TV Hebdo revisite les événements marquants de l'automne 1986 | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

TV Hebdo revisite les événements marquants de l'automne 1986

Télévision Quatre-Saisons prend son envol

Alors que la poussière radioactive retombe sur Tchernobyl et les pays avoisinants, le Québec vit une mutation médiatique avec l’arrivée d’un nouveau joueur dans le paysage télévisuel.  

À LA UNE 

Un nouveau réseau

Dans un milieu médiatique qui semble déjà fort dense, un nouveau réseau de télé vient chambarder l’échiquier au petit écran. Le dimanche 7 septembre à 17 h 25, la programmation de TQS débute par une toute première édition du Grand Journal, alors présenté par Pascale Nadeau et Stéphane Boisjoli. 

Photo d'archives

La retransmission du gala de lancement se fait en direct de la Place des Arts, pendant qu’un grand feu d’artifice sur le mont Royal souligne avec une pétarade la naissance du nouveau réseau qui changera maintes fois de propriétaire, de nom et d’identité.

Après une première année déficitaire, le futur «mouton noir» de la télé obtiendra du succès dans les années qui suivent grâce à l’embauche de nouvelles têtes qui vont se faire un nom dans le milieu médiatique québécois: Stéphan Bureau, Julie Snyder, Marie-France Bazzo et, bien entendu, la bande de Rock et Belles Oreilles, qui fait un saut réussi de la radio à la télé.

Quelques émissions ont par ailleurs marqué leur époque pour des raisons esthétiques, comme l’émission de reportages Caméra 86 et ses zooms compulsifs ou encore S.O.S. Télé et son animateur vêtu de son veston jaune qui a fait de sa moustache une marque de commerce reconnaissable entre toutes.

Certains noms établis du showbiz profiteront par ailleurs de cette occasion en or pour relancer leur carrière. Qui ne se souvient pas des querelles internes qui sont venues brouiller la bonne entente sur le plateau de ce classique du kitsch qu’a été Garden Party?

En revanche, le temps sera moins généreux avec Guy Fournier, qui portait une coiffe de chef autochtone lors de la soirée d’ouverture. À l’époque, l’appropriation culturelle n’était pas un sujet de discussion courant. Les choses passeraient moins bien en 2020, vous ne croyez pas? 

La série de l’heure: Lance et compte 

Il était une fois le National

Carl Marotte et Jean Harvey.

Photo : Radio-Canada

Carl Marotte et Jean Harvey.

Peu de séries télé auront autant marqué leur époque et connu une telle longévité que celle qu’a pondue dans les années 1980 le journaliste sportif Réjean Tremblay. Il faut dire que les deux personnages que nous rencontrons dès les premiers instants de la série, les hockeyeurs Pierre Lambert et Denis Mercure, ont vécu le rêve de tous les jeunes garçons de l’époque en étant sélectionnés lors de la séance de repêchage de la Ligue nationale de hockey.

Le destin veillera d’ailleurs à ce que les deux grands amis soient réunis sous la bannière de la fictive équipe du National de la Vieille-Capitale.

Photo d'archives

Mais au-delà de la gloire et des jolies filles qui succombent pour notre héros, Lance et Compte est d’abord et avant tout la première télésérie made in Québec avec une facture cinématographique et une galerie imposante de personnages qui ont, depuis, fait leur entrée dans le panthéon de la culture pop d’ici: Lulu, Linda Hébert, Marc Gagnon, Templeton... et, bien entendu, le regretté Nounou. 

Miami Vice 

Deux flics sous le soleil de la Floride

Don Johnson et Philip Michael Thomas.

Photo : NBC

Don Johnson et Philip Michael Thomas.

Aux États-Unis, les Magnum P.I., Cheers, Family Ties, Murder, She Wrote, Cagney and Lacey et The Cosby Show ont la cote. Mais au Québec, une nouvelle vague prend les ondes d’assaut avec l’adaptation d’une série policière réunissant tous les clichés des années 1980. Armés de leurs flingues et vêtus de vestons à épaulettes et de t-shirts aux couleurs pastel, les détectives Crockett et Tubbs (Don Johnson et Philip Michael Thomas) traquent des vilains sur des tubes de la musique pop et new wave du moment. Plusieurs musiciens effectueront d’ailleurs des apparitions au fil des épisodes de l’émission, dont TVA a acquis les droits de diffusion. Parmi ceux-ci, Phil Collins, Gene Simmons, Frank Zappa, Tina Turner, James Brown, Miles Davis et notre trésor national Leonard Cohen. Certaines futures stars y feront également une apparition, dont Benicio Del Toro, Viggo Mortensen, Liam Neeson, Ben Stiller, Bruce Willis et Julia Roberts. 

Photo d'archives

Flash actualité 

La crise de la vache folle

Photo: Shutterstock

Quelques mois après les événements de Tchernobyl, le monde est toujours hanté par les répercussions possibles de cette catastrophe aux conséquences incalculables. En novembre, une autre crise se dessine et prend une place de choix dans l’actualité du moment: le premier cas d’encéphalopathie spongiforme bovine est répertorié dans un laboratoire anglais. Les images de vaches malades ayant de la difficulté à demeurer sur leurs pattes sont troublantes. Dans les mois qui suivent, 150 000 bêtes sont infectées. 

L’épidémie sera finalement neutralisée 12 ans plus tard. Espérons que nous aurons plus de succès avec celle qui affecte l’humanité à l’échelle planétaire depuis quelques mois... 

Tapis rouges et galas 

Des Félix à la sauce Ding et Dong

Photo d'archives

Le duo comique formé de Serge Thériault et Claude Meunier, vêtu de perruques et de vestons à motif peau de vache, apporte un côté loufoque au gala de la musique. Claude Dubois et Martine St-Clair sont élus interprètes de l’année; Madame reçoit le prix du côté des groupes. La formation one-hit wonder Nuance reçoit pour sa part le titre de révélation de l’année. Il s’agit d’une excellente année pour Martine St-Clair, qui l’emporte également dans la catégorie Chanson de l’année avec Ce soir l’amour est dans tes yeux.

D’autres gagnants en vrac? Richard Séguin est élu meilleur auteur-compositeur, Edith Butler reçoit le titre pour l’album le plus vendu avec Le party d’Edith, et Luba remporte la palme d’interprète anglophone de l’année. 

Ça fait jaser 

Un spectacle solo pour Guilda

Photo d'archives

À l’heure de la diversité sexuelle et de la fluidité des genres, il fait bon se rappeler que les choses ont tout de même évolué au cours des dernières décennies. À l’époque, le one man show de Jean Guilda présenté aux Beaux dimanches fait figure d’exception. On peut parier qu’il serait fort intéressant de réécouter ce spectacle aujourd’hui avec le recul, en ayant en mémoire le chemin parcouru en près de 35 ans. Tout ça en se souvenant qu’il nous reste encore bien des barrières à franchir avant d’en arriver à une société où l’acceptation ne sera plus une exception, mais la norme. 

Télé-Zapette 

Photo d'archives

  • Le sida, fléau de la décennie, multiplie les victimes à l’échelle planétaire. Mettant en vedette Aidan Quinn et la sublime Gena Rowlands, le téléfilm Un printemps de glace s’attarde au sort d’un homme victime de ce passager meurtrier qui fait toujours des ravages en 2020, même si la maladie est aujourd’hui mieux contrôlée.  
  • Dans l’univers des soaps, la femme avide de pouvoir est un personnage qui fascine et qui s’incarne sous différents visages. Chez nos voisins du sud, la cupide Alexis Morell Carrington (Joan Collins) devient un archétype en la matière, tandis que la Sophie De Bray (Angèle Coutu) de L’or du temps est élue, en couverture de TV Hebdo, «femme la plus puissante du Québec». 
  • Le biopic du moment? Celui consacré à l’ancien premier ministre du Canada, dont le visage bleuté orne nos billets de cinq dollars, sir Wilfrid Laurier, (ré)incarné pour l’occasion par le comédien Albert Millaire. 
  • Notre chanteur de charme préféré, Michel Louvain, unit sa voix à celle du comique américain Jerry Lewis à l’occasion du Téléthon pour la dystrophie musculaire. 
  • Mettant en vedette Patrick Swayze, la minisérie d’époque Le Nord et le Sud nous entraîne à l’époque de l’esclavagisme, des plantations de coton et des conflits fratricides qui ont déchiré familles et amitiés durant la guerre de Sécession.   

Photo d'archives

 

  • Adieu Rose-Anna, Ti-Coune, mémère Bouchard et Joseph-Arthur, bonjour Jean-Paul Belleau! Alors que se termine Le temps d’une paix, un feuilleton signé Lise Payette fait son apparition en fin de saison: Des dames de cœur. Prendriez-vous un petit café? 
  • Sur son plateau de Droit de parole, à Radio-Québec, Claire Lamarche reçoit les dieux du hockey: Patrick Roy, Mike Bossy, Guy Lafleur, Mario Lemieux, Jean Béliveau, Yvan Cournoyer ainsi que les frères Maurice et Henri Richard. Imaginez la puissance d’une équipe qui aurait aligné tous ces joueurs à la fois! 
  • Quelle actrice aujourd’hui célèbre est venue au monde au cours de cette saison automnale du milieu des années 1980? Emilia Clarke, alias Daenerys Targarien, alias Khaleesi, alias «la mère des dragons» du Trône de fer. Le 23 octobre plus précisément. 

À lire aussi

Et encore plus