Elisapie publie un texte poignant qui devient viral pour la Journée nationale des peuples autochtones | 7 Jours
/magazines/7jours

Elisapie publie un texte poignant qui devient viral pour la Journée nationale des peuples autochtones

Image principale de l'article Elisapie publie un texte poignant devenu viral
Joël Lemay / Agence QMI

La chanteuse Elisapie a publié, dimanche, un véritable cri du coeur adressé aux Québécois. Intitulé «Très cher Québec», le texte, qui se veut un appel à l'ouverture, à la curiosité et à l'amour, a rapidement fait le tour du web.

• À lire aussi: Gregory Charles remercie le public suite à son texte viral sur le racisme

• À lire aussi: Gino Chouinard revient avec émotion sur sa saison difficile à la barre de «Salut Bonjour»

Celle qui participera au concert de la Fête nationale mardi commence par poser une série de questions.

«Sais-tu combien de nations autochtones il y a sur «ton» territoire? Sais-tu que je ne suis pas une Innu? Sais-tu que je ne suis pas une Première nation? Je suis une Inuk, du peuple inuit. Sais-tu que mon langage n’est pas l’innu(-aïmun), mais l’inuktitut? Sais-tu comment s’appelle le peuple qui vivait autrefois sur ce territoire à la place des condos ou des maisons? Sais-tu comment s’appelait ce territoire avant qu’on y mette des saints partout?»


La chanteuse de 43 ans se désole du manque de curiosité des Québécois face à leurs concitoyens autochtones, dont plusieurs vivent encore dans des conditions difficiles et dans l'indifférence générale. «On parle de deux solitudes au Canada, mais comment pouvez-vous ne pas nous considérer dans cette incompréhension à deux têtes? Est-ce parce que vous nous prenez pour acquis? J’ai toujours pensé qu’on devrait plutôt parler de trois solitudes.»

Impatience et amour   

Elisapie raconte avoir appris le français très jeune grâce à sa mère qui s'est battue pour ça. «Elle me faisait chanter *Une colombe est partie en voyage* (Céline Dion) tous les soirs après l’école. Elle me faisait monter sur une chaise devant les amis et la famille. J’ai dévoré Leclerc, suis tombée en amour avec la poésie de Desjardins et les chansons de Leloup. [...] Pourquoi est-ce que aujourd’hui je me sens plus proche d’une Kim Thuy ou d’un Dany Laferrière? Pourquoi ai-je le sentiment de venir d’ailleurs. D’être une déracinée chez moi.»

Celle qui est aussi réalisatrice invite donc les Québécois à faire preuve de beaucoup plus de curiosité envers les peuples autochtones, car le temps commence à manquer.   

«J’ai encore tant de choses à apprendre de vous, de nous et même de moi-même. Mais je commence à m’impatienter. Tout le monde doit faire preuve de curiosité aujourd’hui. Tes enfants devraient apprendre à l’école à dire Nakurmiik, Kwei...»

Lisez le texte complet de la chanteuse ici:

À VOIR AUSSI: 36 VEDETTES QUÉBÉCOISES NÉES SOUS LE SIGNE DU CANCER  

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus