«Ça va bien aller»: Le cri du coeur de Martin Matte en faveur des préposés | 7 Jours
/magazines/7jours

«Ça va bien aller»: Le cri du coeur de Martin Matte en faveur des préposés

Image principale de l'article Martin Matte livre un message très important
Patrick Seguin

Invité à l'émission Ça va bien aller ce jeudi, Martin Matte en avait long à dire sur plusieurs sujets qui lui tiennent à coeur. 

• À lire aussi: «Les Beaux Malaises» : Martin Matte donne des informations à propos de la nouvelle saison 

Interrogé par Marie Soleil Dion sur la Fondation Martin Matte, qui vient en aide aux personnes vivant avec un traumatisme crânien, l'humoriste a saisi l'occasion pour s'exprimer en long et en large sur le sort des préposés et employés du domaine de la santé.  

Celui qui avait commencé l'entrevue sous le signe de l'humour s'est en effet enflammé lorsqu'il en est venu à parler du sort des préposés et intervenants actuellement au front.  

S'il commence par les saluer et souligner leur bon travail, Matte déplore par la suite la disparité de leur salaire et la différence entre le public et le privé. 

«Le travail de préposé, qu'il soit pour une personne handicapée, âgée, ou démunie d'une quelconque façon, ça mérite un salaire décent» peut-on l'entendre dire, tout feu tout flamme. Il a poursuivi en expliquant que les mauvais salaires engendraient le manque flagrant de main d'oeuvre, notamment.  

Martin Matte a aussi donné des nouvelles de son frère et de la manière dont il gère la crise. Comme ce dernier n'a pas de mémoire à long terme, il oubliait sans cesse l'épidémie au début de la pandémie. Toutefois, il est devenu très conscient de la situation par la suite.  

Matte se désole d'ailleurs de ne plus pouvoir lui rendre visite, ainsi que du sentiment d'anxiété omniprésent pour les patients et les employés dans les maisons du genre.  

Voici donc un message important livré par l'humoriste que Fabien Cloutier n'a pas manqué de féliciter! 

À VOIR AUSSI: CES VEDETTES QUI ONT ÉCRIT DES ROMANS 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus