Chantal Lacroix ferme sa boîte de production télé | 7 Jours
/magazines/7jours

Chantal Lacroix ferme sa boîte de production télé

Image principale de l'article Chantal Lacroix ferme sa boîte de production
FRÉDÉRICK AUCLAIR/AGENCE QMI

MONTRÉAL | Chantal Lacroix abandonne la production télé. Le 23 mai, la femme d’affaires mettra la clé dans la porte des Productions Kenya, l’entreprise qu’elle menait depuis 2005. «Je ferme les livres», déclare-t-elle avec fermeté.

• À lire aussi: Tout sur la nouvelle série documentaire de Chantal Lacroix 

«J’ai envie de continuer de faire de la télé, mais moins. Tout a cheminé dans ma vie, au point que j’en suis arrivée à la conclusion que je ferme ma boîte de production. J’en suis rendue là», confie Chantal Lacroix en entrevue.  

Cette importante décision professionnelle est arrivée au terme d’une quête humaine de plusieurs mois que l’animatrice expose, avec toute l’authenticité qu’on lui connaît, dans Maintenant ou jamais, série documentaire en quatre épisodes qui sera à l’horaire de Canal Vie à compter de ce jeudi.  

Aspirer à la totale  

Dans la dernière année, la cinquantaine bien amorcée, Chantal Lacroix a été assaillie par une remise en question comme en connaissent plusieurs hommes et femmes dans leur vie. Satisfaite de son couple, contente de sa famille, accomplie au travail, elle ressentait néanmoins un vide. Vide qu’elle ne s’autorisait pas à éprouver, au départ, répétera-t-elle à plusieurs reprises pendant l’entrevue.

• À lire aussi: Chantal Lacroix revient sur sa séparation dans le «plus grand projet télé de sa vie»

«Je trouvais que je me plaignais le ventre plein. Mais, au moment de souffler les bougies de mon gâteau de fête, j’ai réalisé que je n’étais pas heureuse. La misère humaine, je l’ai côtoyée amplement dans mes émissions de télé; je me trouvais bien égoïste de me plaindre. Mais pourquoi je ne pourrais pas aspirer à la totale? Et la totale n’a rien de matérialiste: c’est un état d’âme, un état d’esprit, une volonté de se reconnecter à l’essentiel», insiste-t-elle.  

Au moment où Maintenant ou jamais débute, Chantal Lacroix vient de se séparer de son conjoint des 20 dernières années. La lecture du livre «Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une», de Raphaëlle Giordano, agit sur elle comme un électrochoc et la pousse à agir.  

La volonté de bouger («pour stimuler les hormones du bonheur») s’empare d’elle, elle rencontre un psychologue pour la première fois, entreprend de faire le ménage dans ses priorités et ses fréquentations, et rencontre d’autres femmes, passées elles aussi à travers la route sinueuse du changement de vie.  

Plus tard dans la série, on la verra discuter avec une neuropsychologue et un spécialiste en préparation mentale, et Chantal Lacroix ira même jusqu’à poser nue, avec bon goût, pour affiner encore davantage son acceptation de soi, elle qui compose avec le vitiligo sur sa peau, tout pour envisager l’avenir la tête haute, avec sérénité.  

Trouver l’équilibre  

C’est donc de ce cheminement qu’est né le besoin d’explorer d’autres avenues au boulot et de mettre les Productions Kenya derrière elle. Cette décision n’est pas évoquée à l’écran, mais Chantal Lacroix ne la remet nullement en cause aujourd’hui. Elle continuera cependant de commercialiser les articles de la collection qui porte son nom (et qu’on trouve sur son site web), et envisage peut-être de faire produire ses projets télévisés par d’autres boîtes de production désormais.  

«J’ai décidé que je veux vivre. Je veux du temps pour moi, je suis écoeurée de travailler comme une folle 50 semaines par année et de n’avoir que deux semaines de vacances. Je suis tannée des responsabilités qui me stressent. Je veux vivre. J’ai envie d’un équilibre», réitère Chantal Lacroix, qui spécifie que personne parmi ses employés n’avait vu venir d’avance ce changement de cap, mais que tous ont été respectueux de son choix.  

– Maintenant ou jamais, jeudi, à 21 h, à Canal Vie.

À VOIR AUSSI: 10 SÉRIES À VOIR ABSOLUMENT SUR CLUB ILLICO 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus