TV Hebdo revisite les événements marquants du hiver-printemps 1994 | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

TV Hebdo revisite les événements marquants du hiver-printemps 1994

Les nouveaux justiciers de la télé

Image principale de l'article On revisite les événements marquants de 1994
Photo d'archives

La vie d’un jeune correspondant de guerre qui mènera un jour sa nation est portée au petit écran, et deux journalistes font la loi à l’antenne de TVA. Avec J.E., les vilains profiteurs et autres individus malintentionnés n’ont qu’à bien se tenir! 

À LA UNE  

Une équipe du tonnerre

Jocelyne Cazin et Gaétan Girouard, J.E.

Photo : © TVA

Jocelyne Cazin et Gaétan Girouard, J.E.

Après un an à l’antenne, Jocelyne Cazin et Gaétan Girouard ont déjà laissé leur marque, et ce n’est que le début d’une longue aventure. Les animateurs, qui n’ont vraiment pas froid aux yeux, exposent au grand jour les fraudeurs de la province, les entreprises crapuleuses et tous ceux qui se livrent à des pratiques douteuses en profitant de la bonne foi des honnêtes citoyens. Déjà à l’époque, le courageux tandem dénonce les malfaiteurs au péril même de sa sécurité, mais quand on pratique le journalisme d’enquête avec sérieux, les menaces et l’intimidation font partie du lot. 

Plus de 20 ans après la mort tragique de Gaétan Girouard, le tandem est toujours associé à un type de journalisme qui va au fond des choses et qui ne se contente jamais du statu quo.

« Je ne peux pas oublier [Gaétan], parce qu’on me le rappelle constamment, confiait il y a quelques années une Jocelyne Cazin marquée par cette période tumultueuse de sa vie. Toutes les semaines, des gens me parlent de l’équipe du tonnerre qu’on formait. Je ne suis pas gênée de le dire: Gaétan est devenu mon ange gardien. Tous les jours, il m’accompagne. Quand j’ai des doutes dans ma vie ou quand je dois performer, Gaétan est avec moi. Tout le temps. »

Depuis, J.E. a vu se succéder les animateurs: Annie Gagnon, Michel Jean, Paul Larocque et Marie-Christine Bergeron ont tour à tour été à la barre de l’émission. Mais comme c’est souvent le cas à la télé, le souvenir de celle-ci restera toujours d’abord associé à ses premiers artisans. 

La série de l’heure  

René Lévesque: un pari un peu trop audacieux?

Denis Bouchard

Photo : © TVA

Denis Bouchard

Première de deux séries consacrées à l’ancien premier ministre du Québec (la seconde a été diffusée en 2006), cette production a été reçue avec une brique et un fanal — comme le veut l’expression — par la critique. Il faut admettre, à la décharge de ses créateurs, que le défi était considérable. Les chaussures de ce personnage mythique et unique de la politique québécoise étaient en effet difficiles à enfiler. Dans le rôle-titre, Denis Bouchard — qui, depuis, a eu maintes occasions de nous prouver qu’il est un brillant interprète — a eu peine à sortir de la caricature. Considérant l’ampleur du personnage et son parcours improbable, il était cependant incontournable de lui réserver un traitement biographique, au risque de s’y casser les dents.  

Photo d'archives

Flash actualité  

Un printemps tout en noir

Kurt Cobain

Photo : Zuma Press

Kurt Cobain

Tandis que la nature reprend des couleurs après l’hiver, différents événements marquants de l’actualité nous rappellent à quel point la vie est précieuse et fragile. Le printemps commence de sombre façon, en particulier pour une génération de jeunes qui ont grandi avec la musique du groupe Nirvana. Le chanteur Kurt Cobain, qui vient tout juste d’avoir 27 ans, se suicide dans sa demeure de Seattle après avoir vécu une existence marquée par des épisodes de dépression. Le décès de ce pionnier du mouvement grunge sera suivi quelques jours plus tard par les massacres du Rwanda. En une centaine de jours, ceux-ci feront plusieurs centaines de milliers de victimes au sein de la communauté tutsie. Un triste chapitre dans l’histoire de l’humanité. 

Des réfugiés tutsis fuyant les massacres au Rwanda.

Photo : Getty Images

Des réfugiés tutsis fuyant les massacres au Rwanda.

Sports  

Les Québécois brillent à Lillehammer

Myriam Bédard

Photo : Getty Images

Myriam Bédard

Deux ans après Albertville, les Jeux olympiques d’hiver se tiennent, du 12 au 27 février, en Norvège, pays de la neige, des rennes et des skieurs de fond. Nos représentants nous offrent de multiples occasions d’être fiers de leurs exploits, notamment en ski acrobatique: Jean-Luc Brassard remporte l’or aux bosses, et son collègue Lloyd Langlois gagne le bronze en saut. 

