Damien Robitaille honoré de participer aux festivités de la Fête nationale | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Damien Robitaille honoré de participer aux festivités de la Fête nationale

Image principale de l'article Damien Robitaille honoré de participer
Photo : Dominic Gouin / TVA Pub

La fête nationale revêt une saveur particulière cette année. Pour Damien Robitaille, c'est un honneur de participer aux festivités grâce au spectacle Tout pour la musique. Éloigné de sa famille depuis les derniers mois, l'artiste trouve du réconfort dans son art.

• À lire aussi: Didier Lucien donne des détails sur la Fête nationale

• À lire aussi: Fête nationale: Roch Voisine, Lara Fabian, Coeur de Pirate et plusieurs autres artistes réunis sur scène


«C’est toujours un honneur de jouer dans des spectacles de la fête nationale. Avec ce show-ci, il y a une saveur pancanadienne. C’est quelque chose qui me touche énormément parce que souvent, dans les spectacles de la Saint-Jean, il y a seulement un ou deux artistes qui ne viennent pas du Québec. Là, la moitié des artistes viennent d’autres provinces. C’est pour toute la francophonie au Canada. Moi, je suis un fier représentant de l’Ontario.» Évidemment, avec les contraintes de distanciation sociale, le spectacle sera sans spectateurs. Antoine Gratton et un quatuor à cordes accompagneront les 15 artistes qui prendront part à cette soirée, qui se tiendra en direct des studios du Cirque Éloize, dans le Vieux-Montréal. «On sera sur une scène ronde. Le concept, c’est de faire comme si on était autour d’un feu de camp, avec un côté acoustique et intime, et ça me plaît énormément.»

RÉSEAUX SOCIAUX ET PAIN
On sent chez Damien l’excitation d’être sur scène. Comme beaucoup d’autres artistes, les spectacles lui manquent, mais il continue néanmoins de garder le contact avec son public en alimentant ses réseaux sociaux de petites prestations musicales, où il joue ses chansons ou celles d’autres artistes qu’il reprend à sa sauce. «Quand la pandémie a commencé, j’étais en France pour une tournée d’un mois, qui a aussitôt été annulée. Je suis rentré au Québec à toute vitesse. J’avais soif de faire des spectacles, alors j’ai commencé à en faire live sur Facebook et Instagram. J’ai commencé à publier une chanson par jour. Je choisis des pièces que j’aime et que j’ai envie d’apprendre. Ça me permet d’avoir un contact avec le public, et ça leur permet de découvrir un côté de moi qu’on ne voit pas d’habitude.»

Une autre façon pour lui d’occuper son temps en cette période est de faire son propre pain. Est-il devenu un boulanger en herbe? «(Rires) Il y a quelques années, je passais beaucoup de temps à la maison, alors j’étais rendu un bon boulanger. J’ai pris une pause, mais avec le confinement, je me suis replongé là-dedans. Je n’ai pas perdu mes habiletés!»

SÉPARATION
N’eût été son chien, Suki, une femelle akita américaine de sept ans, il serait seul chez lui. Il n’a pas vu ses deux filles (Élida, quatre ans, et Cecilia, deux ans) depuis le début du confinement. «Elles habitent en Espagne avec leur mère. C’est une autre réalité.» Il dira au passage qu’il s’est séparé de sa femme, Carolina, dans la dernière année. «J’allais en Espagne une fois par mois et, avec la tournée, ça me permettait de les voir (ses filles) plus souvent. Ça fait trois mois que je ne les ai pas vues. C’est pour ça que je me garde occupé avec mes petites chansons.» Il en a d’ailleurs composé une pour l’activité Une chanson à l’école, qui donnera le coup d’envoi aux Journées de la culture, en septembre prochain. 

Son disque de chansons originales Bientôt ce sera Noël, lancé en novembre 2019, a connu un beau succès. «J’étais très confiant avec ce disque-là, raconte-t-il. D’ailleurs, mes seuls shows qui n’ont pas été annulés sont ceux de Noël, au mois de décembre prochain. C’est le fun. Dans les prochaines années, il y aura peut-être un volume 2 de chansons de Noël.»

LOIN DES SIENS
Damien, originaire de l’Ontario, vit à Longueuil. «Ma mère est encore en Ontario. J’ai aussi un frère et une sœur là-bas, une sœur à Montréal et un frère au Yukon. Je suis habitué à être loin d’eux. Ma chanson Homme autonome parle de ça: “Ma famille, c’est une bande de solitaires.” On ne se voit pas beaucoup, mais là, ça fait depuis la mi-mars que je n’ai pas vu ma famille. C’est assez particulier. On se parle de temps en temps. Chaque province et territoire vit des choses différentes, mais tout le monde est bien», raconte le chanteur, qui espère pouvoir aller faire un tour en Ontario bientôt.  

Tout pour la musique, en direct le 24 juin, à 19 h, à TFO.

À VOIR AUSSI: 15 PAPAS MARQUANTS DE LA TÉLÉ QUÉBÉCOISE

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus