Pier-Luc Funk et son amoureuse Virginie Ranger-Beauregard joueront dans cette série ensemble | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Pier-Luc Funk et son amoureuse Virginie Ranger-Beauregard joueront dans cette série ensemble

Image principale de l'article Ils joueront dans cette série ensemble
Joël Lemay / Agence QMI

Ce n’était pas prévu ni voulu, mais Pier-Luc Funk se retrouve cet automne sur tous les grands réseaux. Toutefois, chacune des propositions est différente et nous montre une parcelle d’un talent immense, tant dans l’impro, le drame et l’humour que dans la comédie romantique. Rencontre avec un jeune comédien passionné à qui tout semble réussir.

• À lire aussi: Pour toujours, plus un jour | Le bonheur malgré tout

• À lire aussi:
Une nouvelle dramatique avec Pier-Luc Funk et Marc-André Grondin

Pier-Luc Funk aurait bien aimé faire une école de théâtre après avoir commencé sa carrière à 12 ans dans le film Un été sans point ni coup sûr, mais l’enchaînement des projets professionnels l’a happé. «Tout s’est enchaîné et je n’ai finalement jamais fait de formation. L’impro a été mon école. C’est ce qui m’a permis de développer un éventail de jeu plus large. En impro, on n’est pas obligé de jouer notre casting, on peut tout faire, et ce, dans tous les styles. C’est le meilleur gymnase pour un créateur et pour un acteur. Comme je n’ai pas fait d’école, c’était aussi à moi de faire mes devoirs, d’aller voir les films qui ont marqué leur époque, de me renseigner sur ce qui a été fait auparavant...»

L’impro est certainement l’activité qu’il a le plus pratiquée en 26 années de vie. Au secondaire, il cumulait des participations dans quatre ligues, ce qui lui permettait de faire jusqu’à cinq matchs par semaine. «Pour moi, l’improvisation est le diamant brut de la création. On peut jouer des personnages qu’on ne fera peut-être jamais à la télé ou au cinéma, et il y a une liberté exceptionnelle. C’est aussi la base d’un auteur, car on doit inventer des histoires, et la base d’un metteur en scène, car on doit choisir comment on va proposer notre histoire, et tout ça se passe à l’intérieur d’un même cerveau.»

RETOUR VERS L’ENFANCE

C’est d’ailleurs par amour pour l’impro qu’il a accepté de relever le défi de la série Rue King, actuellement diffusée à TVA. «Quand on fait de l’impro, c’est beaucoup plus confortable que lorsqu’on tourne Rue King. On a une oreillette, des acteurs arrivent sans qu’on sache à l’avance qui ils sont et on ne peut pas changer de personnage... En fait, on n’est pas du tout en contrôle, mais on nous donne l’impression de conduire. Les seules personnes sur qui on peut compter, ce sont les autres comédiens.»

Il garde néanmoins un très bon souvenir du tournage de la série, qui s’est déroulé en seulement cinq jours, à raison de deux épisodes par jour. «On n’a pas vraiment eu de temps pour se placer, mais ça donne une belle folie. Il y a plein de moments où on est allés complètement ailleurs que ce que les auteurs pensaient. C’est un état d’esprit qui n’appartient qu’à Rue King. On était constamment sur le qui-vive.» Pier-Luc Funk reconnaît que faire de l’impro, c’est comme jouer à la marchande; c’est un état qui reconnecte avec l’enfance. «C’est comme si on se disait qu’en vieillissant, on n’a plus le droit de jouer au cowboy. Mais ce n’est pas vrai, on a toujours le droit. C’est vraiment l’idée de continuer à se faire des histoires dans sa tête, de continuer à se donner le droit d’être imaginatif, sans avoir peur de faire rire de nous. C’est vraiment l’enfance qui continue, qui se donne le droit d’exister.»

• À lire aussi: Pier-Luc Funk s’ouvre sur l’intimidation dont il a été victime plus jeune

SE LAISSER ALLER

À Radio-Canada, la série Fragile, écrite par Serge Boucher, présente une facette encore peu connue de Pier-Luc Funk. Il joue Dom, un personnage très sensible et ambigu, qui devient ami avec Félix (Marc-André Grondin), un bum de bonne famille. Une rencontre improbable qui finira mal, puisque les deux personnages sont retrouvés morts dès le début de la série. «Parfois, c’est difficile en tant que comédien de se laisser aller entre les mains de quelqu’un qu’on ne connaît pas vraiment. Je n’avais jamais travaillé avec le réalisateur Claude Desrosiers, et on n’avait pas forcément la même vision du personnage au départ. Sur le plateau, je lui ai fait confiance, je suis sorti de mes pantoufles. Il m’a amené dans des zones où je n’étais jamais allé. Fragile est vraiment une série complète. Il n’y a rien de banal, aucun hasard. Un seul regard est important. Je suis très fier du résultat.»

L’URGENCE DE VIVRE

Pier-Luc Funk joue également sur une corde plus dramatique dans la série Pour toujours, plus un jour, diffusée à Noovo. Il y incarne Chuck, un jeune homme atteint d’une maladie rare qui ne lui laisse plus qu’un an à vivre. «Le défi était de jouer quelqu’un qui connaît sa fin, qui sait qu’il va mourir. Chaque fois qu’il fait quelque chose, il a en tête que c’est peut-être une des dernières fois qu’il le fait. C’est aussi un personnage qui me ressemble beaucoup.»

• À lire aussi: Pier-Luc Funk animera une nouvelle émission de variétés

Le comédien n’a pas trouvé étrange ni dérangeant de jouer un couple avec sa grande amie Catherine Brunet. «Je trouve même plus facile de former un couple avec quelqu’un que je connais bien et que j’aime. Cath et moi, on est déjà habitués à se prendre dans nos bras, à se coller et à niaiser ensemble. C’était plus facile. Et puis, jouer avec des gens que j’aime beaucoup, c’est le fun.»
 

UN INSTINCT GAGNANT
La force de Pier-Luc Funk dans tous ses projets, c’est la constance et le talent. Il arrive à insuffler à chacun de ses personnages une authenticité et un réalisme impressionnants. «J’ai une mentalité de sportif et je me donne à 100 % dans chacun de mes projets. Ma détermination, mon courage et mon implication dans les projets font en sorte que je veux tout donner. Je peux même me brûler en donnant trop, mais, quand j’accepte un projet, c’est parce que je l’aime et je fais tout ce que je peux pour que ça fonctionne. Ça se fait aussi avec des équipes qui travaillent fort, qui poussent et qui n’arrêtent jamais.»

Il tournera même prochainement avec sa blonde, la comédienne Virginie RangerBeauregard, dans une série qui a pour titre Entre deux draps, réalisée par François St-Amant. «C’est une série à sketchs sur les couples, et c’était plus facile de jouer ensemble pour le tournage puisqu’on est déjà un couple dans la vie. Je pense qu’on va voir de plus en plus les couples du milieu artistique à l’écran à cause de la covid. Je suis bien content de sortir avec une fille aussi bonne qu’elle. Jouer avec ma blonde va être super cool.»

• À lire aussi: Découvrez la comédie romantique avec Pier-Luc Funk et Catherine Brunet à voir cet automne

NOUVEAU DÉFI
Enfin, le comédien s’apprête à endosser le rôle d’animateur, puisqu’il sera à la barre de l’émission Sans rancune, à TVA, l’hiver prochain. Chaque semaine, des personnes qui partagent le même métier ou la même passion vont se retrouver sur le plateau et feront l’objet de sketchs, de numéros de variétés et de moments captés en topo extérieur. «Le concept a un peu évolué. Quand j’ai accepté, j’ai voulu m’impliquer autant pour le contenu que pour la production. Il y a beaucoup de réunions de production actuellement. Ce n’est plus la même émission que celle qu’on prévoyait faire au départ. Par exemple, c’est une émission le fun à faire devant un public, mais on n’aura pas de public.»

• À lire aussi: Pier-Luc Funk dévoile son dernier coup de coeur télévisuel

D’autres aménagements sont en train de se négocier, car les tournages devraient débuter ce mois-ci. Malgré un agenda aussi chargé, Pier-Luc reste très heureux de travailler autant. «Ça m’a vraiment fait du bien de pouvoir recharger mes batteries durant le confinement avant de retomber dans le jus. C’est important de se reposer avant de démarrer un nouveau projet et de se donner au maximum. Il faut savoir se reposer, se ressourcer, penser, écrire... Ça fait partie du processus créatif et de performance.» 

On peut voir Pier-Luc Funk dans Fragile le lundi à 21h, à Radio-Canada, dans Pour toujours, plus un jour le mercredi à 19 h 30, à Noovo, et dans Rue King le mercredi à 21 h, à TVA.



À VOIR AUSSI:
29 vedettes québécoises nées sous le signe de la Balance

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus