QUB musique: Pierre Karl Péladeau veut mettre en valeur la culture d'ici | 7 Jours
/magazines/lasemaine

QUB musique: Pierre Karl Péladeau veut mettre en valeur la culture d'ici

Image principale de l'article Péladeau veut mettre en valeur la culture d'ici
Joël Lemay

Avec le lancement de la nouvelle plateforme d’écoute en continu, QUB musique, Pierre Karl Péladeau se félicite de pouvoir offrir une vitrine plus importante non seulement à la musique et aux artistes de chez nous, mais aussi à la culture québécoise. Président et chef de la direction de Québecor, il a souvent montré son attachement à notre culture, tant dans la distribution, la promotion et la commercialisation des produits culturels que dans le soutien financier de divers festivals, théâtres et événements dans la Belle Province.

• À lire aussi: QUB Musique: Découvrez toutes les chansons favorites que Guylaine Tanguay sur cette nouvelle plateforme 100% québécoise 

Monsieur Péladeau, quel est l’avantage pour les gens de s’abonner à QUB musique?
C’est d’abord d’encourager les entreprises québécoises — on en parle énormément depuis quelque temps. Pour ma part, j’ai toujours été un grand partisan du développement économique au Québec, car nous créons de la richesse et nous sommes ensuite en mesure de la redistribuer. En plus, pour les trois prochains mois, le service sera gratuit. Ensuite, ceux qui sont abonnés à la téléphonie sans fil de Vidéotron profiteront d’un tarif moins élevé que celui de l’abonnement aux plateformes concurrentes. Notre service est correctement positionné pour mettre en valeur la musique, les artisans et l’écosystème culturel québécois. Plusieurs artistes ont, par le passé, critiqué ce genre de plateformes de streaming.

Avez-vous été surpris par la réaction positive des artistes d’ici face à ce nouveau service?
J’étais heureux de constater que les artistes soutenaient une entreprise québécoise. Cette sensibilité fait que nous pouvons mettre en place un système de rémunération qui sera plus généreux, parce qu’on a aussi l’intention de mettre davantage en valeur la musique d’ici. On va créer plus de richesses et permettre, par conséquent, davantage d’opportunités de redistribution. Nous nous y sommes engagés pour que tout le monde puisse en bénéficier plus largement qu’avec les plateformes existantes. Notre avantage, c’est d’avoir une plus grande connaissance de nos interprètes et une sensibilité beaucoup plus importante face à notre richesse culturelle.

QUB musique mise aussi sur une expérience enrichie. Comment cela va-t-il se traduire?
Nous sommes pour le moment en mode bêta. Nous avons devancé la date de lancement de QUB musique, car nous considérions que, dans les circonstances, il était plus opportun de le faire rapidement. C’est une plateforme technologique qui sera en constante évolution. Au fur et à mesure, on va générer des occasions supplémentaires de proposer de la musique, grâce à des listes de lecture et à du contenu lié au spectacle vivant, par exemple. Tout ça fait partie des différents éléments que Québecor est capable de proposer à sa clientèle et qui ne sont pas nécessairement offerts sur les autres plateformes.

Le service sera-t-il accessible aux gens qui vont à l’étranger?
Ceux qui auront téléchargé leur musique sur l’application pourront l’écouter hors du pays, mais il ne sera pas possible d’écouter de la musique en continu à l’extérieur du Canada. Nous avons négocié des droits locaux.

Quelle serait votre liste de lecture idéale?
J’en ai déjà une dans laquelle il y a un peu de tout: les albums des Rolling Stones et d’Harmonium, la chanson La langue de chez nous d’Yves Duteil, mais aussi des chansons de Star Académie, de Sophie Pelletier, Fabienne Thibault, Beau Dommage, Garou, Frank Zappa, Luc De Larochellière, Richard Desjardins, Georges Moustaki, Jacques Brel, Jean Leloup et plein d’autres. Ma liste de lecture est très diversifiée.

Pour découvrir des artistes de la relève, faites-vous confiance à vos deux adolescents ou préférez-vous aller fouiller sur une plateforme de streaming?
Ma fille utilise parfois mon compte, donc je découvre de nouvelles musiques de cette façon. Pour elle, je suis un peu boomer. Sinon, je ne sais pas exactement comment je découvre de nouveaux artistes; en fait, ça arrive au fil de ma vie quotidienne. Je ne fais pas de recherche sur une plateforme; je n’ai pas le temps de faire ça. Sur QUB musique, il va y avoir de la place pour la relève. C’est très important pour nous. Les occasions qui nous ont permis de mettre en valeur la relève ont été nombreuses, que ce soit à travers La Voix, Star Académie, l’Espace Félix-Leclerc ou la Série Découvertes des Week-ends de la chanson. QUB musique est une autre occasion de la faire connaître.  

Quels sont vos objectifs avec ce produit?
Mettre en valeur la culture québécoise et tous ceux et celles qui y participent de près ou de loin. C’est aussi ce que nous faisons à la télé et au cinéma, à travers Éléphant et TVA films. Nous sommes au centre de l’activité culturelle, et c’est normal qu’une entreprise comme la nôtre y soit intégrée. On fait encore de la distribution physique d’albums, car il y a des styles musicaux, comme le country, pour lesquels les CD se vendent bien. Mais il faut s’actualiser et proposer un véhicule plus contemporain. Une plateforme comme QUB musique est un des éléments qui nous manquaient.
 

QUB musique c'est...
• 50 millions de chansons.
• Plus de 1000 listes de lecture.
• Un contenu enrichi avec des photos, des vidéos et du contenu écrit.
• Une vitrine unique pour la musique et les artistes québécois.
• Une meilleure redevance pour les artistes et les ayants droit.
QUB musique est gratuit pour les trois prochains mois. L’abonnement coûtera 4,99 $ par mois pour les abonnés de Vidéotron Téléphonie mobile et 11,99 $ pour les autres.

Pou découvrir QUB Musique, cliquez sur le lien juste ici.

À VOIR AUSSI: 12 VEDETTES QUÉBÉCOISES QUI ONT PORTÉ LE MASQUE
 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus