Nouveaux visages : Éléonore Loiselle | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Nouveaux visages : Éléonore Loiselle

«L’Échappée a été une formation pour moi»

Image principale de l'article Éléonore Loiselle
Photo : Mairili Clark

Avec ses rôles d’Astrid dans L’Échappée et de Nina dans Cerebrum, Éléonore Loiselle est l’une des belles découvertes de la saison. Enfant, elle inventait déjà des mondes et se créait des personnages comme ceux qu’elle voyait au cinéma ou au théâtre. Elle nous raconte son parcours. 

As-tu toujours voulu faire ce métier, Éléonore?

J’ai toujours aimé le théâtre et le cinéma. Mes parents sont des cinéphiles. Nous regardions beaucoup de films à la maison et nous allions souvent au théâtre. Petite, j’aimais jouer et créer des mondes. J’avais beaucoup d’imagination. J’ai commencé à suivre des cours de jeu au primaire et j’ai continué au secondaire, puis j’ai décroché ma première audition. 

Tes parents t’ont-ils toujours encouragée?

Oui! Pour moi, ce n’était pas facile à l’école. J’étais ce qu’on appelle une élève avec des besoins particuliers. Mes parents m’encourageaient à faire ce qui me passionnait, et ça m’aidait aussi à l’école. 

Quelle a été ta première expérience professionnelle?

Ma prof au secondaire m’avait parlé des auditions pour le film Dérive. Je me suis dit: «OK, je me lance!» et j’ai eu le rôle. Ç’a été une belle expérience qui m’a permis de me faire des relations.

Le processus d’audition a-t-il été complexe?

David Uloth, le réalisateur, et Chloé Cinq-Mars, la scénariste, étaient présents. Il y a eu trois auditions pendant lesquelles je devais jouer avec les autres acteurs. David et Chloé nous posaient aussi des questions: ils voulaient apprendre à nous connaître et cerner notre personnalité pour savoir si on collait avec les personnages. Lors de la troisième audition, j’étais tellement nerveuse que je pensais que j’allais vomir. Je savais que j’aurais peut-être le rôle, et c’était stressant. 

Comment les tournages se sont-ils passés?

Super bien! C’est une richesse d’avoir eu la chance de jouer avec tous ces acteurs. 

J’ai vu dans ton CV que tu as suivi des cours de toutes sortes pour te préparer à ce métier... 

Oui, c’est vrai, j’ai suivi quelques formations. (rires) Ça m’a aussi aidée d’avoir vu autant de films et d’avoir observé le jeu des acteurs. 

Es-tu encore aux études?

Non. J’ai le projet d’aller dans une école de théâtre, mais les choses roulent bien pour moi en ce moment et j’ai choisi de me consacrer au travail. 

Quel a été ton premier rôle à la télévision?

C’était dans la série File d’attente. Réal Bossé avait un rôle dans le film Dérive. Quand il m’a vue jouer, il m’a proposé un rôle dans la série sans que j’aie besoin de passer d’audition. J’ai vraiment aimé ça. File d’attente est une belle série, écrite par des comédiens. 

On peut te voir dans L’Échappée, où tu tiens le rôle d’Ingrid. Comment vis-tu cette expérience?

Dans L’Échappée.

Photo : Laurent Guerin

Dans L’Échappée.

C’était la première fois que je me retrouvais sur un grand plateau. Ç’a été une formation pour moi. De plus, j’ai la chance de jouer avec de bons comédiens. 

Connaissais-tu certains d’entre eux?

J’ai joué avec Kelly (Depeault) dans La déesse des mouches à feu; c’est d’ailleurs sur ce plateau qu’on s’est rencontrées. Il y a une belle complicité entre nous, et ça facilite les choses pour les scènes que nous avons à jouer dans L’Échappée. Noah Parker et Antoine Desrochers jouaient aussi dans ce film. On a donc tous l’impression de bien de se connaître. Par ailleurs, j’ai fait de nouvelles rencontres et j’ai beaucoup de respect pour tous les comédiens sur le plateau. 

Tu as également joué dans Cerebrum...

Dans Cerebrum.

Photo : © Radio-Canada

Dans Cerebrum.

Oui, j’y ai tenu un petit rôle, celui de Nina. Mon personnage, une jeune fille anorexique, se confiait à sa psychologue. J’ai beaucoup aimé jouer avec Evelyne de la Chenelière, que j’admire.

Quels sont tes projets?

Astrid revient dans L’Échappée. J’ai peu d’informations sur ce qui s’en vient pour elle; je sais simplement qu’elle va vivre de belles choses et qu’il y aura des changements dans sa vie. J’avais aussi trois pièces de théâtre au programme; on verra ce qui va arriver de ce côté. 

Tu as eu la chance de travailler au théâtre, au cinéma et à la télévision. As-tu une préférence?

Le jeu devant la caméra est très différent du jeu sur scène. On va chercher des choses différentes au cinéma, au théâtre et à la télévision. C’est formateur, et chaque expérience m’apporte beaucoup. 

Que rêves-tu de jouer?

Je me suis posé la question récemment... Il y a deux personnages que j’aimerais jouer. Le premier, c’est Nikita dans le film du même nom de Luc Besson. Cette femme est incroyable! Le deuxième, c’est le personnage incarné par Denis Lavant dans le film Mauvais sang. C’est un homme, mais je voudrais jouer son pendant féminin. 

Nikita, c’est un personnage très physique...

J’ai beaucoup d’énergie. Selon moi, le corps est notre deuxième langage; parfois, on peut même exprimer plus de choses par le corps que par les mots. J’ai fait de la danse, et c’était une forme d’expression. J’en fais moins maintenant, mais j’aimerais suivre des cours de danse-robot.

Les gens te reconnaissent-ils dans la rue?

Ça m’arrive et, chaque fois, je suis très surprise. Les gens font souvent directement référence au personnage d’Ingrid, et ça me prend parfois une minute pour comprendre. 

Comment as-tu vécu le confinement?

J’ai trouvé ça difficile, mais j’ai lancé un mouvement citoyen pour aider les gens dans le besoin, les gens de la rue. On cuisine et on leur livre des repas. Nous sommes tous dans le même bateau, et nous devons nous entraider. On peut aider ou avoir de l’info sur la page Facebook #poureux Montréal

À lire aussi

Et encore plus