Des comédiens d'exception rassemblés dans cette nouveauté de Club Illico | 7 Jours
/misc

Des comédiens d'exception rassemblés dans cette nouveauté de Club Illico

Image principale de l'article Les pros de l'impro rassemblés

Une comédie de situation entièrement improvisée, c’est du jamais vu au Québec. Pour remplir cette mission, il a fallu faire appel à des comédiens d’exception, vifs d’esprit et capables d’inventer des dialogues au fur et à mesure. Voici Rue King et sa distribution de champions de l’impro!

• À lire aussi: Voyez la première bande-annonce de «Rue King», l'hilarante nouveauté du Club illico

• À lire aussi: Stéphane Bellavance, maître d’une nouvelle sitcom   

L’action se déroule sur la rue King, à Sherbrooke. Un sympathique étudiant nommé Pier-Luc emménage dans un loft situé au-dessus d’un café-bar-buanderie. Il a deux colocataires: Sophie, une avocate quarantenaire qui a quitté son emploi pour vivre enfin sa jeunesse, et Marie-Ève, une étudiante pansexuelle colorée. «Jusqu’ici, Rue King pourrait ressembler à Friends ou à Seinfeld, puisque nous reprenons les codes des sitcoms américaines. Mais, contrairement à ce que les téléspectateurs sont habitués de voir, les comédiens improvisent complètement les dialogues. «Ce concept est inspiré de Schiller Street, une émission allemande que nous avons adaptée à la sauce québécoise. Comme nous sommes reconnus pour avoir les meilleurs improvisateurs du monde, ça fonctionne magnifiquement bien ici! En fait, notre plus grande crainte, c’est que le public croie que les intrigues sont scénarisées tant nos improvisateurs possèdent un talent hors pair!» explique Vincent Bolduc, producteur au contenu de Rue King.
  

Le maître du jeu
Stéphane Bellavance est le maître du jeu. «Avant chaque émission, les comédiens et moi, nous nous rassemblons derrière le décor pour la “mise au jeu” officielle, c’est-à-dire le moment où je leur donne les grandes lignes de l’épisode. Par exemple, aujourd’hui, Sophie déjeune avec Mehdi, son nouvel amoureux, et Pier-Luc doit convaincre celui-ci, qui est son meilleur ami, de changer ses plans. Sans répétition ni renseignements précis sur l’intrigue, ils entrent dans le décor et improvisent tout ce qu’ils disent!» précise-t-il, visiblement amusé par son rôle de grand manitou. «Attention, tout peut arriver! Une fois les improvisateurs en scène, je continue de diriger l’histoire grâce à l’oreillette qu’ils portent. Parfois je les aide et parfois je leur mets des bâtons dans les roues! (rires) Et je le fais avec la complicité du public et des téléspectateurs, puisqu’ils entendent eux aussi les consignes que je donne dans le feu de l’action.»  

Le goût du risque
À 18 ans seulement, Pier-Luc Funk a été le plus jeune joueur de l’histoire à s’être joint à la réputée LNI (Ligue nationale d’improvisation). Il possède une solide expérience en impro, ce qui ne l’a pas empêché d’être complètement tétanisé avant le premier enregistrement de Rue King. «Improviser les dialogues d’une sitcom ne ressemble en rien à tout ce que j’ai fait jusqu’à présent! Heureusement, je suis entouré de collègues de grand talent, en qui j’ai une confiance absolue. D’ailleurs, la force de Rue King, à mon avis, c’est d’avoir rassemblé des improvisateurs d’horizons différents, unis par une même passion et... un même goût du risque! (rires) En effet, improviser les dialogues d’une sitcom, c’est un peu comme être un funambule travaillant sans filet!» souligne le comédien.  

Un immense fou rire
Le maître du jeu joue parfois des tours aux comédiens sur le plateau, comme nous l’explique Mehdi Bousaidan. «L’autre jour, nous tournions une scène dans laquelle mon personnage apportait des shooters à toute la gang, réunie dans un bar. Dans mon oreillette, Stéphane Bellavance m’a donné la consigne de garder tous les shooters pour moi et de les boire l’un après l’autre. Je me suis exécuté... avec une solide grimace! (rires) C’était du vrai whisky. Ça a créé un immense fou rire sur le plateau.»
  

LE SAVIEZ-VOUS?  

• Pendant le tournage, les comédiens et les autres membres de la production sont sur le qui-vive. «C’est très excitant! En régie, tout le monde est prêt à réagir aux improvisations. Par exemple, si Pier-Luc invite Mehdi à prendre une bière et que ce dernier convie spontanément Sophie à se joindre à eux, l’accessoiriste doit se retourner sur un dix sous et apporter trois verres plutôt que deux!» mentionne Vincent Bolduc, producteur au contenu.  

• Chaque personnage porte le même nom que son interprète. «C’est pas mal moins mêlant pour les acteurs, pour le public, pour les téléspectateurs et pour moi, le maître du jeu!» souligne Stéphane Bellavance.  

À VOIR AUSSI: LES 30 MEILLEURS VILANS DE LA TÉLÉ QUÉBÉCOISE  

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus