Élyse Marquis dévoile ce qui la rend la plus fière de l'émission «Les Chefs!» | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Élyse Marquis dévoile ce qui la rend la plus fière de l'émission «Les Chefs!»

Image principale de l'article Élyse Marquis dévoile ce qui la rend la plus fière
Photo : Julien Faugere / TVA Pu

Si les «saveurs télévisuelles» d’Élyse Marquis composaient un plat, on pourrait dire que la recette TV de l’animatrice des Chefs! respecte les produits d’ici tout en y insufflant un brin d’exotisme. Voici ses suggestions, à regarder sans modération!

• À lire aussi: Voici les 5 émissions culinaires favorites des Québécois

Quel est votre premier souvenir télé?
C’est Picotine! Lors d’une émission spéciale de La fureur pour l’Halloween, nous avons eu le droit de choisir un déguisement dans le costumier de Radio-Canada, et je suis tombée sur le costume original de Picotine. Quand son interprète, Linda Wilscam, m’a vue habillée ainsi, elle m’a écrit une lettre et m’a envoyé les rubans que son personnage portait dans les cheveux. Je les garde précieusement.

ARTV



Quelle émission vous a passionnée à l’adolescence?
Les héros du samedi. On y suivait des adolescents vraiment bons dans leur sport. J’étais gymnaste à cette époque, et ça me passionnait de voir des jeunes de mon âge qui, comme moi, étaient sportifs.

Quelle a été votre première apparition à la télévision?
J’ai fait ma première apparition au Téléthon de la recherche pour les maladies infantiles: vêtue de mon uniforme scolaire, j’étais allée porter un chèque au nom de mon école. Professionnellement, ç’a été dans Le club des 100 watts. J’incarnais la gardienne des enfants dans la portion fictive de l’émission. 

Quel est votre coup de cœur télé de la dernière année au Québec?
J’en ai deux! Premièrement, j’ai été fascinée par Autiste, bientôt majeur. J’ai aimé voir que chaque famille vivait l’autisme différemment, mais qu’elles avaient toutes beaucoup d’amour pour les jeunes et qu’elles en étaient fières. J’ai trouvé ça aussi touchant qu’instructif. Deuxièmement, j’ai adoré M’entends-tu?. Tout est bon dans cette série, tant l’écriture que les comédiennes principales. De plus, j’ai trouvé Guy Jodoin et Christian Bégin extraordinaires dans leurs contre-emplois.

Que regardez-vous en famille?
Ma fille et moi étions dans le Maine il y a deux ans, et elle s’est foulé la cheville. Nous sommes donc restées quelques jours confinées dans notre chambre d’hôtel à regarder la télévision. C’est là que nous avons découvert la série Une chipie au paradis (The Good Place) sur Netflix. Nous avons capoté! Ça a embelli nos vacances, qui auraient pu être gâchées. Nous regardions l’émission sur le balcon, au son de la mer. Dans cette comédie, the good place représente en quelque sorte le paradis. C’est vraiment drôle et ingénieux!

ELLE FICTIONS



• À lire aussi: Découvrez les suggestions culturelles «spécial confinement» d'Élyse Marquis

• À lire aussi: Élyse Marquis fait un retour sur les bancs d'école

Quelle série internationale vous a le plus passionnée?
J’adore The Crown, que je regarde tout en faisant — avec ma tablette — des recherches sur les personnages et les lieux, qui ont existé puisque la série raconte la vraie histoire de la monarchie britannique. 

Quelle émission non fictive aimez-vous regarder?
Je suis une grande fan de 180 jours. J’aime voir le dévouement des enseignants et des gens de la direction de l’école. C’est impressionnant de constater combien ils se cassent la tête pour des adolescents qui, de leur côté, sont dans une période de leur vie où ils ne sont pas tout à fait reconnaissants de ce que les autres font pour eux. Au cours d’une promenade en ville, ma fille et moi sommes tombées sur l’école en vedette à l’émission, et je lui ai même demandé de prendre une photo de moi devant l’établissement tellement j’aime ça.

Quel méchant avez-vous préféré détester?
J’aime les méchants qui ont des failles et des raisons de mal se comporter. Je répondrai donc Jeanne, d’Unité 9, jouée par Eve Landry. Au fil des années, elle s’est adoucie, mais au début, elle était quelque chose! Malgré tout, dès la première saison, on sentait qu’il y avait des explications à toute cette méchanceté.

Lawrence Arcouette

Qu’est-ce qui vous fait immanquablement rire à la télévision?
J’adore Infoman; ça fait des années que je regarde cette émission. J’aime son humour parfois léger mais toujours intelligent. J’aime autant Jean-René Dufort que MC Gilles et Chantal Lamarre. J’ai toujours hâte au jeudi pour les retrouver! 

Quelle série avez-vous regardée plus d’une fois?
Je pourrais regarder 15 fois chaque épisode de Faire œuvre utile. Même si je sais ce qui s’en vient, je les écoute à chaque rediffusion. Émilie Perreault anime cette émission avec beaucoup de respect et d’empathie. Montrer que l’art peut aider à traverser des épreuves de la vie, c’est une idée géniale.

• À lire aussi: Découvrez l'immense talent de la fille d'Élyse Marquis pour le chant

Quelle émission québécoise vous a le plus marquée?
J’ai trouvé Avec un grand A magnifique. Janette Bertrand a beaucoup fait avancer la société québécoise grâce à cette série. L’épisode sur la violence conjugale, avec Sylvie Léonard et Ghyslain Tremblay, m’a marquée. Il m’a fait comprendre combien ce phénomène était insidieux. 

Si on vous permettait de jouer dans n’importe quelle série, laquelle serait-ce?
Dre Grey, leçons d’anatomie, dont j’ai suivi tous les épisodes des 16 saisons. Ce n’est pas la meilleure série de tous les temps, mais comme je ne l’ai pas lâchée, je m’y suis attachée. J’aimerais aller sur ce plateau et rencontrer les acteurs. Je pourrais incarner une femme de 50 ans qui a changé de carrière, qui est retournée aux études et qui est maintenant résidente en médecine.

Photo : Dominic Gouin

Qu’est-ce qui vous rend le plus fière de votre travail dans Les chefs!?
C’est que nous travaillons dans le plaisir. Nos journées sont vraiment longues: j’arrive à 8 h le matin et repars souvent autour de minuit, parfois plus tard. Pourtant, nous avons toujours du plaisir avec les candidats et les juges. Nous ne rions pas constamment, mais il y a beaucoup de douceur, d’entraide et d’amour sur ce plateau, tant de la part de ceux qui sont devant la caméra que de celle des membres de l’équipe technique. Je suis fière que nous maintenions cette belle énergie tout au long de la compétition. 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus