Adib Alkhalidey se lance dans la musique | 7 Jours
/magazines/7jours

Adib Alkhalidey se lance dans la musique

Adib Alkhalidey, alias Abelaïd.
Photo Courtoisie, MÉNAD

Adib Alkhalidey, alias Abelaïd.

On croyait bien connaître toutes les facettes d’Adib Alkhalidey : l’humoriste, le comédien, l’auteur, le chroniqueur et même le réalisateur. Mais voilà qu’il nous sort une nouvelle carte – très bien cachée – avec un premier album, Les cœurs du mal, lancé cette semaine sous le pseudonyme Abelaïd.

• À lire aussi: Adib Alkhalidey revient sur son adolescence tumultueuse

Décidément, Adib Alkhalidey ne cessera jamais de nous surprendre. Une remarque qui déclenche un éclat de rire à l’autre bout du fil. 

Alors avant de commencer, comment se définit-il lui-même ? Ou plutôt, quel titre est le plus en accord avec lui ? De son propre aveu, il préfère un terme bien simple : artiste. 

« J’entends souvent des gens dire : je ne suis pas un artiste. Mais moi, je n’ai pas ce luxe-là. Je suis un artiste. Fondamentalement. Tout ce que je sais faire, c’est créer et rien d’autre. Et c’est quand je crée que je sens que ma vie a un sens, que je me sens le plus utile », explique Adib Alkhalidey en entretien au Journal

Le secret de ce nouveau talent, il le concède, était bien gardé. Très bien, même. En fait, il ignorait jusqu’à tout récemment que ses textes seraient un jour mis en musique... et encore moins partagés. 

« Ces textes-là, je les écris depuis des années. J’écrivais ce que je vivais, ce que je voyais... Mais j’ai toujours pensé que j’allais les garder pour moi, justement », avance Adib Alkhalidey. 

• À lire aussi: Un mariage en 2021 pour Adib Alkhalidey

Le temps d’assumer

Puis, « un peu par hasard », précise-t-il, une de ses chansons est tombée entre les mains de l’équipe Spectra, maison de production derrière cette sortie. Au terme de discussions, Adib Alkhalidey a d’abord accepté de sortir l’album, mais sans révéler sa véritable identité. Il a finalement cédé, acceptant de sortir de l’ombre du pseudonyme Abelaïd. 

Depuis, il assume pleinement la paternité de ce projet... mais pas sans conserver le sobriquet. 

« Je voulais que quelqu’un qui tombe sur mon album un peu par hasard n’ait aucun préjugé. Les préjugés, je les ai combattus toute ma vie et je les combats encore aujourd’hui. », raconte-t-il. 

Au final, ce projet se distancie naturellement de tout ce qu’il a fait jusqu’à maintenant. Car les fans découvriront bien rapidement que l’univers musical d’Adib Alkhalidey est à des lieues de celui qu’il déploie sur les scènes. 

Sa voix est plus posée sur disque, certes, mais ce sont ses textes qui détonnent le plus par leur caractère mélancolique, voire tragique. Des sonorités inspirées par la chanson française traditionnelle, le hip-hop et les rythmes nord-africains viennent enrober le tout de manière contrastante, à l’instar de la lumière qui jaillit de l’obscurité. 

« Les paroles sont mélancoliques, mais la musique, elle, est plutôt joyeuse. J’aime ce mélange. Je ne comprends pas pourquoi on a ségrégué la mélancolie et la tristesse de la joie, comme si elles ne pouvaient pas cohabiter. Moi, je vois ça différemment. La mélancolie, c’est la pluie et la joie, le soleil. Une plante a besoin des deux pour vivre, pour grandir, non ? » illustre Adib Alkhalidey. 


L’album Les cœurs du mal est présentement sur le marché.


À VOIR AUSSI: 16 vedettes qui ont un talent caché   

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus