Georges Laraque donne des nouvelles de son dur combat contre la COVID-19 | 7 Jours
/magazines/7jours

Georges Laraque donne des nouvelles de son dur combat contre la COVID-19

Jeudi dernier, Georges Laraque a annoncé, sur son compte Twitter, qu'il était atteint de la COVID-19. Quelques jours plus tard, voilà que l'ancien joueur des Canadiens a donné des nouvelles concernant son état de santé dans une vidéo en direct publiée samedi sur son compte Facebook.

• À lire aussi:
Eugénie Bouchard met aux enchères un souper avec elle pour une somme faramineuse

L’ancien homme fort toussait à répétition et avait le souffle court. Tout indique qu’il ne quittera pas l’hôpital de sitôt.        

«J’ai deux pneumonies dans les poumons en ce moment, a-t-il confié. J’ai de l’oxygène qui passe dans mes narines pour que je puisse respirer. Je vais rester longtemps à l’hôpital. Ça va prendre beaucoup de temps pour que mes poumons se rétablissent.»     


• À lire aussi: Les comédiens de «District 31» ont composé cette pièce touchante pour vous

L’athlète était pourtant en très bonne forme il y a très peu de temps. Maintenant, il vit un sale quart d’heure, et les nuits sont particulièrement éprouvantes, car il se lève sans cesse couvert de sueur, avec une forte fièvre.     

«C’est fou parce que, juste avant que ça arrive, je m’entraînais pour un marathon, a raconté Laraque. Je courais 10 km, et ce, 5-6 fois par semaine. Là, je suis incapable de me lever sans être essouflé pendant 30 secondes. Je n’ai plus de cardio.»     

«Mon cardio, c’est aller aux toilettes. Juste ça, c’est comme faire une course de 10 km. C’est vous dire à quel point je n’ai pas de souffle.»     

Celui qui a disputé 695 matchs dans la LNH, terminant sa carrière dans l’uniforme des Canadiens de Montréal, somme les gens à prendre la situation au sérieux. Il avoue lui-même qu’il croyait être invincible; jamais il ne s’était douté qu’il contracterait le virus, lui qui faisait beaucoup de commissions pour venir en aide à son entourage.     

«Ceux qui pensent que ce sont des complots du gouvernement, je vous confirme que c’est assez sérieux. Pognez-le pas [le virus], ça fait mal en crime», a prévenu Laraque. 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus