Victime de messages haineux, P-A Méthot prend une pause des réseaux sociaux | 7 Jours
/magazines/7jours

Victime de messages haineux, P-A Méthot prend une pause des réseaux sociaux

Image principale de l'article P-A Méthot se retire des réseaux sociaux
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Après une série de vidéos en direct et des apparitions soutenues sur Facebook dans les dernières semaines, l’humoriste P-A Méthot a annoncé mercredi qu’il prenait ses distances des réseaux sociaux.

• À lire aussi: P-A Méthot se remémore sa première impression de Jean-Michel Anctil à l'émission Studio G

«Je me suis un peu fait prendre à mon propre jeu. J’avais souvent entendu parler du phénomène des trolls, des haters et tout ça. Cette semaine, j’ai eu beaucoup de messages de haine et beaucoup de trucs méchants, mais d’une méchanceté épouvantable», a-t-il déclaré dans une vidéo qu’il a publiée sur les réseaux sociaux.

Il ajoute que si certains tolèrent ce genre de commentaires, lui n’en est pas capable.

Méthot n’a pas précisé quelle était la nature des messages haineux qu’il recevait. «Je suis trop émotif et trop sensible pour ces affaires-là. Je me suis surpris à rager et répondre. On est embarqué dans un tourbillon pas possible», a-t-il affirmé.

Celui qui habite la ville de Québec indique qu’il en profitera pour passer du temps avec sa famille et refaire le plein d’énergie pour revenir plus fort.

Angoisse et aide du gouvernement

L’humoriste a également fait part de l’angoisse provoquée par la crise pandémique pour ceux qui travaillent dans les arts de la scène. Il a critiqué l’annonce du gouvernement Legault un peu plus tôt cette semaine en ce qui concerne la culture.

«On n’a pas vraiment eu de réponse. C’est bien beau des chiffres, mais un moment donné sur le terrain ça ne marche peut-être pas de même», a lancé P-A Méthot. 

Rappelons que c’est un total de 400 millions $ qui seront investis dans le plan de relance pour l’ensemble du milieu de la culture.

 À VOIR AUSSI : 46 vedettes québécoises sans maquillage sur Instagram  

s

À lire aussi

Et encore plus