Nouveau collaborateur à C'est juste de la tv, Nicolas Ouellet souhaite mettre la diversité de l’avant | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Nouveau collaborateur à C'est juste de la tv, Nicolas Ouellet souhaite mettre la diversité de l’avant

Image principale de l'article Nicolas Ouellet veut mettre la diversité à l’avant
Production

Les vendredis soirs seront occupés pour Nicolas Ouellet. Il revient au micro de Jusqu'au bout, à ICI Première, dès le 21 août à 21h, et on le verra à la même heure à C'est juste de la tv, à ARTV, à compter du 11 septembre. Entretien avec un télévore à l'esprit critique.

• À lire aussi:
Voyez les premières images d'«Autiste, maintenant majeur»

• À lire aussi:
Voici quelques-uns des invités de la nouvelle émission «À tour de rôles»

Tout vient à point à qui sait attendre. Parlez-en à Nicolas Ouellet. L’animateur et chroniqueur, qui a commencé sa carrière à MusiquePlus et qui a notamment fait partie de l’équipe d’Esprit critique, prend cet automne le siège laissé vacant par Dave-Éric Ouellet (MC Gilles) à C’est juste de la TV. «Il y a quatre ans, j’avais auditionné pour cette émission. Finalement, c’est Serge Denoncourt qui avait été choisi. Quand les gens de la production ont vu que Dave-Éric partait vers de nouveaux cieux, ils se sont tournés vers mon audition d’il y a quatre ans et m’ont appelé», explique le jeune homme de 32 ans. Son prédécesseur a d’ailleurs écrit sur Twitter que c’était un excellent choix. «J’apprécie beaucoup Dave-Éric, depuis plusieurs années. Je pense que c’est réciproque. Je ne me sens pas mal de prendre son siège, mais je sais que ce sont de grosses chaussures à porter et que les gens l’aimaient beaucoup. Si on avait fait l’émission ensemble, on aurait été complémentaires.»

UN ENJEU IMPORTANT
Nicolas se greffe à une équipe bien rodée depuis plusieurs saisons, avec Anne-Marie Withenshaw à l’animation ainsi que Thérèse Parisien et Nathalie Petrowski comme collaboratrices. «Je pense que j’arrive avec une nouvelle perspective. D’abord, elle représentera celle d’une autre génération, sans faire d’âgisme, en plus de celle de la diversité. J’ai envie de braquer les projecteurs sur ce qu’est la diversité à la télévision et sur ce qu’on doit faire pour qu’elle existe. J’ai envie de présenter des productions d’ici ou d’ailleurs qui la mettent en valeur. J’ai envie de mettre la diversité en valeur», raconte le jeune homme d’origine sénégalaise qui a été adopté et élevé à Québec par des parents québécois. 

C’est en toute connaissance de cause qu’il a vécu le mouvement Black Lives Matter, qui a pris son envol au printemps. «Ç’a été une période particulière. Quand on est une personne racisée, c’est un enjeu avec lequel on vit depuis le début de notre vie, alors c’est sûr que de voir les gens se mobiliser, en parler entre eux, aller dans la rue et prendre la parole, ça reste touchant.      

Mon action personnelle a été de faire mon émission spéciale à ICI Première qui s’appelait Pour mieux respirer. Ç’a été d’ouvrir la conversation, de dire aux gens que, dans la vie, même si vous vous rendez compte qu’il y a peut-être une partie de vous qui a été contaminée par le racisme, vous avez toujours la chance d’en réchapper, et le premier jour du reste de votre vie peut être aujourd’hui. Je trouve que, des fois, il y a peut-être un peu de division qui se crée quand on parle de ces enjeux-là. Il ne faut jamais oublier qu’on est tous humains et qu’on est tous capables de faire du chemin et de faire amende honorable si, dans le passé, on a eu des actions ou des réflexions répréhensibles.»

EN COUPLE AVEC UNE ARTISTE
Dans ses temps libres, s’il n’écoute pas la télé — qui s’avère une réelle passion —, il s’entraîne et fait du vélo. Par ailleurs, il est en couple depuis 10 ans avec l’actrice et scénariste Pascale Renaud-Hébert, qui a notamment coécrit la série M’entends-tu?

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus