Marc Labrèche se glisse dans la peau de Marina Orsini dans une parodie complètement hilarante | 7 Jours
/magazines/7jours

Marc Labrèche se glisse dans la peau de Marina Orsini dans une parodie complètement hilarante

Image principale de l'article Marc Labrèche parodie Marina Orsini

Chaque semaine, à son émission Cette année-là, Marc Labrèche se glisse dans la peau de personnalités connues, nous rappelant chaque fois à quel point il est le maître des parodies.

• À lire aussi: Voyez Marc Labrèche parodier Legault et Arruda dans ce sketch à pleurer de rire

• À lire aussi: Le malaise règne dans cette entrevue entre Marc Labrèche et sa mère qui parlent de sexe

Cette fois-ci, pour l'épisode traitant de l'année 2000, l'animateur a personnifié nuls autres que Marina Orsini et Nicola Ciccone. Il y a vingt ans de ça, la comédienne jouait dans le film Les muses orphelines, alors que le chanteur avait récolté quatre nominations au gala de l'ADISQ, dont une dans la prestigieuse catégorie de «Chanson populaire de l'année» pour sa pièce Menteur.



Alors que la parodie de Nicola Ciccone est plus en retenue (même si très juste), c'est véritablement celle de Marina Orsini qui vole la vedette, débordante d'énergie comme on la connaît... de manière, évidemment, quelque peu exagérée! Il y a même un moment assez absurde où Marc Labrèche s'emporte et passe tout près de perdre son dentier. À voir!

Sur le plateau, on peut voir les collaborateurs de l'émission, Simon Boulerice, Émilie Perreault et Fred Savard pouffer de rire, tout comme le comédien Luc Picard, présent également à titre d'invité.


• À lire aussi: Marina Orsini se confie sur sa relation avec son fils Thomas, âgé de 18 ans

• À lire aussi: Marina Orsini livre un message touchant à Marc Messier, avec qui elle a joué dans «Lance et compte»

En commentaires, les gens ont été nombreux à remercier Marc Labrèche de les faire rire, semaine après semaine!

À VOIR AUSSI: 27 COMÉDIENS QUÉBÉCOIS QUI FAISAIENT PARTIE DE LA DISTRIBUTION DE CHAMBRES EN VILLE 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus