelle Racicot s’entretient avec le chanteur Émile Bilodeau et Stéphanie Germain, coordonnatrice pour l’organisme Hoodstock. 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus