Charles Lafortune raconte l’hilarante histoire derrière la présence de Gino Chouinard à Bijoux de famille | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Charles Lafortune raconte l’hilarante histoire derrière la présence de Gino Chouinard à Bijoux de famille

Image principale de l'article L'histoire hilarante derrière la présence de Gino
Photo : Eric Myre / TVA Publica

La famille — celle avec qui nous avons été confinés et celle qui nous a cruellement manqué — a été au cœur de nos vies, ces derniers mois. Charles Lafortune l’a bien compris et a conçu Bijoux de famille, une émission qui rassemblera les gens devant le petit écran pour rire et s’attendrir de nos travers.

• À lire aussi: TV Hebdo visite le plateau de «Bijoux de famille»

• À lire aussi: Sophie Prégent s'ouvre sur le combat qu'elle mène pour son fils, Mathis

Charles, comment est née l’idée de cette nouvelle émission?
Ça faisait longtemps que j’avais envie d’animer une émission de variétés qui tourne autour de l’humour. Je ne me considère pas comme un humoriste, mais en animant des galas Artis et Juste pour rire, j’ai réalisé que j’aimais la formule stand-up. J’avais aussi le goût de présenter un show rassembleur pour les familles. J’ai brassé ces deux idées, et ça a donné Bijoux de famille.

Quel en est le concept exactement?
C’est super simple. Trois invités par semaine et moi, nous faisons un monologue sur la famille, puis nous en discutons ensemble. Les thèmes abordés sont larges, de l’enfance aux grands-parents, en passant par les vacances et la conversation nécessaire entre parents et enfant lors de l’éveil sexuel. C’est drôle, les gens se dévoilent énormément au cours de nos conversations, parce que la famille, ça touche une corde sensible chez tout le monde. On présente aussi toutes sortes de familles. Celles dans lesquelles Mehdi Bousaidan et Rachid Badouri ont été élevés sont différentes de la mienne, mais il y a toujours des points communs. 

• À lire aussi: Charles Lafortune fait le bilan de ses 8 années à l'animation de «La Voix»

Faut-il être un humoriste pour participer à l’émission?
Non, tout le monde peut y participer, car notre équipe de scripteurs les aide à raconter une tranche de vie en humour. Par exemple, quand ils ont rencontré virtuellement Gino Chouinard, il était en furie parce qu’il faisait faire des rénovations chez lui et que c’était un vrai cauchemar. Après avoir expliqué son humeur aux scripteurs, ils lui ont répondu: «Pas besoin de plus, nous avons ton monologue!» Pour ma part, j’avoue qu’à 51 ans, ça fait du bien de se mettre en danger en jouant les stand-up.

Pourquoi pensez-vous que ça va plaire aux téléspectateurs?
La vie va vite pour tout le monde, et nous avons parfois plusieurs affaires en tête en même temps. Résultat: nos mères, nous ne les avons peut-être pas vues assez souvent l’an dernier. Et quand la pandémie nous a empêchés de les visiter, nous avons découvert à quel point elles sont importantes. Je pense que nous avons tous réalisé que serrer les nôtres dans nos bras est primordial. Pour cette raison, je pense que c’est une émission qui tombe à point. J’espère que plusieurs générations se regrouperont pour l’écouter et pour rire, pousser la réflexion et même parfois pleurer, car il y a des moments très tendres.

Donnez-nous un exemple.
Je pense à Dave Morissette, qui est excellent quand il livre un monologue sur son père. Lui qui est toujours pressé, il n’en peut plus de la lenteur de son papa. Mais, plus le numéro avance, plus il se cale et se lance des pelures de banane. C’est plein d’amour ce qu’il raconte. 

Vos preuves en animation ne sont plus à faire. Quel est le défi pour vous cette fois-ci?
C’est justement de donner l’impression aux téléspectateurs que mon animation est facile à faire, alors que je suis comme un canard qui fait aller ses pattes à toute allure sous l’eau! Il faut aussi que l’émission interpelle les gens, qu’ils se sentent inclus et qu’ils aient envie de s’asseoir le dimanche avec leurs enfants pour regarder ça. C’est une émission de proximité, et je voudrais que ça perce l’écran. 

• À lire aussi: Charles Lafortune et Sophie Prégent se lancent dans une nouvelle aventure inspirée par leur fils Mathis

Et comment se porte votre famille depuis mars?
Nous avons vécu deux déménagements! Nous avons vendu notre maison et devions sortir de là le 13 mai, mais, à cause de la fermeture des chantiers, notre condo n’était pas prêt à nous recevoir! Heureusement, les entrepreneurs de notre nouvelle demeure ont été très gentils. Ils ont accepté que nous emménageions dans le condo modèle en attendant que le nôtre soit prêt. Nous avons apporté nos matelas, un divan, notre ensemble de patio et de salle à manger, puis nous y sommes restés jusqu’au début de septembre.

Pourquoi avez-vous décidé de quitter votre grande maison?
Nous avons réalisé que nous n’exploitions pas vraiment notre maison à son plein potentiel. Comme nous devons toujours avoir un œil sur notre fils, nous n’habitions que le rez-de-chaussée. C’est donc dans l’esprit de diminuer notre espace de vie.

• À lire aussi: Charles Lafortune partage de magnifiques photos de sa famille en vacances

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre nouveau chez-vous?
J’adore les gadgets d’une maison intelligente, comme les stores qui se ferment tout seuls. Je tripais déjà là-dessus en 2011, quand nous avions acheté notre maison, mais, depuis, la technologie a évolué. J’en ai donc profité pour me rééquiper à l’avant-garde, et ça comble ce côté bébé en moi!

Comment votre fils, Mathis, a-t-il vécu les répercussions de la covid-19 sur sa vie?
En mars, nous avons expliqué à Mathis par des pictogrammes que l’école était terminée. Nous lui avons dit qu’il était maintenant en vacances et que ses éducatrices spécialisées, Mélanie et Karine, viendraient faire des activités avec lui. Je pense qu’il a trouvé que ça finissait de bonne heure, mais comme mon fils est non verbal, c’est toujours difficile de savoir exactement ce qu’il comprend. Pour les déménagements, il a été super cool. Nous avions plein de craintes sur sa façon de réagir, mais ça s’est très bien déroulé. Nous avons fait des visites régulières de notre condo en devenir pour qu’il comprenne que, bientôt, ce serait sa maison. 

Dès le 25 octobre, Charles vous invite à voir Bijoux de famille, le dimanche à 20 h 30, à TVA.


À VOIR AUSSI: 30 vedettes québécoises qui demeurent sur la Rive-Sud de Montréal  

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus