Marie-Christine Proulx révèle avec quelle vedette québécoise elle rêve de travailler | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Marie-Christine Proulx révèle avec quelle vedette québécoise elle rêve de travailler

Image principale de l'article Elle révèle avec qui elle rêve de travailler
Photo : Eric Carriere

Depuis toujours, Marie-Christine Proulx s’intéresse à la carrière de France Beaudoin, une animatrice et productrice reconnue non seulement pour être travaillante et persévérante, mais aussi pour avoir fait sa marque en restant humaine et naturelle.

• À lire aussi:
Ingrid Falaise voulait être comme Marina Orsini

Une personne en particulier semble avoir été déterminante dans le choix de carrière de Marie-Christine Proulx: France Beaudoin. «Elle est une inspiration pour moi depuis toujours, admet la chroniqueuse à Salut Bonjour. Je l’aime pour plusieurs raisons. D’abord, je me reconnais beaucoup en elle. Ensuite, France a un talent fou, une grande créativité et une manière d’être tellement naturelle! Ces dernières années, parce que nous sommes nombreux à vouloir faire de la télé, j’avais l’impression qu’il fallait ressortir du lot grâce à une personnalité flamboyante et différente. Or France a réussi à faire carrière tout en restant elle-même.»

Photo : Bruno Petrozza

Simplicité et vérité

Après des études en journalisme, France Beaudoin a travaillé comme journaliste dans un service de nouvelles à Sherbrooke. «À l’époque, je travaillais dans les bars de cette ville, se souvient Marie-Christine. Je voyais France évoluer et elle était déjà mon idole. Elle n’était pas très connue, mais elle m’inspirait. Je me rappelle qu’elle animait l’émission Les ailes de la mode, où Jean Airoldi, qui était designer à l’époque, s’occupait des transformations. Par la suite, j’ai suivi Bons baisers de France. Par ailleurs, quand je regarde En direct de l’univers, je me dis que c’est le genre d’émission que je rêverais d’animer. Il y a quelque chose dans la simplicité et l’authenticité de France qui fait en sorte que je me retrouve en elle.»

Radio-Canada

Un souhait

À la radio, Marie-Christine côtoie Vincent Graton, l’amoureux de France et père de ses enfants. «Il a été un réel coup de cœur professionnel pour moi, souligne-t-elle. C’est une personne vraie. Par son entremise, je découvre qui est France, dont il nous parle parfois. Ça me permet de confirmer combien elle travaille fort. On l’a vu à En direct de l’univers: ce qu’elle a réussi à faire depuis le confinement est incroyable! Vincent nous a dit qu’elle s’enferme à 8 h du matin pour faire du remue-méninges. J’aimerais avoir sa force de caractère. C’est une fonceuse et, quand elle veut quelque chose, elle fait tout ce qu’elle peut pour l’obtenir. J’ai lancé dans l’univers l’idée de travailler un jour avec elle. Elle a sa boîte de production, et j’adorerais qu’elle soit ma productrice. Je serais heureuse de l’avoir comme patronne, comme guide!»

ARTV

Une grande humanité
Présentatrice au Grand Journal de l’Estrie, à TQS, puis chroniqueuse à Bla bla bla, à TVA, France a aussi travaillé à La vie en Estrie, La poule aux œufs d’or et Fort Boyard. Elle a animé Les ailes de la mode avant de se joindre à l’équipe de Deux filles le matin aux côtés de France Castel et de Sonia Vachon. Ont suivi Bons baisers de France, Dis-moi tout et En direct de l’univers

«Dans toutes ses émissions, on perçoit son côté humain et authentique, mentionne Marie-Christine. Je pense qu’elle fait ce métier pour les bonnes raisons. Elle a fait sa marque grâce à sa nature passionnée et acharnée. C’est fou que je parle d’elle ainsi, car je ne la connais pas du tout! Je crois l’avoir interviewée une seule fois dans ma vie et, lorsque ça s’est produit, j’ai été mal à l’aise. Ça m’arrive rarement, mais je me sentais timide. Le fait que j’aimerais travailler avec elle ajoutait peut-être un certain stress.» 

Marie-Christine poursuit: «Ma mère a-do-rait France, ce qui fait en sorte que je l’aime encore plus... Ma mère était une femme simple qui détestait le flafla. Si un jour j’avais la chance de collaborer avec France, je sais que maman, où qu’elle soit, serait vraiment fière de moi.» 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus