Daniel Bélanger et Luc Picard font à nouveau équipe pour la musique d'un film | 7 Jours
/magazines/7jours

Daniel Bélanger et Luc Picard font à nouveau équipe pour la musique d'un film

15 ans après L’audition, le musicien refait équipe avec Luc Picard

Image principale de l'article Daniel Bélanger retourne au ciné
S�bastien St-Jean / Agence QMI

Voilà un tandem qu’on n’avait pas vu depuis 15 ans. Pour la musique du prochain film qu’il réalise, Gallant : Confessions d’un tueur à gages, Luc Picard a fait appel à Daniel Bélanger. Les deux ont ainsi refait équipe pour la première fois depuis L’audition en 2005.

C’est au printemps, en plein confinement, que Daniel Bélanger a été contacté par Luc Picard pour son nouveau film. L’auteur-compositeur n’a pas hésité longtemps à accepter l’offre.

« C’est Luc Picard, j’aime son travail, explique Daniel Bélanger en entrevue avec Le Journal. Je me suis voué corps et âme à partir du mois de juin cet été. S’il y a un truc sur lequel j’ai travaillé pendant la pandémie, c’est bien ça ! »

Au milieu des années 2000, après avoir fait la musique de L’audition – qui lui avait valu le Jutra de la meilleure musique de film en 2006 –, Daniel Bélanger pensait qu’il recevrait d’autres offres pour composer au cinéma. Le téléphone n’a jamais sonné. 

C’est un peu pour cette raison qu’il a décidé de faire son propre album instrumental inspiré de musiques de film, Travelling, qui sort aujourd’hui même. Et puis est arrivé l’appel de Luc Picard.

Film de bandits

Gallant étant un « film de bandits », Daniel Bélanger est allé dans un tout autre univers que celui de L’audition. « J’ai regardé dans mon parc d’instruments de musique et j’ai trouvé que du banjo avec de l’archet, ça faisait parfaitement le travail, dit-il. Il y a beaucoup de ça, c’est une musique assez organique. »

Gallant : Confessions d’un tueur à gages devrait prendre l’affiche en 2021. En plus d’assurer la réalisation, Luc Picard y tient le rôle principal. Le film est adapté du livre du même nom, paru aux Éditions du Journal.

À lire aussi

Et encore plus