Simon Leblanc présente un deuxième spectacle solo à propos de ses gros problèmes de santé | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Simon Leblanc présente un deuxième spectacle solo à propos de ses gros problèmes de santé

Jeudi 26 novembre à 20 h, TVA (1re de 2 parties)

Image principale de l'article À votre santé!
Photo : © Rocket Lavoie

Simon Leblanc n’a vraiment pas eu une vie facile, mais ça ne l’empêche pas d’en rire avec les spectateurs de son deuxième spectacle solo. Dans Malade, l’humoriste transforme en effet ses petits — et surtout ses gros — problèmes de santé en épopées humoristiques particulièrement intimes! 

Véritable extraterrestre de la scène humoristique québécoise, Simon Leblanc a su charmer le public avec son authenticité et ses anecdotes amusantes, toujours livrées avec un rire gamin. C’est aussi ce côté bon-enfant qui lui permet de raconter ses pires expériences avec la maladie dans le spectacle Malade, gagnant du Félix du spectacle de l’année 2019.

Son spectacle Malade a remporté le Félix du spectacle de l’année en 2019.

Photo : © Rocket Lavoie

Son spectacle Malade a remporté le Félix du spectacle de l’année en 2019.

Il faut dire que l’humoriste sait de quoi il parle, puisqu’il est atteint de la maladie de Crohn (la vraie!) et de spondylarthrite ankylosante — une forme d’arthrite dégénérative et douloureuse qui peut mener à la paralysie. Les histoires scatologiques qu’il raconte aux spectateurs de Chicoutimi n’ont cependant rien de déprimant, puisque Simon sait en tirer les leçons les plus positives!

Dans la m...

Pour nous mettre en contexte, Simon Leblanc débute son spectacle dans une chambre d’hôpital surpeuplée avant de monter sur scène, où il prend le pouls d’un public enthousiaste. Il enchaîne aussitôt en vantant les mérites du mariage, puisqu’il avoue que son épouse des 14 dernières années lui sauve la vie trois fois par jour depuis qu’il a reçu son diagnostic de maladie de Crohn, à l’âge de 22 ans. 

Le Gaspésien ne se gêne pas pour évoquer les circonstances qui ont mené à ce diagnostic. En fait, aucun détail n’est épargné alors qu’il parle du sang dans ses selles, d’un suppositoire vagabond et d’une purge aux laxatifs, avant de dévoiler pourquoi la colonoscopie est le « film de cul » ultime!

Quoi de neuf, doc?

L’humoriste prend ensuite le temps d’encenser le système d’assurance-maladie québécois, qui débourse 35 000 $ par année pour le médicament qui lui permet de marcher. Après avoir été paralysé de douleur par la spondylarthrite ankylosante pendant six mois, Simon n’a que de la gratitude pour ce service vraiment gratuit — contrairement aux téléphones des grandes compagnies de télécommunications. 

L’humoriste a le don de tourner des situations gênantes en épopées hilarantes.

Photo : © Rocket Lavoie

L’humoriste a le don de tourner des situations gênantes en épopées hilarantes.

Il remercie également les travailleurs de la santé, même s’il a constaté l’incompétence de certains d’entre eux au cours d’une épreuve fâcheuse. Après s’être écorché la peau sur une poubelle de Montréal, il a été infecté par une bactérie que son système immunitaire affaibli ne pouvait combattre: il a alors reçu un traitement radioactif effrayant... et complètement inapproprié à son problème!

Respecter ses limites

Ces expériences avec la maladie ont permis à Simon de reconnaître et de respecter ses limites, un concept méconnu de notre société de performance. Dans la deuxième partie de son spectacle, présentée la semaine prochaine à la même heure, il se moque ainsi de cet impératif de performance en imaginant des compétitions paralympiques complètement loufoques. Il souligne toutefois que son couple connaît bien ses limites, surtout depuis qu’il a été traumatisé par un vol vers les Îles-de-la-Madeleine!

L’humoriste ajoute que sa conduite automobile a également de quoi traumatiser son épouse, puisqu’il n’aurait jamais dû obtenir son permis. On comprend pourquoi quand il raconte son premier cours de conduite chaotique avec son père, ainsi que sa réaction hilarante à l’intervention d’un agent de la circulation! En fait, il s’avoue si maladroit qu’il croit que les femmes sont supérieures aux hommes en tout, ce qui lui permet de conclure son spectacle avec un hommage bien senti à sa femme. On en connaît une qui doit être contente!  

Encore plus d’humour!   

Anthony Kavanagh, Showman.

Photo : © Radio-Canada

Anthony Kavanagh, Showman.

De retour au Québec après un long séjour en sol français, Anthony Kavanagh nous invite au Théâtre St-Denis de Montréal afin de nous présenter son dernier spectacle solo, Showman. À l’aide de blagues, de chansons et d’onomatopées bien de son cru, l’artiste raconte sa vie, ainsi que les plus grandes leçons retenues sur les relations hommes-femmes, la paternité et le deuil, entre autres. Retrouvez Anthony Kavanagh pour une première partie de son spectacle mercredi à 21 h, à Radio-Canada. 

À lire aussi

Et encore plus