Photo d'archives

En patinage de vitesse, Nathalie Lambert file avec l’argent au 1000 m sur courte piste, tout comme le quatuor féminin au 3000 m relais. Chez les hommes, Marc Gagnon s’en tire avec le bronze au 1000 m. En patinage artistique, le tandem formé d’Isabelle Brasseur et Lloyd Eisler monte également sur la troisième marche du podium. Toujours en patinage artistique, Elvis Stojko remporte l’argent. De son côté, l’équipe nationale de hockey s’incline 3 à 2 en finale lors d’une défaite crève-cœur contre la Suède.

Mais Lillehammer, c’est surtout l’année de Myriam Bédard qui, en remportant deux fois l’or au biathlon, vient battre les Norvégiens, largement favoris, sur leur propre terrain. Malgré les frasques de Mme Bédard quelques années plus tard, on ne pourra jamais lui enlever cet instant de gloire et cet accomplissement sportif hors du commun. 

Ça fait jaser  

Mitsou se réinvente

Photo d'archives

Six ans après Bye bye mon cow-boy, deux rôles au cinéma, un album anglophone, une cassette de mise en forme et bien des tenues provocantes, Mitsou frappe un mur avec l’album Le yaya, boudé chez les disquaires. Mais si on sait aujourd’hui une chose de cette vedette qui a bousculé notre monde médiatique, c’est qu’elle ne manque pas de ténacité ni de créativité quand vient le moment de se réinventer.

Sensible à la cause de ceux qui doivent vivre avec le sida, Mitsou accepte de suivre un test de dépistage dans le cadre de Studio libre, et le milieu de la télé semble lui faire les yeux doux. Cette année-là, elle fait ses débuts d’animatrice à C’est chaud, aux côtés de Jean-Michel Dufaux, à TQS, et ses débuts de chroniqueuse à l’émission de TVA Les amuse-gueules, animée par Jean-Pierre Coallier. Le tout, après avoir fait une nouvelle fois parler d’elle en se livrant à une symbolique mise à nu devant ses fans sur le plateau de Claire Lamarche. Quand on a le don de faire jaser... 

Un spectacle inoubliable 

Des retrouvailles pour Yvon et Robert

Photo d'archives

La Saint-Jean est un soir de retrouvailles pour deux membres du quatuor derrière l’Osstidcho, présenté à la fin des années 1960. Le spectacle de la Saint-Jean, dont le thème est Quand sept millions de gens, est animé par Yvon Deschamps, qui renoue pour l’occasion avec son vieux complice Robert Charlebois. Le temps d’un spectacle, les deux bêtes de scène s’unissent à Daniel Bélanger et Marie Denise Pelletier pour cette soirée présentée sous le signe du fleurdelysé. Malheureusement, cette Saint-Jean est aussi marquée par les débordements et le chaos lorsqu’une émeute éclate sur les plaines d’Abraham, à Québec. Deux voitures de policiers sont renversées puis incendiées, et un caméraman est pris à partie tandis que les fêtards saccagent des commerces de la rue Saint-Jean. Les habitants de la Vieille Capitale ne sont pas près d’oublier ce triste spectacle. 

Télé-zapette 

• Malaise sur le plateau du Late Night de David Letterman: son invitée, Madonna, ne se prive pas de débiter quelques sacres durant leur entretien. Un moment entre un animateur et une star en mode controverse à voir et revoir dans toutes les écoles qui enseignent l’art de l’entrevue.

• C’est la fin du Arsenio Hall Show qui, après la gloire, a vu ses cotes d’écoute chuter de manière dramatique. On se souviendra surtout du solo de saxophone de Bill Clinton, alors en pleine campagne présidentielle, en 1992.

• C’est également la fin de la quotidienne Marilyn, dont le rôle-titre est tenu par Louisette Dussault. À défaut de poursuivre ses aventures au petit écran, le personnage a la joie d’y célébrer son mariage. 

Photo d'archives

• La troisième saison de la série Scoop prend fin sur un gros suspense: Michel, incarné par Roy Dupuis, s’évapore, laissant la pauvre Stéphanie (Macha Grenon) en plein désarroi.

Photo d'archives

• À 19 ans, Véronique Cloutier apparaît pour la première fois sur la une de TV Hebdo en compagnie de Francis Reddy. Les deux vedettes sont porte-paroles du Salon Pepsi Jeunesse, un événement qui fait courir les jeunes au Stade olympique.

• Le téléroman À nous deux! met en scène une jeune avocate (Linda Roy), cycliste et avide de justice sociale, et un baby-boomer arriviste (Raymond Legault), vedette du tribunal et amateur de BMW. Ces deux personnages que tout oppose sur papier vivront une relation un peu compliquée... Si le succès n’a pas été au rendez-vous, on peut dire que la trame dramatique serait tout aussi pertinente de nos jours.

• Des vedettes nées à cette époque? Harry Styles (1er février), Dakota Fanning (23 février), Justin Bieber (1er mars) et Saoirse Ronan (12 avril).

À lire aussi

Et encore plus