Élise Guilbault à la barre d’une nouvelle émission | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Élise Guilbault à la barre d’une nouvelle émission

Image principale de l'article Élise Guilbault à la barre d’une nouveauté
Karine Lévesque

Élise Guilbault revient à la barre de Laisse-moi te présenter, à ICI Première, avec son ami et complice Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques. Ils avaient instauré le concept de cette émission radiophonique lors de la dernière période des Fêtes. Le but est de favoriser les rencontres en invitant des amis en fonction de thématiques précises.

• À lire aussi: Élise Guilbault rend un hommage poignant à Andrée Lachapelle au Gala Québec Cinéma

• À lire aussi:
Élise Guilbault s'ouvre sur ses insécurités

Animer à la radio est un métier complexe qu’Élise Guilbault appréhende avec une certaine nervosité. «J’ai l’habitude de m’exprimer avec ma voix, mais aussi avec mon corps et mon visage. J’ai fait beaucoup de radio comme invitée et j’ai toujours aimé ce médium.» Toujours avec Philippe-Audrey Larue-St-Jacques, elle revient cet été après avoir essuyé les plâtres de cette émission à la fin de l’année dernière. «Le concept a été peaufiné, on savait qu’on allait avoir une plus grande aisance, avec des invités choisis et espérés. Il fallait aussi qu’on s’entende bien, Philippe-Audrey et moi, car on a deux personnalités différentes, mais on a aussi beaucoup de choses en commun.»

L’émission tournera autour de sujets particuliers qu’ils veulent aborder avec des amis triés sur le volet. «On parlera d’amour, de polyvalence, du culte du corps, de notre amour pour la langue... Chaque sujet a amené le choix des invités. Comme le titre le dit, laisse-moi te présenter quelqu’un qui, je pense, aura quelque chose à dire pour nous nourrir et nous inspirer sur le sujet.»

Une amitié surprenante

Élise Guilbault et PhilippeAudrey Larrue-St-Jacques sont étonnamment de véritables amis dans la vie. «On s’est rencontrés lors d’un Grand Prix de formule 1, un endroit où je n’avais jamais mis les pieds de ma vie, et c’était la même chose pour lui. C’était notre première fois, on s’est retrouvés dans les gradins, on s’est salués et on a fini par se parler. On a beaucoup ri. Ensuite, on a eu une espèce de relation épistolaire. Philippe-Audrey écrit très bien, et je suis très émue et charmée par l’écriture.» D’ailleurs, pour les convaincre d’animer cette émission ensemble, la directrice de programmation de Radio-Canada a résumé leur relation d’une manière qu’Élise adore: «Philippe-Audrey est comme une jeune personne avec un esprit plus vieux, alors qu’Élise, tu es une personne plus vieille que lui, mais avec une jeunesse qui te colle à la peau. Au centre du tout ça, vous vous rejoignez parfaitement.»

Une période occupée

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, Élise Guilbault est actuellement dans une période très occupée. Elle a, par exemple, récemment animé le Gala Québec Cinéma en mode virtuel. «Le plus important était de savoir qui allait gagner. Les lauréats devaient être récompensés — d’une manière peut-être maladroite —, mais on savait que ce serait difficile de le faire dans les conditions que l’on connaît. J’ai un attachement pour le cinéma québécois et il aurait été indécent de passer sous silence les titres et les artisans derrière les magnifiques films de la dernière année.» La comédienne a aussi été une régulière de La soirée est (encore) jeune, avant la fin de la saison, et elle fait également des chroniques à Bonsoir bonsoir. «Je suis privilégiée, et je remercie la vie d’être bonne avec moi. Je travaille beaucoup. La radio me demande énormément de travail. J’ai aussi fait du bénévolat pendant le plus gros de la crise. J’ai fait des vidéos et toutes sortes de choses, notamment pour les travailleurs de la santé. Je ne suis pas plus fine qu’une autre, mais c’était la moindre des choses. En fait, je n’ai jamais vraiment arrêté.»

L’émission Laisse-moi te présenter sera diffusée le samedi à 19 h, à la Première chaîne de Radio-Canada, depuis le 27 juin.

À VOIR AUSSI: 15 papas marquants de la télé québécoise

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus