Anik Jean révèle ce que l'arrivée de son fils Nathan a changé dans sa vie | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Anik Jean révèle ce que l'arrivée de son fils Nathan a changé dans sa vie

Image principale de l'article L'arrivée de son fils Nathan a changé sa vie
Bruno Petrozza

Depuis toujours, Anik Jean se savait destinée à devenir mère, mais d’un seul enfant et d’un garçon par surcroît. Elle s’est confiée dans les pages du plus récent magazine La Semaine.

• À lire aussi:
Patrick Huard explique pourquoi il a accepté de faire «La Tour»

• À lire aussi:
Anik Jean et Patrick Huard joueront mari et femme à l’écran

Lorsqu’on lui demande ce que l’arrivée de Nathan a changé dans sa vie et dans celle de Patrick Huard, Anik s’est ouverte sans hésitation. «Tout. Ça m’a beaucoup calmée. Patrick et moi étions déjà deux partenaires dans la vie, mais ça nous a soudés. Nous vivons tous les trois une belle histoire d’amour. Comme Patrick avait déjà une fille, je suis contente de lui avoir donné un fils. Nathan m’a apporté de la confiance. J’en avais dans mon métier, mais il m’a donné de la confiance en tant que femme et en tant que mère.»

Bruno Petrozza

«Je pense que je suis une bonne mère, et c’est aussi grâce à lui. Je suis une anxieuse. Parfois, je lui dis que je ne me sens pas bien et il me questionne: il veut savoir pourquoi. Il réussit à me calmer. Par exemple, je m’inquiétais du retour à l’école à cause de la covid. Nathan m’a dit: «Maman, tu stresses pour rien. Ça va tellement bien aller...» Il me rassure, mais il n’est pas le père de sa mère! Je le rassure aussi. Il a de l’empathie. Il essaie d’aider les autres pour ne pas qu’ils aient de la peine. La complicité est grande entre tous les membres de la famille.» a confié l’heureuse maman.

Lisez l’entrevue complète dans le magazine La Semaine actuellement en kiosque.
 

- Nathan au pays des pirates est publié aux Éditions Édito. On suit Anik Jean sur les réseaux sociaux.


  

À VOIR AUSSI: 29 vedettes québécoises nées sous le signe de la Balance

 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus