La version américaine des Pêcheurs récolte un beau succès sur Netflix | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

La version américaine des Pêcheurs récolte un beau succès sur Netflix

Image principale de l'article La version américaine récolte un beau succès
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Bien qu’elle diffère de l’original québécois, l’adaptation américaine des Pêcheurs reçoit le sceau d’approbation de Martin Petit.

• À lire aussi:
Voici où vous pourrez regarder la version américaine de la série «Les Pêcheurs»

« Je suis extrêmement content du résultat », déclare l’humoriste au Journal

Lancée sur Netflix plus tôt cette semaine, la série The Cabin reprend le format créé par Martin Petit, mais s’en éloigne sur plusieurs aspects. Quiconque a regardé la comédie diffusée à Radio-Canada de 2013 à 2017 s’en apercevra après quelques minutes. 

Oui, cette version « made in USA » est articulée autour d’un stand-up comique (Bert Kreischer) qui reçoit des amis (souvent humoristes) au chalet, mais c’est tout. 

Dans Les pêcheurs, chaque scène était écrite. Dans The Cabin, les conversations sont improvisées et portent sur différents sujets. Des fois, ça vole bas (épilation des fesses... avec démonstration) ; des fois, ça vole moins bas (réalité transgenre avec Caitlyn Jenner).

Photo courtoisie, Netflix

« Que ça soit différent, ça m’importe peu, déclare Martin Petit, qui apparaît au générique comme créateur et producteur exécutif. Ça n’a jamais été ma volonté de refaire la même affaire. Si j’avais exigé qu’on garde les textes, il n’y aurait jamais eu d’adaptation américaine des Pêcheurs. C’est mieux un projet qui aboutit qu’un rêve qui reste un rêve. »

Après Starbuck

Avec The Cabin, Martin Petit entre dans un club très sélect d’artistes québécois : ceux ayant réussi à percer les États-Unis avec deux concepts différents. 

Rappelons qu’en 2013, un remake de Starbuck est sorti au pays de l’oncle Sam, d’après un scénario qu’il avait signé avec Ken Scott.

« C’est assez exceptionnel parce qu’au départ, les Américains s’en câlissent du Québec. Ce n’est pas dans leur ADN de s’intéresser à ce qu’on fait ici. Leur mentalité, c’est de dire : “C’est nous les meilleurs. C’est nous qui inventons des affaires. Pis c’est nous qui allons les exporter.” Toute leur business est basée là-dessus. »

• À lire aussi: Julie Le Breton s'ouvre sur le retour des Beaux Malaises

Enfin une bonne nouvelle!

The Cabin suscite beaucoup d’intérêt depuis son arrivée. Vendredi, la série figurait au 5e rang du palmarès des titres les plus regardés sur Netflix mondialement. 

Photo courtoisie, Netflix

Ce succès, Martin Petit le savoure puisqu’il survient au cours d’une année « vraiment horrible » en culture. La pandémie de COVID-19 ayant frappé ce secteur d’activités de plein fouet, envoyant au passage plusieurs humoristes au chômage, il s’accroche aux rares bonnes nouvelles qui émergent.

« C’est tripant ! Je leur souhaite de faire plusieurs saisons. »

Un long parcours

The Cabin voit la lumière du jour après être passé entre les mains de plusieurs producteurs au cours des cinq dernières années. Martin Petit a même développé le projet avec Jason Alexander (Seinfeld) pendant quelque temps, une version scriptée plus proche du format original, mais ils n’ont jamais réussi à trouver d’acheteur.

« J’ai fait des rencontres incroyables, souligne le stand-up comique. Pour moi, parler de Seinfeld avec l’un des comédiens principaux, ça n’a pas de prix. »

Martin Petit a assisté au tournage de The Cabin en janvier dernier à Malibu, près de Los Angeles. 

« Avec Les pêcheurs, je voulais montrer des discussions entre humoristes, la complicité qui existe entre nous, l’amitié... J’ai reconnu la même énergie, la même confrérie. »

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus