Voici pourquoi Joannie Rochette ne souhaite pas accorder d’entrevues à propos de son travail dans les CHSLD | 7 Jours
/magazines/7jours

Voici pourquoi Joannie Rochette ne souhaite pas accorder d’entrevues à propos de son travail dans les CHSLD

Image principale de l'article Pourquoi Joannie ne parle pas de son travail
Dario Ayala / Agence QMI

Le nom de Laurent Duvernay-Tardif était, encore une fois, sur toutes les lèvres dans les dernières semaines, lorsque le joueur de football a fait la couverture du réputé magazine Sports Illustrated vêtu de son uniforme de médecin, révélant du même coup être allé prêter main-forte dans le milieu de la santé. Pourtant, il n'est pas le seul athlète québécois à avoir enfiler le sarrau blanc.

• À lire aussi: Laurent Duvernay-Tardif souligne le travail d'une collègue de façon émouvante

• À lire aussi: Yama Laurent de «La Voix» travaillerait dans un hôpital

En plus du joueur des Chiefs de Kansas City, Joannie Rochette a elle aussi répondu aux nombreuses demandes du premier ministre, François Legault, qui suppliait les médecins de venir mettre la main à pâte, principalement dans les CHSLD.

Même si son nom a circulé dans les médias il y a quelques semaines, l'ex-patineuse artistique, nouvellement diplômée en médecine, s'est faite somme toute assez discrète quant à son plongeon dans l'univers médical en temps de pandémie.

Voilà que dans les derniers jours, sur son compte Instagram, celle qui a remporté la médaille de bronze en 2010 aux Jeux olympiques de Vancouver a révélé pourquoi elle se faisait si réservée à propos de son nouveau quotidien... et c'est pour une raison tout à fait noble et valable!
  



• À lire aussi: La danse de soutien au Dr Arruda de Marie-Claude Savard et Maxim Martin devient virale

«J’ai refusé plusieurs demandes de médias dans les derniers jours sur ma mobilisation dans les CHSLD, dans ce contexte unique de la COVID-19 et j’en suis désolée. J’ai toujours été ouverte et disponible. Or, dans le cas présent, je veux tout sauf faire du “marketing personnel” à partir de l’exercice de mes devoirs. J’ai initialement répondu à des questions d’un journaliste sans me douter que mon travail en CHSLD susciterait un quelconque intérêt. Et je ne veux surtout pas que mon humble et modeste contribution ne fasse ombrage au dévouement de milliers d’hommes et de femmes qui sont à pied d’œuvre depuis des semaines. Comme je le disais au premier ministre, « je ne suis qu’une finissante parmi des centaines à plonger dans l’action ». Alors on se lave les mains, on reste à deux mètres les uns des autres et on lâche pas ! Au travail. ;)», a-t-elle.

En commentaires, ses abonnés ont salué son dévouement, et on se joint à eux pour faire de même!
  

À VOIR AUSSI: TOP 10 DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DE LA TÉLÉVISION QUÉBÉCOISE SELON NOS LECTEURS   

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus