Bianca Longpré s'ouvre sur sa grossesse extrêmement difficile | 7 Jours
/magazines/7jours

Bianca Longpré s'ouvre sur sa grossesse extrêmement difficile

Bianca Longpré, enceinte pour la première fois, a publié un long message sur les réseaux sociaux afin de briser les tabous concernant les différentes expériences de grossesse chez les femmes.

• À lire aussi: Bianca Longpré dévoile le sexe de son enfant à naître

• À lire aussi: Bianca Longpré dévoile une première photo adorable de son petit «baby bump»

En effet, on lit souvent que la grossesse est la plus belle expérience d'une vie et que ce sont neuf mois magiques. Cependant, ce n'est pas le cas de toutes les femmes, et Bianca Longpré en sait quelque chose!

Elle a publié un texte énumérant tous les désagréments qu'elle vit, expliquant qu'elle souhaite briser les tabous concernant les grossesses parfaites et idylliques.

Celle qu'on connaît comme «la mère ordinaire» est victime de fatigue extrême, de douleurs diverses, d'anxiété et de cauchemars violents, en plus d'avoir découvert une bosse inquiétante dans son sein et de devoir faire un suivi rigoureux à ce sujet.  

Elle déplore également ne plus avoir d'énergie pour s'occuper de ses trois jeunes enfants et elle trouve qu'il s'agit d'une énorme épreuve pour le couple qu'elle forme avec François Massicotte.

Je sais que c’est pas le genre de chose que vous voulez lire sur la grossesse. 🤷🏼‍♀️ Partout sur les réseaux sociaux on...

Publiée par Mère ordinaire par Bianca Longpré sur Lundi 26 octobre 2020

• À lire aussi: Bianca Longpré a choisi une donneuse et un donneur avec la même couleur de peau que ses enfants

«Je sais que c’est pas le genre de chose que vous voulez lire sur la grossesse.
Partout sur les réseaux sociaux on voit des filles souriantes, le ventre rebondit, les cheveux super beaux avec une peau de pêche qui vivent leur plus belle vie. 

Ben voilà. C’pas ça que je dis.

J’ai jamais écrit de bullshit, j’commencerai pas aujourd’hui...

Celles qui veulent encore croire que toutes les femmes vivent la grossesse comme la plus belle affaire de leur vie, arrêtez de lire mon texte.

Je ne veux pas me plaindre, je veux juste vous partager ce que les femmes ne partagent jamais au sujet de la grossesse, « parce qu’une femme enceinte c’est supposé être heureuse, rayonnante et pleine de gratitude ». 

Je fais parti de l’autre portion de femmes, celles qui vivent les moments les plus difficiles de leur vie.

Oui, vous avez bien lu, les PLUS DIFFICILES de toute ma vie.

J’suis tellement fatiguée que j’ai de la misère à sortir du lit du deux heure. Non ça ne passe pas toujours au 2ème trimestre. Non le médecin ne peut pas toujours régler ça. Faque tu vis, comme une zombie... 

J’ai des nausées et ballonnements terribles. J’ai faim, je mange puis après j’peux plus bouger pendant une heure. 

J’ai aussi des reflux. 

Celles qui disent que leurs cheveux sont magnifiques et forts ben moi je les perds, y font des mottons, ben gras sur le dessus et de la broche au boutte. 

La nuit j’fais des rêves terribles qui me réveillent. Des rêves ou des cauchemars qui ont l’air si vrais que je dois réveiller mon chum pour m’assurer que c’était un rêve.

Celles qui me connaissent savent que j’suis pas du genre mauviette. T’sé quand j’entendais un bruit la nuit dans maison la nuit je descendais en me disant que le voleur allait regretter toute sa vie de m’avoir réveillé. Ça, c’était avant la grossesse. Là mes rêves me terrifient, ils ont l’air trop vrai.

J’ai tellement mal aux seins que je ne peux pas porter de brassière. Ils me font souffrir. 

Je tolère rien qui me touche le ventre et l’estomac. Je mets des leggings mais je les porte super bas. J’ai chaud, j’mets des camisoles (seins aux vent) mais j’ai frette aux pieds faque j’mets des bas de laine. 

J’te laisse te faire l’image de c’que j’ai l’air.
On est loin en ASTIK de la fille de 25ans sur Instagram qui se tient la bedaine avec son sourire Crest pis son brushing ben frais.

Et comble de malheur j’ai trouvé une boule dans un de mes seins qui n’a pas arrêté de grossir et je dois aller passer des examens supplémentaires... au cas où. 

Y’a aussi le stress. Même si on veut pas y’en a pareil. Le stress des échos, du dépistage, des prises de sang, de la fausse couche, stress pour toute. 

Pis que tous ceux qui disent « RELAXE » « RESPIRE » vous aidez pas. Vous comprenez pas qu’on n’a pas de contrôle la dessus. Vous nous énervez encore plus de le dire.

J’ai aussi 3 enfants pis c’est quand même demandant... j’en ai pas d’énergie pour eux.., mais par chance j’ai un chum qui fait toute, le temps que j’redevienne « normale ».

Je suis un peu déprimée aussi. Déprimée de mettre ma famille dans cette situation. Mes enfants me voient toujours crevée, fatiguée, écrasée. Mon chum reconnaît pu sa blonde qui pouvait venir a boutte de l’énergie de tout le monde. 

Au milieu de la nuite quand j’ai le cœur qui débat parce que j’ai rêvé que j’mourais étouffée ou que j’perdais un de mes enfants j’me remets en question: était-ce le bon choix? Est-ce que je vais « tuffer » 9 mois? Pourquoi j’ai fait ça?

Ça paraît niaiseux hein? J’ai essayé plus d’un an, j’ai payé une fortune pour cette grossesse et là j’remets tout en question.

Pourquoi? Parce que j’ai toujours lu que la grossesse c’était si merveilleux, les femmes étaient tellement belles et rayonnantes.

Pis ben moi c’est pas de même. 

Mais j’suis pas niaiseuse, j’sais ben que j’suis pas la seule à vivre ça. Pentoute.

Mais au début j’me trouvais poche en maudit. Pis j’ai lu des forums, j’ai lu des témoignages... et j’me suis rendue compte que des filles ordinaires pour qui c’était rough y’en avait. 

C’est juste que dans les médias sociaux et dans les livres de grossesse j’en avais jamais lu. 

Comme un tabou. Pis c’est pas parce que TOI ça bien été que ça va bien pour tout le monde.

Ça aussi c’est tough. Les gens n’ont pas d’empathie quand tu dis que t’es au boutte. Ben non... parce que t’sé, « tu devrais être heureuse, t’es enceinte ». 

Ben m’en va le briser ce tabou-là.

J’me demande comment je vais le survivre ce 9 mois. 

Voilà.

Je prends un jour à la fois pour passer à travers. En prenant 8 bains par jour. C’est la seule place ou j’suis bien: dans ma soupe à fixer le vide.

PS Faut aussi être fait fort comme couple... ta blonde hyperactive qui a maintenant l’énergie d’une truite sortie de l’eau depuis 3 jours ... le caractère, les hormones, le look, c’est tough.» a-t-elle écrit.

La publication est rapidement devenue virale et au moment de mettre en ligne, elle comptait pas moins de 12 000 mentions «J'aime». Plusieurs femmes ont aussi commenté s'être retrouvées dans une situation semblable lors de leur grossesse. 

À VOIR AUSSI: 27 personnages oubliés (ou pas!) de La Galère  

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus