Un nouveau défi pour Anaïs Favron | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Un nouveau défi pour Anaïs Favron

Image principale de l'article Un nouveau défi pour Anaïs Favron
Julie Artacho

Après avoir brillamment animé au printemps dernier, en pleine pandémie, L'école à la maison, pour les 6 à 12 ans, à Télé-Québec, Anaïs Favron se retrouve à la barre de conférences web qui s'adressent aux parents. Et pour se ressourcer, elle part en Westfalia avec son amoureux, un beau pompier.

• À lire aussi:
Anaïs Favron dénonce les gens qui ne respectent pas les règles de confinement

Anaïs Favron dit avoir 43 ans. Elle en paraît pourtant 32, et encore! Elle avoue d’emblée avoir adoré son expérience à l’émission L’école à la maison, à Télé-Québec, qui est venue en aide aux enfants pendant la pandémie au printemps dernier. À la suite de ce contrat, les administrateurs de l’OBNL (Organisme à but non lucratif) Aidersonenfant.com, qui a pour mission d’aider les parents d’enfants d’âge préscolaire et scolaire en leur offrant du contenu de qualité, l’ont contactée. «J’ai trouvé les gens très sympathiques et la cause bien le fun. J’ai donc décidé d’embarquer dans ce projet», confie Anaïs.

UNE RESSOURCE POUR LES PARENTS
Elle animera plusieurs conférences, en ligne dès ce mois-ci, sur des thèmes qui touchent bien des parents, comme la conciliation travail-famille, l’enseignement à distance, les nouvelles technologies, la réussite scolaire, etc. Au moment de réaliser cette entrevue, le 18 septembre, l’animatrice avait déjà enregistré deux conférences. La première a été faite avec le Dr Égide Royer, psychologue et professeur associé à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval. Il est considéré comme l’un des plus grands spécialistes sur la réussite scolaire au Québec. Celui-ci explique comment aider son enfant qui rencontre des difficultés à l’école. 

Pour la seconde conférence, Anaïs a rencontré Bryan Perro, auteur jeunesse bien connu pour sa série de livres Amos Daragon, entre autres. Il donne des pistes aux parents afin de donner le goût de la lecture aux adolescents. «Je vais rencontrer toutes sortes de spécialistes pour parler d’une panoplie de sujets. J’adore apprendre de nouvelles choses! Je suis très curieuse de nature», confie Anaïs. D’ailleurs, on peut voir sur le site de l’organisme que la Dre Johanne Lévesque, neuropsychologue, parlera du TDAH, et que la sexologue Jocelyne Robert abordera le consentement sexuel chez les ados. 

«Aidersonenfant.com est un site gratuit qui offre notamment de l’information et plein de conseils. Le volet conférences, lui, est payant. Les gens peuvent s’abonner pour la totalité des conférences ou seulement pour quelques-unes. Il faut demander à son école de s’abonner, ainsi les conférences seront gratuites pour les parents, puisque c’est l’école qui paiera les coûts», explique Anaïs. 

Puis elle ajoute: «Les écoles sont débordées. Il est de plus en plus difficile d’avoir accès à des services, surtout en période de pandémie. Aidersonenfant.com devient donc une belle porte d’entrée pour trouver des ressources. Le site est très bien fait. On n’a qu’à donner l’âge de son enfant, le problème rencontré, et on sera dirigé à la bonne place.»

DES TOURNAGES AVEC SA MÈRE
Lorsqu’on lui demande comment elle vit la pandémie, la jeune femme explique: «Mon fils a 20 ans et il vit déjà en appartement. J’ai animé L’école à la maison, qui m’a tenue passablement occupée. J’ai aussi repris les enregistrements de l’émission 50 façons de tuer sa mère — que je fais avec ma vraie maman, qui a 68 ans —, qu’on pourra voir à l’hiver 2021 à Unis TV. On a même sauté en parachute ensemble!»

DE PETITES ESCAPADES EN AMOUREUX
L’animatrice enchaîne: «Je n’ai pas eu de vacances pendant l’été. Mon conjoint est pompier et il a continué à travailler lui aussi. Cela fait partie des services essentiels. Pour nous, c’était comme la vie normale, sauf qu’on ne voyait pas beaucoup d’amis. On s’est acheté un Westfalia au lieu de prendre des vacances, et on part faire des petites escapades de deux ou trois jours. On a passé quelques jours dans le Bas-du-Fleuve. On compte maintenant aller sur la Côte-Nord. Mon conjoint étant considéré comme un travailleur essentiel, ses vacances ont été coupées; il a juste des congés entre ses quarts de travail. Conséquemment, on fait des mini-escapades partout au Québec, et c’est ce qu’on va aussi faire tout l’hiver.»      

Anaïs Favron est porte-parole et animatrice des conférences Web sur Aidersonenfant.com.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus