Gregory Charles soulignera 10 ans de mariage | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Gregory Charles soulignera 10 ans de mariage

Image principale de l'article Gregory Charles soulignera 10 ans de mariage
Karine Lévesque

Pour Gregory Charles, cette période particulière est un occasion de se rapprocher des siens. Avec le confinement, il a retrouvé sa femme à temps plein et a eu de grandes discussions avec sa fille.

• À lire aussi: Gregory Charles revient sur les mobilisations des dernières semaines

• À lire aussi: Gregory Charles remercie le public suite à son texte viral sur le racisme

• À lire aussi: Le texte bouleversant de Gregory Charles sur la mort de George Floyd et le racisme devient viral
 

Quand le gouvernement a décrété le confinement, Gregory Charles revenait de Paris, où il venait de donner deux spectacles. Il a dû s’isoler dans le grenier, sans contact avec sa femme, Nicole Collet, et sa fille, Julia, durant deux semaines. «Ç’a été difficile», admet-il. Puis il a relativisé: «C’est sérieux, mais ce n’est pas la guerre.» La crise sanitaire lui a aussi apporté des avantages. «Ma femme travaille pour Microsoft et, en temps normal, elle est partie une semaine sur deux quelque part dans le monde. Depuis le début de la pandémie, on est tous ensemble, alors ça fait plaisir au mari et à la fille.» Gregory confie avoir beaucoup aimé enseigner à sa fille. «J’ai dû passer une année à la maison, quand j’étais enfant, pour des raisons de santé, et ma mère avait pris beaucoup trop de plaisir à me faire apprendre mes leçons. J’avais hâte de retourner à l’école; je trouvais ça bien moins sévère!» se souvient-il.

«Avec ma fille, on s’est fait un programme, alors on n’a pas perdu de temps. Ç’a été le fun!» La petite Julia a huit ans. Récemment, à cause de la bavure policière entraînant la mort de l’Afro Américain George Floyd, Gregory a dû avoir des discussions sérieuses avec elle. «On avait déjà eu des conversations sur la discrimination, mais là, j’ai dû lui expliquer la folie et l’indifférence. Depuis qu’elle est toute petite, je parle à Julia comme si c’était une grande fille.» Par ailleurs, l’an dernier, le couple a vendu sa maison de Westmount pour s’installer à L’Île-desSœurs. «On s’est rapprochés de la famille. Ma femme a plusieurs frères et sœurs, dont un qui habite au Québec. Nous avons une nièce, qui a sept ans, un neveu, qui a neuf ans, et notre fille en a huit. Les trois s’entendent très bien et on trouvait que c’était une bonne idée de les avoir à proximité. On est maintenant voisins.»

10 ANS DE MARIAGE

En octobre, cela fera 10 ans que Gregory et Nicole se sont dit oui. «Je suis un romantique et, en général, j’organise toujours quelque chose quand c’est un anniversaire spécial. Cette fois, on ne sait pas exactement ce qui sera permis, mais c’est sûr qu’on soulignera ça! Le confinement nous a permis de confirmer qu’on s’aimait beaucoup. On n’a pas trouvé ça dur de passer autant de temps ensemble. Au contraire, on en veut plus!»

DES MILLIERS DE NOUVEAUX ÉLÈVES

Le boulot, Gregory Charles n’en a pas manqué, bien que son entreprise Greg Musique ait dû reporter plus de 80 spectacles. «Mais on fait des spectacles en ligne sur gregexperience.com. On en a fait pour des causes caritatives, pour le gouvernement... On en a fait beaucoup depuis le mois d’avril.» Et il continue de donner des cours de musique et de chant choral en ligne avec l’Académie Gregory. «On a compté quelques milliers de nouveaux adeptes durant la période de confinement. Il y a plein de parents qui ont décidé d’y inscrire leurs enfants. Pour eux, c’est quasiment une bénédiction d’avoir un programme comme le nôtre s’ils ne veulent pas que leurs jeunes ne fassent que regarder Netflix!» De plus, toutes les émotions vécues au cours des derniers mois l’ont inspiré. «J’ai profité de la pandémie pour écrire. Je devrais avoir terminé mon livre à la fin de l’été.»

UNE NOUVELLE FAÇON DE FAIRE

Le spectacle de la fête nationale auquel il a récemment pris part lui a fait prendre conscience que participer à un spectacle en temps de pandémie, c’est différent mais tout aussi intense! «Habituellement, on le fait pour le public qui est sur place. Cette fois, on faisait un spectacle entre nous, en pensant qu’il y avait plein de gens qui nous regardaient de chez eux. Les artistes, on est des junkies: on a besoin de jouer et d’avoir quelqu’un qui nous écoute. Pour certains, ça a l’air d’une maladie, et si c’en est une, tant pis! J’ai autant besoin de ça que des démonstrations de tendresse dans mon couple.» 



À VOIR AUSSI: 14 tournages qui reprennent en temps de Covid
 

s " />

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus