José Gaudet a eu des discussions importantes et difficiles avec sa fille durant le confinement | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

José Gaudet a eu des discussions importantes et difficiles avec sa fille durant le confinement

Image principale de l'article Des discussions importantes avec sa fille
PHOTO COURTOISIE/TVA

Après une période de recul qui lui a permis de décrocher complètement du travail et d’apprécier où il est rendu dans la vie, José Gaudet est en pleine forme pour animer, dans un monde différent mais tout aussi plaisant, la nouvelle saison de Ça finit bien la semaine.

• À lire aussi:
Julie Bélanger et Marie-Eve Janvier se confient sur leur grande amitié

• À lire aussi:
José Gaudet et Julie Bélanger sont hilarants dans ce sketch de «Ça finit bien la semaine» sur la distanciation physique

José Gaudet a plein d’idées et de concepts de gags qui pourraient voir le jour au cours de la saison de Ça finit bien la semaine, qui vient tout juste de commencer. «On ne va pas juste parler de la covid, des masques et de la distanciation, mais on va vouloir savoir comment l’être humain derrière l’artiste a vécu cette période avec son chum, sa blonde, ses enfants... Ça peut être une piste de discussion.»
L’animateur flirte aussi avec l’idée de recevoir de grands noms de la culture québécoise. «Déjà l’année dernière, on se disait qu’on aimerait recevoir nos légendes québécoises pour les faire découvrir aux plus jeunes. En plus, elles ont tellement d’anecdotes à raconter! On aimerait recevoir, par exemple, Robert Charlebois. On n’y arrivait pas jusqu’à maintenant parce que, à l’automne, il partait généralement au soleil. Cette année, il ne pourra pas y aller à cause de la covid, alors on se croise les doigts en espérant qu’il viendra nous voir.»
José Gaudet suit strictement les recommandations sanitaires; il en applique d’ailleurs certaines depuis plusieurs années. «Le lavage des mains a toujours été pour moi une solution importante pour éviter les virus. J’étais tanné d’attraper tous les microbes qui passaient, alors, j’ai appris à me laver les mains 15 ou 20 fois par jour. Depuis que je fais ça, je ne suis plus malade.»

• À lire aussi: José Gaudet revient sur ses années avec les Grandes Gueules

REMISE À NIVEAU
José Gaudet a profité des dernières semaines pour décrocher complètement du travail. «J’avais coupé le contact avec la vie publique. J’étais tellement ailleurs que j’étais parfois une semaine en retard sur les événements! Par contre, j’allais répondre aux gens qui m’écrivaient sur les réseaux sociaux. Mais j’en ai surtout profité pour me déposer. J’ai quand même eu une année mouvementée! Je me suis séparé, même si ça s’est bien passé avec Ève. J’avais aussi ma nouvelle copine, et il y a des affaires qui bougeaient aussi de son côté.»
Mais on sait que la vie n’est pas un long fleuve tranquille et qu’il y a toujours des urgences. «J’avais des travaux à faire dans la maison, je le savais quand je l’ai achetée. J’ai recommencé à travailler, et ça fait seulement deux semaines que les travaux sont finis. Ève et moi, on s’est aussi entendus pour continuer la garde partagée pendant cette période. Les enfants ont bien respecté les consignes, je suis très fier d’eux.»

RELATION AVEC DES ADOS
Parlant de ses enfants, José Gaudet reconnaît qu’il n’a pas eu les mêmes préoccupations avec Isaac, 18 ans, et Satine, 16 ans. Si tout a bien été avec son fils, il a eu des conversations beaucoup plus difficiles avec sa fille. «Satine est très socialiste; elle pense beaucoup aux autres, parfois trop. À un moment donné, on s’est chicanés. Je lui ai dit que j’étais persuadé que sa façon de penser allait lui faire faire de belles choses un jour, mais qu’elle ne pouvait pas tout nous mettre dans la gorge en même temps et qu’elle devait être responsable de son environnement actuel. Elle a un profond désir de libération de l’humanité; je me demande où elle a attrapé ça.»
La jeune fille semble vouloir remettre en question sa position de privilégiée dans un monde injuste. «Elle ne comprend pas qu’elle fait partie de l’équation. Elle a vécu une vie de privilégiée, elle en a profité, même si je ne dis pas qu’on a été parfaits. On ne peut pas renier notre vie parce qu’il y a des gens qui ont une vie plus difficile. On peut leur venir en aide, mais nous aussi on a un noyau, une famille à protéger. On a eu de gros sujets de discussion, ma fille et moi.»
 

À VOIR AUSSI: JOSÉ GAUDET RÉPOND À NOTRE QUESTIONNAIRE TÉLÉ 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus