Le double déménagement difficile de Sophie Prégent et sa famille | 7 Jours
/misc

Le double déménagement difficile de Sophie Prégent et sa famille

Image principale de l'article Le déménagement difficile de Sophie et sa famille
Capture d'écran TVA

Invitée à Salut Bonjour vendredi matin, Sophie Prégent a avoué à Gino Chouinard avec beaucoup d'humour être «dépassée par les événements», notamment en raison de non pas un, mais deux déménagements à venir très prochainement
  

s " />

• À lire aussi: «Autiste, bientôt majeur»: La famille Lafortune remercie les fans de l'émission

• À lire aussi: Une deuxième saison pour «Autiste, bientôt majeur»  

C'est sur le ton de la rigolade, mais visiblement exténuée de la situation, que la comédienne a raconté sa mésaventure à l'animateur de l'émission matinale de TVA.     

Sophie Prégent, son conjoint Charles Lafortune et leur fils, Mathis, devaient emménager dans une nouvelle résidence le 16 mai prochain. Toutefois, comme les travaux ont cessé en raison de la pandémie le 13 mars dernier, leur nouvelle demeure n'est pas encore prête. La petite famille doit donc habiter dans une maison modèle le temps que tout soit terminé.      

Par le fait même, le trio devra déménager non pas une, mais deux fois au courant des prochains mois!    

«On déménageait le 16 mai, qui est demain ou presque. Pas samedi prochain, mais l'autre... Évidemment, là où l'on déménage, ce n'est pas terminé. Alors on va habiter un condo modèle pendant la période de temps où nous n'habiterons pas... parce qu'on doit quitter la maison où l'on est. » a t-elle partagé.    

«Je déménage dans 8 jours une maison de 4 500 pieds carrés qui doit entrer dans un 4 et demi!» a ajouté Sophie, l'air découragé. Elle a ensuite fait allusion à tout le «stock» qu'ils devront mettre au chemin.    

Même s'ils ne sont pas les plus à plaindre dans toute cette crise, on comprend que la famille aurait aimé se passer de ce double déménagement!    

AUSSI: 10 SÉRIES À VOIR ABSOLUMENT SUR CLUB ILLICO    

s " />

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus