Des confidences surprenantes de Jean Airoldi | 7 Jours
/magazines/7jours

Des confidences surprenantes de Jean Airoldi

Image principale de l'article Des confidences surprenantes de Jean Airoldi
Bruno Petrozza

Dans la plus récente édition de votre magazine 7 Jours, Jean Airoldi a fait un longue entrevue avec son amie, Saskia Thuot, durant laquelle il fait une série de confidences surprenantes.

• À lire aussi:
Voici comment vous procurer les magnifiques masques de Jean Airoldi

• À lire aussi:
Jean Airoldi fait un retour sur les bancs d'école

Il nous a d'abord parlé de ses amours. «J’aurais dû me matcher avant que le virus arrive!» s’exclame-t-il. Jean confie même avoir un profil sur Tinder. «C’est mon divertissement de fin de soirée! (rires) Ça m’amuse, mais il n’y a rien de sérieux pour l’instant. Je suis en mode projets et famille. Et entendons-nous: avec la COVID-19, l’amour va attendre. Ça viendra au bon moment; rien ne presse.»

Jean Airoldi s'est également confié sur ses regrets professionnels. «J’ai travaillé si fort pour me retrouver à la télé. C’est certain que ça me fait de la peine de moins en faire. Je comprends que je me suis placé dans un créneau — celui de la mode — et que j’ai priorisé une certaine image, mais je peux faire autre chose. Je l’ai démontré avec mes émissions de déco. Mais je réalise qu’avec ma dernière émission, Quel âge me donnez-vous, j’étais moins l’animateur sympathique qu’on connaissait... C’était un format plutôt carré, avec de courtes interventions qui me permettaient moins d’être naturel. Avec le recul, je réalise que ce n’est pas l’émission qui m’a rendu le plus attachant. Et dans notre métier, les gens se souviennent malheureusement du dernier projet...» 

Sans amertume, il ajoute sur le ton de la confidence: «Il y a une chose qui me fait un peu de peine; je n’ai jamais eu la chance de faire mes preuves comme animateur à la radio. Depuis le début de ma carrière, dans la tête des gens, je suis seulement un chroniqueur mode. Pourtant, un athlète qui fait les Olympiques peut du jour au lendemain devenir animateur... Mais je me répète que ce n’est pas grave. Je continue d’avancer.» a-t-il souligné.

Lisez l'entrevue complète avec Jean Airoldi dans la plus récente édition du magazine 7 Jours.

À VOIR AUSSI: LES VEDETTES QUÉBÉCOISES NÉES SOUS LE SIGNE DU TAUREAU

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus