Marc Hervieux: sa femme travaille auprès des personnes âgées | 7 Jours
/magazines/7jours

Marc Hervieux: sa femme travaille auprès des personnes âgées

Image principale de l'article Sa femme travaille auprès des personnes âgées
Julien Faugere

Marc Hervieux a la chance d’avoir trois grandes filles, et il ne se plaint pas que les circonstances actuelles le forcent à passer autant de temps avec elles et sa conjointe, Caroline. Or, comme bien d’autres, il se questionne quant à la suite des choses. En attendant, l’artiste, qui ne s’attend pas à chanter beaucoup d’ici la fin de l’année, a fait place au chef en lui!

• À lire aussi: Vous devez absolument voir cette vidéo de Marc Hervieux qui chante avec ses trois filles

Marc, tu cuisines beaucoup depuis le confinement. Est-ce une nouvelle passion?
Non, j’ai toujours cuisiné. Mais actuellement, je cuisine tous les jours parce que je suis à la maison et que ma blonde travaille. En janvier, j’avais révélé sur les réseaux sociaux que je ne prenais pas de résolution cette année, mais que j’aimerais apprendre à faire presque tout mon pain. J’en avais déjà fait avant, mais je ne m’attendais jamais à avoir l’occasion d’en faire autant et d’améliorer ma technique. J’ai réussi à trouver différentes sortes de farines québécoises, et je suis passé au levain. Ça me permet de faire des mélanges, comme des pains à trois ou quatre farines. Je m’amuse vraiment.

Votre famille s’est-elle bien adaptée à ce mode de vie sédentaire?
Ça se passe très bien pour nous depuis le début du confinement. On est choyés, parce que l’harmonie est complète à la maison. Nous avons la chance d’habiter à la campagne, alors nous pouvons sortir souvent, prendre de l’air frais et marcher dans les rues avoisinantes, car nos voisins sont très éloignés. Ça fait du bien. En ville, c’est plus compliqué parce qu’on ne sait pas trop si on doit changer de trottoir ou non. Et nos trois filles s’entendent parfaitement. On rit, on a du fun, on fait de la bouffe et o soupe toujours ensemble. Mais ça ne nous empêche pas de penser à ceux pour qui cette situation est un véritable enfer. Plusieurs sont confinés dans un foyer où il y a différents problèmes, comme de la dépendance et de la violence. C’est terrible; ces personnes sont réellement en prison.

Comment s’annonce la suite des choses dans ta vie professionnelle?
Quand je regarde mon calendrier, je me demande si c’est comme ça que ma carrière de chanteur va se terminer et si je devrai faire autre chose. Les nombreux spectacles que je devais présenter ont été reportés ou annulés. Pour l’instant, ils sont annulés à presque 100 % jusqu’en février 2021.

Ça doit t’ébranler...
Les mois à venir étaient très occupés pour moi, mais pour l’instant, il ne reste que le spectacle Décembre à mon horaire. Je ne sais toujours pas si les représentations auront lieu. Je devais aussi participer à un opéra en janvier, mais il a déjà été reporté à l’année suivante. Je ne sais même pas si je vais être capable de le chanter en 2022! (rires) C’est vraiment une situation particulière. Comme tout est annulé jusqu’à la mi-septembre, je me demande aussi si les gens vont avoir envie de retourner dans les salles. On est dans le néant actuellement, alors je me considère comme très chanceux de pouvoir faire de la radio (il anime La Dolce Vita à Ici Musique Classique).

Collection personelle



La scène et le contact avec le public te manquent-ils?
C’est sûr! J’aime tellement ça; j’aime les gens et j’aime jaser avec eux. La situation est un peu bizarre... J’ai présenté trois concerts sur le Web qui ont marché très fort. J’ai aussi filmé des capsules, seul ou avec mes filles. J’ai même participé au clip de la pièce Vaisseau d’or pour le TNM, parce que nous n’avions pas tout à fait terminé les représentations de Nelligan. Je m’occupe, mais le contact avec les gens me manque beaucoup. Après mes shows, je dis toujours aux spectateurs de venir me rencontrer derrière la scène avant de sortir de la salle. Ils viennent me voir, on se serre la main, on jase, on prend des photos... Mais on ne pourra même plus être près les uns des autres! Une photo à 2 m de distance, c’est étrange!

Tes priorités et tes valeurs ont-elles changé avec cette pandémie?
Non, parce qu’on formait déjà un clan tissé serré. Nos valeurs familiales ont toujours été la simplicité, le respect et le plaisir. C’est surtout le contact avec mes proches qui me manque. Notre maison est habituellement toujours pleine. On fait souvent des partys à la maison; parfois, on reçoit jusqu’à 60 personnes! On est bien les cinq ensemble et on s’aime beaucoup, mais quand on repense à tous les soupers et partys qu’on a faits, c’est vraiment capotant. On se demande ce qui va arriver et quand on pourra en faire à nouveau.

En passant autant de temps avec tes filles, as-tu découvert des traits de caractère chez elles que tu ne connaissais pas?
Ce qui m’impressionne particulièrement, c’est leur assiduité et leur discipline. Elles font ce qu’elles ont à faire, comme leurs devoirs, sans que nous ayons à le leur rappeler. On est chanceux, parce que nos filles aiment l’école et qu’elles ont de bons résultats.

Collection personelle



Ta conjointe doit-elle travailler malgré le confinement?
Oui. Caroline travaille dans un centre de réhabilitation; elle est orthophoniste et traite surtout des personnes âgées qui souffrent d’aphasie après avoir subi un AVC. C’est sûr qu’elle n’est pas dans la même situation qu’une infirmière, un médecin ou un préposé aux bénéficiaires, mais elle et son patient doivent porter un masque et une visière... Ce n’est pas simple, mais elle doit quand même faire ce qu’elle a à faire. Quand elle revient à la maison, elle change de vêtements dans le garage et elle va directement dans la douche. On prend plusieurs précautions, parce qu’elle veut être certaine de ne pas être un vecteur de contagion.

Vous faites tout ce que vous pouvez pour éviter d’être malades...
Oui. Par contre, on est confiants; on est en santé et on a un système immunitaire très fort parce qu’on a affronté toutes sortes de choses dans la vie. Mais Caro travaille avec des gens anxieux qui sont très inquiets, et il faut les respecter. Il y a des gens que la pandémie inquiète énormément. Caro et moi, on n’est pas anxieux de nature, mais on est un couple responsable. 

Et tu as la couenne dure!
Écoute, durant le temps des fêtes, de la mi-novembre au 30 décembre, j’ai fait 20 représentations de Décembre en plus de la vingtaine de spectacles que je présentais dans le cadre de ma tournée. Je serre environ 200 mains par jour et je n’attrape jamais rien! Ça explique pourquoi je ne suis pas très stressé! Mais il faut quand même être responsable. 

Avez-vous dû remettre votre mariage une fois de plus?
On le remet depuis deux ans... On dirait qu’on est victimes d’une malédiction! Mais notre couple dure. Nous n’avons rien prévu pour l’été qui s’en vient. Comme je te le disais, on n’est pas des anxieux, donc on pourrait très bien décider d’organiser un gros party et de se marier dès cet été. Ce ne sera pas un événement qu’on préparera un an à l’avance. On aimerait juste faire un gros party, mais il va falloir attendre encore un peu. 

Marc Hervieux est la barre de La Dolce Vita, les samedis à 10 h, sur Ici Musique Classique.

Pour ses concerts en direct et ses capsules, rendez-vous sur sa page Facebook.

Pour ses autres projets: marchervieux.com.

À VOIR AUSSI: VOICI CE QUE 20 VEDETTES QUÉBÉCOISES ONT CUISINÉ PENDANT LE CONFINEMENT

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus