Véronique Cloutier donne des infos sur le prochain gala des Prix Gémeaux | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Véronique Cloutier donne des infos sur le prochain gala des Prix Gémeaux

DIMANCHE 20 SEPTEMBRE, 20 H, RADIO-CANADA

Image principale de l'article Véro donne des infos sur les Prix Gémeaux
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Véronique Cloutier prend pour la huitième fois les rênes du gala des Prix Gémeaux, mais cette année, le contexte est exceptionnel. Convaincue qu’il est primordial de célébrer notre télévision en cette période difficile, l’animatrice révèle qu’elle présentera toutefois un événement plus sobre qu’à l’habitude.

Andréanne Gauthier



• À lire aussi: Découvrez les nominations des 35es Prix Gémeaux

Véronique, dans quel état d’esprit vous préparez-vous à animer les 35es Prix Gémeaux?
Si je mets de côté le contexte particulier et le fait qu’il est compliqué de créer un gala en pleine pandémie, je suis surtout très reconnaissante d’avoir la chance de l’animer. Par contre, je n’ai pas l’impression que l’équipe du gala et moi sommes dans une situation pire que d’autres. Tous les milieux sont affectés par la covid-19. 

Avez-vous pensé à annuler l’événement?
Non, pas vraiment. Au début d’avril, alors que tout le monde restait confiné à la maison, j’ai appelé mes amis du gala pour leur demander ce que nous allions faire. Nous nous sommes enthousiasmés à l’idée de concevoir un événement différent, et ça nous a motivés. Radio-Canada et l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision ont rapidement accepté qu’il ait lieu. 

Pourquoi est-ce si important de célébrer la télévision malgré tout?
Tout d’abord parce qu’avant l’arrivée de la covid-19, nous vivions une année faste à la télévision. Ensuite, avec le confinement, tout le monde s’est tourné vers les différentes plateformes pour consommer de la télévision. C’est donc très important de souligner l’apport des artistes et des artisans dans nos vies. Bien sûr, il y a des gens qui pensent qu’il n’y a rien à fêter en ces temps difficiles. Nous avons pris leur vision en compte en décidant d’organiser un gala bien plus sobre qu’à l’accoutumée.

Où et comment le gala se déroulera-t-il?
Nous serons en direct du studio 42 de Radio-Canada, où nous mettrons en place toutes les mesures de sécurité nécessaires. Le public sera essentiellement composé de personnes nommées. Certaines seront accompagnées d’un membre de leur famille qui habite avec elles. Par exemple, un acteur ne peut pas assister au gala avec son agent s’il ne vit pas avec lui. Pour se rendre à leur siège et se déplacer durant les pauses, les gens devront être masqués. Par contre, une fois assis et distancés, ils pourront assister au gala le visage découvert.

• À lire aussi: Voici les premiers gagnants des prix Artis 2020

• À lire aussi: [QUIZ] Vous souvenez-vous des personnalités de l’année du Gala Artis des 10 dernières années?

Toutes ces contraintes ajoutent-elles du stress sur vos épaules?
Non, au contraire, parce que mon rôle est bien plus simple qu’auparavant. L’an dernier, je m’étais compliqué la tâche avec un numéro d’ouverture d’envergure et plusieurs tournages d’avance pour faire des apparitions dans les séries nommées. Cette année, puisque nous ne pouvons pas mettre en scène un numéro à grand déploiement, mon travail d’animatrice sera plus facile. Je ne suis pas inquiète. 

Y aura-t-il quand même des prestations musicales?
Oui, nous y travaillons. 

Les prix Gémeaux en sont à leur 35e année, un chiffre qui porte à la fête. Soulignerez- vous cet anniversaire?
C’est une idée que nous avons dû laisser tomber. Dans un contexte où nous ne pouvons pas organiser une fête grandiose, nous préférons ne rien faire plutôt que nous contenter d’effleurer le sujet. 

De bonnes idées naissent parfois de contraintes. Pensez-vous continuer à appliquer certaines «solutions covid» à l’avenir?
Nous faisons appel à la réalité augmentée, c’est-à-dire que des images 3D seront ajoutées à l’écran en tant qu’éléments de décor. Ça restera peut-être dans le futur. Nous avons toutefois essayé de nous éloigner le plus possible du Zoom, qu’on a beaucoup vu ces derniers mois. Faire de la télévision avec un téléphone a ses limites, et nos artisans le prouveront en filmant de belles images avec la caméra. 

La diversité dans les médias est au cœur de plusieurs débats cette année. La prendrez-vous en compte?
Il est vrai que, parmi les nommés des Gémeaux et des autres galas québécois, il y a peu de personnes issues de la diversité. C’est un constat que nous sommes obligés de faire. Toutefois, nous y sommes sensibles et nous le prouverons par le choix des présentateurs et des artistes qui se produiront. J’ai une idée pour aborder le sujet de front, mais elle reste à être développée. Si je veux faire avancer les choses et que je tends la main à des gens, il faut qu’ils acceptent de la prendre. 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus