Pierre Bruneau demeure fidèle au poste malgré la crise | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Pierre Bruneau demeure fidèle au poste malgré la crise

Image principale de l'article Pierre Bruneau est fidèle au poste malgré la crise
Photo : Julien Faugere

La tempête de verglas, la tuerie de Polytechnique, les attentats du 11 septembre, la tragédie de Lac-Mégantic... En plus de 40 ans, Pierre Bruneau a couvert bon nombre d’événements dramatiques, mais rien de comparable à une pandémie. Il nous explique ce que la crise de la COVID-19 a changé dans son travail.   

• À lire aussi: Coronavirus: toutes ces vedettes demandent aux Québécois de rester à la maison  

Monsieur Bruneau, vous avez couvert plusieurs crises. En quoi celle de la COVID-19 est-elle différente?  

Premièrement, elle est sans précédent, car elle se déroule à l’échelle planétaire! Tout le monde, sur tous les continents, doit composer avec les répercussions de cette pandémie qui bouscule nos vies. Deuxièmement, cette crise est différente sur le plan de la durée.        

Au début, le gouvernement parlait de jours de confinement, ensuite, de semaines, et finalement, de mois!  

Si, au départ, la couverture de la COVID-19 ressemblait à un sprint, elle s’est transformée en marathon. Cela dit, il faut saluer la discipline des Québécois, qui respectent les consignes du gouvernement. Malgré tout, au fur et à mesure que le temps passe, on sent l’impatience de tout un chacun de retrouver ce qui se rapproche le plus possible d’une vie normale, même si nous sommes conscients qu’il y aura un avant et un après pandémie.        

En quoi la crise touche-t-elle votre travail?  

Très rapidement, on a pris des mesures sanitaires et des mesures de distanciation sociale dans la salle des nouvelles. Par exemple, je travaille seul dans un bureau; mes échanges avec mon ou ma chef de pupitre et avec l’équipe se font par téléphone ou par ordinateur. Chaque jour, j’apporte mon lunch et je mange seul. Au travail comme à la maison, je suis en confinement.       

Jusqu’au moment d’aller en ondes, le chef d’antenne travaille seul dans un bureau. Il reste en contact avec son équipe grâce au téléphone ou à l’ordinateur.

Photo : Julien Faugère

Jusqu’au moment d’aller en ondes, le chef d’antenne travaille seul dans un bureau. Il reste en contact avec son équipe grâce au téléphone ou à l’ordinateur.

• À lire aussi: Pierre Bruneau revient de voyage   

Vous sortez uniquement de votre bureau pour aller à l’antenne...  

Exactement! Même si ces nouvelles mesures changent la dynamique de notre travail, nous devons nous adapter si nous désirons poursuivre notre mission d’informer les Québécois. La seule habitude que j’ai conservée en cette période de crise, c’est de monter et de descendre à pied les 10 étages qui mènent à mon bureau. Je me rends aussi à pied au travail et, le soir, je fais régulièrement des promenades avec ma femme pour me changer les idées.        

En temps de crise, c’est encore plus important de garder la forme, tant physique que mentale!  

Je ne vous cacherai pas que j’ai hâte d’annoncer des réouvertures de commerces, d’usines, d’endroits publics, d’écoles, etc. Ça viendra, il faut juste être patient. D’ici là, je ne perds pas de vue que derrière chaque nouvelle concernant la COVID-19, il y a des êtres humains qui vivent des situations dramatiques, difficiles ou stressantes. Par contre, il y a aussi beaucoup de courage, d’empathie et de compassion. D’ailleurs, chaque fois que je parle des intervenants de première ligne à l’antenne, j’ai une pensée pour ma fille Geneviève, qui est infirmière dans une résidence pour personnes âgées.        

Sur le plan personnel, comment faites-vous pour rester en contact avec vos proches?  

Je communique régulièrement avec mes enfants et mes cinq petits-enfants sur FaceTime. En cette période de confinement, on se rend compte de la chance qu’on a, Ginette et moi, d’avoir une si belle famille. Je suis convaincu que, comme tous les Québécois, nous vivrons de grandes émotions à l’occasion de notre premier souper familial.        

Le 25e Tour CIBC Charles-Bruneau reporté en 2021       

Au déjeuner des cyclistes du Tour, en 2019.

Photo : Bruno Petrozza

Au déjeuner des cyclistes du Tour, en 2019.

Compte tenu de la situation actuelle, le Tour CIBC Charles-Bruneau a été reporté à l’année prochaine. «Il s’agit d’une décision crève-cœur, puisque l’événement permet d’amasser des dons pour la recherche en oncologie pédiatrique et différents projets concernant les enfants atteints de cancer. Nos activités de financement sont interrompues, mais il est tout de même possible de faire un don à la Fondation Charles-Bruneau sur Internet. Je suis de nature optimiste et je suis convaincu que l’an prochain, notre tour cycliste sera mémorable.»       

tourcibc.charlesbruneau.qc.ca 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus