En pleine deuxième vague, Stéphane Rousseau revient à la charge avec ses vidéos hilarantes | 7 Jours
/magazines/7jours

En pleine deuxième vague, Stéphane Rousseau revient à la charge avec ses vidéos hilarantes

Le printemps dernier, en plein confinement, plusieurs humoristes avaient redoublé d'imagination pour offrir aux Québécois du contenu pour les faire rire un peu, leur changer les idées. Parmi eux, Stéphane Rousseau avait été l'un des plus actifs, mais également l'un des plus comiques.

• À lire aussi: Stéphane Rousseau peint Mariana Mazza et le résultat est épatant

• À lire aussi: Un retour au cinéma pour Stéphane Rousseau

Si vous avez suivi un tant soit peu les nouvelles, vous savez certainement que depuis quelques jours, le Québec est en pleine deuxième vague, et que certaines régions de la province, en zone rouge, doivent faire face à des restrictions qui ne sont pas sans rappeler le premier confinement.

Eh bien voilà qu'aussitôt de retour en reconfinement, Stéphane Rousseau revient à la charge avec une vidéo hilarante dans le même genre que toutes celles qui ont précédées et qui ont tant diverti ses abonnés.

En effet, dimanche, l'humoriste a publié une vidéo de près de 3 minutes sur son compte Instagram, dans laquelle il nous fait rire aux larmes en y allant avec littéralement tout ce qui lui passe par la tête, de réflexions «philosophiques» aux personnages déjantés.



• À lire aussi: Marie-Ève Janvier vous donne des conseils coquins et c'est à pleurer de rire

• À lire aussi: René Simard fait une blague à Jean-Philippe Wauthier avec une prestation surprise

«Enfin seul! Ça fait pas une semaine que le reconfinement est commencé que je craque déjà!», peut-on lire en légende pour accompagner la vidéo.

En quelques heures, la publication a été vue près de 22 000 fois!

Est-ce qu'il s'agit de la première de plusieurs capsules? On l'espère!

À VOIR AUSSI: PATRICK HUARD RÉPOND À NOTRE QUESTIONNAIRE TÉLÉ 

s


À VOIR AUSSI: STÉPHANE ROUSSEAU VEND SA MAGNIFIQUE MAISON DE STE-ADÈLE 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus